Apple et Qualcomm continuent de s’affronter en justice. Désormais la Pomme réclame carrément l’annulation du modèle économique de son adversaire en lui empêchant de toucher de l’argent sur ses accords de licence.

Apple et Qualcomm se livrent une bataille sans merci devant les tribunaux. En janvier, le premier réclamait 1 milliard de dollars au second pour abus de position dominante et lui reprochait même de nuire à l’innovation technologique. L’équipementier de San Diego n’avait pas tardé à riposter en attaquant à son tour la Pomme en justice. Par ailleurs, les deux mastodontes s’affrontent même en Chine.

Autant dire que le climat entre ces deux entreprises est extrêmement tendu. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter. Pour rappel, la première plainte d’Apple avait pour objectif principal de savoir si oui ou non il avait brisé un accord avec Qualcomm. Or, la firme de Cupertino a déposé une nouvelle plainte aux accusations plus étendues.

Détruire le modèle économique de Qualcomm

Désormais, Apple réclame carrément l’invalidation de tout le modèle économique de Qualcomm. En effet, ce dernier gagne de l’argent de deux manières. D’une part, il commercialise des puces pour smartphones. D’autre part, il vend également des accords de licence qui autorisent les constructeurs à utiliser telle ou telle technologie de communication brevetée par Qualcomm.

Dans le cas d’Apple, Qualcomm récolte un pourcentage non négligeable sur le prix total de ventes des iPhone. En échange, ces smartphones peuvent profiter du modem de Qualcomm pour se connecter au réseau. Autrement dit, acheter une puce ne suffit pas. Il faut s’acquitter du produit ET de la licence.

Jurisprudence

Et c’est précisément cette pratique qu’Apple cherche à faire cesser. En temps normal, on pourrait croire que la Pomme demande l’impossible. Mais cette nouvelle attaque en justice intervient peu de temps après une autre affaire judiciaire assez similaire : la Cour Suprême des États-Unis a estimé en mai dernier que Lexmark International, spécialiste des imprimantes, ne pouvait pas empêcher un revendeur de commercialiser ses cartouches d’encre usagées.

Autrement dit, il est désormais plus difficile pour les fabricants de contrôler comment leurs produits sont utilisés ou vendus. Apple veut donc se servir de cette jurisprudence pour gagner gain de cause contre Qualcomm. Reste à savoir si cet argument lui permettra de remporter le procès.

Quoi qu’il en soit, une chose est sûre : les relations cordiales entre Apple et Qualcomm sont un lointain souvenir.