Facebook vient de tenir la première conférence de son événement F8, dédié chaque année aux développeurs de ses services. Il y a notamment été question de l’usage de Messenger dans le cadre des entreprises, dans leur relation avec les internautes. NB : Article mis à jour le 13 avril 2016.

facebook messenger

C’est cette semaine que Facebook organise son événement F8, sa conférence dédiée aux développeurs. Il y est donc question des prochaines évolutions de ses services, et des API nécessaires à leur intégration. C’est justement du côté des améliorations prévues par les équipes de Mark Zuckerberg pour Facebook Messenger qu’ont été faites les premières annonces.

Faciliter la création de Bots sur Facebook Messenger

Lors de la conférence organisée hier soir, il a donc été question de »chatbots », c’est-à-dire d’outils de dialogue intelligent permettant d’automatiser l’interaction avec des internautes. Pour Facebook, qui vise déjà clairement la démocratisation de son outil Messenger auprès des entreprises, il s’agit de fournir à des entreprises qui n’en seraient pas capables techniquement ni financièrement des API permettant de créer facilement ces chatbots. En somme, de quoi faciliter l’arrivée de ces assistants de conversation dans Messenger, pourquoi pas dans le cadre de services clients.

Plutôt baptisés Bots en français, les nouveaux outils de Facebook Messenger seront associés à de nouvelles API dédiées à l’envoi et à la réception de texte, d’images ou de liens avec « call-to-action », c’est-à-dire des invitations à réaliser des actions (cliquer l’image ou le lien, par exemple). Facebook n’évoque pas d’outils de conversation visant un langage naturel, mais plutôt la possibilité de « mettre en place à la fois des abonnements automatisés, par exemple la météo quotidienne, mais également des messages personnalisés comme des confirmations de commandes ou notifications d’envoi d’un colis ». Avec un tel outil, Messenger cherche ainsi à remplacer les envois d’emails ou autres SMS, conservant ses utilisateurs dans son giron, mais aussi les entreprises.

messenger-user-controls

Ces dernières, choyées par Messenger qui y voit l’avenir de sa plateforme, n’auront toutefois pas les pleins pouvoirs. Facebook assure ainsi que « les utilisateurs pourront muter une conversation et bloquer une page dont elle ne veut pas recevoir de communication via Messenger », ce qui signifie surtout que les entreprises auront, sans véritable autorisation préalable, le droit de communiquer avec n’importe quel internaute.

 

Quand Facebook Messenger vient compléter l’app Voyages-SNCF