Opera Software est une entreprise norvégienne connu pour son navigateur Opera. En début d’année, l’entreprise a racheté AdMarvel.

AdMarvel est une régie publicitaire spécialisée dans le monde mobile (comme AdMob ou idAd), qui permet aux éditeurs de contenu mobile et aux opérateurs de suivre, provisionner, gérer le suivi de la publicité.

Cela est possible depuis n’importe quel réseau de publicité ou depuis AdMarvel.

Il travaille avec les éditeurs mobiles, les développeurs, les opérateurs, les réseaux de publicité, les agences et annonceurs, afin d’optimiser la publicité et les revenus.

Les services AdMarvel sont compatibles avec le web mobile, le WAP, les SMS et les applications.

Aujourd’hui, Opera vient d’annoncer qu’elle entrait sur le marché de la publicité mobile avec Open Mobile Ad Exchange.

Opera aurait versé 8 millions de dollars en espèces, et pourrait ajouter jusqu’à 15 millions de plus au prix d’achat, si certains objectifs seraient atteints par l’équipe AdMarvel.

Pour le côté client, Opera indique que les développeurs et les éditeurs pourront l’utiliser via un code Javascript et bénéficieront d’une « analyse quasi en temps réel ».

On peut tout de même se poser la question de l’entrée d’Opera sur ce marché. Pourquoi une entreprise spécialisée dans les navigateurs web veulent s’orienter vers autre chose ? (La même question aurait pu être posée à Google sur d’autres sujets)

Le cabinet IDC a récemment publié une étude estimant que la publicité sur mobile va générer 500 millions de dollars en 2010. Pour les années à venir, une forte croissance est prévue.

L’avenir semble donc radieux, mais avec ce réseau publicitaire, Opera devient un poursuivant, alors qu’iAd et AdMob sont déjà passés par là.

Pourtant, des données de Smaato (un cabinet spécialisé sur le publicité en ligne), montrent qu’Opera ne fait pas forcément une mauvaise opération.

En effet, les téléphones bas de gamme (non-smartphones) sont toujours fortement présents sur le marché et représentent une forte manne financière.

Bien évidemment, la régie sera aussi utilisée sur les smartphones. La combinaison des deux types de terminaux pourrait donc être profitable pour Opera.

Plus d’informations, sur le site officiel.

Par contre, le navigateur Opera Mini ne devrait pas pour autant être « infecté » par ces publicités.

Source : Gigaom