Qui a dit que les téléphones à clapet étaient morts et enterrés ? Sûrement pas les Japonais, puisque le marché du téléphone à clapet à progressé de plus de 5 % l’année dernière.

clapet

Le Japon a toujours eu une image de pays très moderne pour ne pas dire avant-gardiste lorsque s’agit des nouvelles technologies. À contre-courant de cette idée répandue, Reuters nous apprend aujourd’hui que le marché de la téléphonie japonaise possède, ou plutôt a conservé une particularité bien à elle. Il s’avère en effet qu’en 2014 les livraisons (autrement dit, ce que reçoivent les distributeurs et revendeurs locaux) de smartphones ont baissé de 5,3 % pour atteindre 27,70 millions d’unités… tandis que les téléphones à clapet ont connu une croissance des livraisons de l’ordre de 5,7 % pour atteindre le chiffre de 10,58 millions de téléphones. C’est la deuxième année consécutive, soi dit en passant, que les livraisons de smartphones sont en baisse.

Livraison de smartphone au Japon (en bleu) contre livraison de feature phones (en orange)

Qu’est-ce qui explique cet amour des Japonais pour ce que les analystes surnomment les « Galopago-phones », parce que ces téléphones sont spécifiques et ont évolué au Japon ? Principalement le fait que les taxes sur les smartphones sont plus élevées au Japon qu’ailleurs. Par conséquent, les consommateurs japonais se rabattent sur les téléphones à clapet, beaucoup moins chers et taxés. Ces téléphones sont toutefois assez éloignés des classiques dumbphones. La majorité d’entre eux permettent désormais d’accéder à Internet (en 4G pour les plus récents et les plus haut de gamme), de consulter des emails et de bénéficier d’une meilleure autonomie du fait d’écrans plus petits. Et l’ensemble se contrôle avec un clavier physique, naturellement. Un marché partagé par des sociétés locales telles que Panasonic, NEC, Fujitsu ou encore Sharp.

Cette hausse des livraisons de téléphones à clapet semble toutefois exceptionnelle. Contacté par Reuters, un cabinet d’étude japonais précise que 2014 a été une année importante en termes de renouvelle de téléphone à clapet, ce qui explique cette hausse subite des livraisons. L’année prochaine ne devrait certainement pas être aussi bonne pour ces téléphones, d’autant plus qu’on estime aujourd’hui que le taux de pénétration des téléphones portables est de 98,5 %. Un chiffre qui explique également l’atonie des ventes de smartphones au Japon. Et également, peut-être, pourquoi Samsung pense à quitter le territoire nippon.