Les réseaux d’initiative publique (ou RIP) voient leur déploiement grandir. Orange escompte bien être premier sur le créneau afin d’accélérer l’expansion de la fibre optique dans les petites villes et les zones rurales.

Logo Orange

L’opérateur historique Orange, né des cendres de France Telecom, a toujours profité d’un lien particulier avec le gouvernement. Il faut dire que ce dernier est l’un de ses actionnaires.

Dans le cadre de la fibre optique pourtant, les efforts sont du cadre privé, et sont nombreux. Orange est le premier acteur sur le secteur de la fibre FTTH en France, et ne cesse d’augmenter ses investissements en la matière. En 2019, il jouera main dans la main avec l’État.

3 millions de prises fibre auront accès à Orange en RIP

L’acteur des télécoms annonce en effet qu’il sera disponible en 2019 sur tous les réseaux d’initiative publique (ou RIP) en France. On compte actuellement 500 000 logements concernés, qui passeront à 3 millions de prises éligibles d’ici la fin 2019 sur ces mêmes zones.

Pour rappel, un réseau d’initiative publique est un réseau financé par les collectivités territoriales (qui en sont propriétaires), souvent déployé par un acteur privé, sur lequel les acteurs commerciaux peuvent ensuite se greffer et partager leur recette avec la collectivité. Ces investissements sont subventionnés par l’État dans le cadre du Plan Très Haut Débit, et forcent les acteurs télécoms à un certain degré de collaboration.

Avant tout pour les petites villes et zones rurales

L’annonce est donc plutôt qu’Orange soutiendra pleinement cette initiative dès 2019. Fabienne Dulac, directrice générale adjointe et CEO d’Orange France, déclare à cette occasion :

« Avec cette décision, nous démontrons notre engagement dans le déploiement de la fibre ainsi que notre volonté d’accompagner nos clients et les acteurs publics. Elle illustre l’engagement permanent d’Orange de lutter contre l’exclusion numérique. Cette accélération bénéficiera en premier lieu aux habitants et professionnels vivant dans des petites villes et zones rurales : 2 millions d’entre eux, en zones RIP déployées par des tiers, pourront d’ici fin 2019 accéder à La Fibre Orange ».

On sent que l’acteur a surtout à cœur de pointer du doigt le fait que ces arrangements profiteront avant tout aux petites villes et zones rurales. Dans les faits, Orange profite énormément des déploiements de ces RIP, étant l’un des principaux acteurs contractualisés pour les développer. Ce n’est donc que la continuité logique du Plan Très Haut Débit, mais au moins sera-t-elle mise en oeuvre rapidement.