Lille accepte le déploiement de la 5G après des semaines de négociations

 

La ville de Lille s'apprête à voir arriver le déploiement de la 5G après des mois de négociations entre la mairie et les opérateurs.

Lille avait été la deuxième ville de France en 2018 à autoriser l’expérimentation de la 5G avec Orange, elle sera l’une des dernières à avoir autorisé son implantation.

La préfecture du Nord est l’une des dernières grandes villes françaises à accueillir la 5G, deux mois après Paris et six mois après Nice. Les principaux opérateurs télécoms, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free ont négocié durant des semaines avec la mairie.

Moratoire sur la 5G

Selon les informations du journal Les Echos, la ville de Martine Aubry et les opérateurs devraient signer une charte jeudi 27 mai, à 11 heures, heure à laquelle les antennes 5G seront immédiatement allumées, conformément au pronostic d’Orange qui prévoyait en avril dernier un lancement courant mai.

Dans d’autres grandes villes récalcitrantes, comme Nantes ou Bordeaux, la situation s’était déjà arrangée. À Lille cependant, un moratoire voté en octobre 2020 avait ralenti le déploiement, en le conditionnant à un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Sorti mi-avril, le rapport en question avait conclu à un risque pour la santé « peu probable » en l’état actuel des connaissances et des déploiements.

Les meilleurs forfaits 5G
Forfait Mobile B&You
130 Go

Appels illimités

130 Go en France

35 Go en Europe

11.99€/mois
SFR Forfait Mobile 5G
20 Go

Appels illimités

20 Go en France

20 Go en Europe

15.99€/mois 30.99€
-6€ Client Box
Free
Forfait Free 5G 300 Go

Appels illimités

300 Go en France

35 Go en Europe

19.99€/mois
Tous les forfaits 5G

D’après les opérateurs, la version du texte adopté est beaucoup plus légère que ce que les premières discussions avec la mairie pouvaient laisser penser. Pour exemple : les opérateurs ne seront pas obligés de prévenir les habitants vivant à moins de 100 mètres d’une antenne.

Autre renoncement municipal : le suivi en temps réel du niveau d’ondes dans l’espace public ou bien la création d’un « comité de suivi de l’hypersensibilité », auquel seraient obligés de participer les opérateurs, n’ont pas abouti dans le texte final.

La version finale du texte a également revu à la hausse le seuil d’exposition maximal aux ondes, initialement demandé à 4 volts, qui a finalement été signé à 6 volts.


Envie de retrouver les meilleurs articles de Frandroid sur Google News ? Vous pouvez suivre Frandroid sur Google News en un clic.