Lancé officiellement cet automne, Android Pay est enfin prêt à prendre son envol. Elle a signé de nouveaux partenariats aux États-Unis, et arrive en Australie.

196132_18_Nexus3up_F_R2_TX

La plateforme de paiement en ligne développée par Google, qui se présente maintenant sous une application à télécharger, permet d’effectuer des paiements sans contact avec leur mobile s’ils sont compatibles avec le NFC. C’est évidemment la solution concurrente à Apple Pay, et Google avait jusque-là passé des accords avec les principales banques américaines ainsi qu’avec les principaux opérateurs.

Par le biais de son blog dédié à Android, Google annonce aujourd’hui qu’Android Pay est prêt à évoluer. Le paiement sera désormais possible à travers de nouvelles applications, parmi lesquelles on compte Lyft, Fançy, Vinted, Wish, Spring, Hotel Tonight, ou encore OpenTable. Bref, une liste d’applications accessibles aux États-Unis, et Google fait d’ailleurs du pied aux développeurs qui voudraient intégrer Android Pay à leur app.

Si Android Pay se développe, il est aussi prêt à s’exporter. En effet, la firme annonce qu’il sera bientôt possible d’utiliser ce portefeuille virtuel en Australie. « Nous travaillons en étroite collaboration avec un grand nombre de grandes institutions financières en Australie, y compris ANZ, Westpac et de nombreuses autres banques – dans le but d’offrir Android Pay à leurs détenteurs de cartes MasterCard et Visa. Vous serez en mesure d’utiliser les applications payantes où les paiements NFC, y compris chez des marchands tels que McDonald et Telstra », précise Google.

Pour conclure, il indique que de nombreuses autres destinations seront concernées par Android Pay (incompatible avec les smartphones rootés) lors de l’année 2016.