Comme prévu, Uber a lancé ses véhicules autonomes sur les routes de Pittsburgh. Alors qu’on pensait que les véhicules concernés seraient des Volvo XC90 SUV, il s’agit finalement des Ford Fusion modifiées pour l’occasion.

Capture d’écran 2016-09-15 à 11.13.31

S’il n’y a plus de chauffeur, peut-on encore parler de Véhicule de Transport avec Chauffeur (VTC) ? Uber, l’entreprise américaine, a lancé hier à Pittsburgh, son fief, un service de location de voitures autonomes. Les 2,6 millions d’habitants de la ville de Pennsylvanie pourront donc se partager les quatre véhicules autonomes (Ford Fusion) lancés à la location, tandis que douze véhicules supplémentaires devraient arriver rapidement.

Pour l’instant, les véhicules ne sont pas si autonomes que cela. Ou du moins, Uber redouble de vigilance et installe un chauffeur « de secours » à l’avant des véhicules. « Nous invitons nos utilisateurs les plus fidèles à tester le futur », explique Uber. « Si un véhicule autonome d’Uber est disponible, nous vous l’enverrons avec un chauffeur de sûreté afin d’être certains que la course se passera bien. Sinon, c’est de l’uberX classique ».

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

La Ford Fusion d’Uber embarque toute une flopée de technologies pour analyser l’environnement et conduire seule. On y trouve par exemple sept caméras de détection des feux, un système de radar qui détecte différentes conditions météorologiques grâce à 20 faisceaux lasers qui génèrent une carte continue à 360 degrés en 3D de l’environnement.

Pour le constructeur automobile, il s’agit là de l’opportunité de tester les véhicules en temps réel et 24 heures sur 24, tout en assurant le coup grâce aux « chauffeurs de sûreté ». La marque souhaite en effet lancer son propre service de VTC autonome d’ici 2021.