Pour la première fois depuis le lancement de l’iPhone en 2007, Apple enregistre une baisse trimestrielle de ses ventes mobiles. Un recul qui plombe (un peu) le bénéfice net de la firme.

iPhone 6S

 

Une baisse historique

Vu par certains analystes comme le mètre étalon dans le domaine du mobile, Apple est lui aussi en difficulté. Les ventes trimestrielles de l’iPhone, sur la période de janvier à mars 2016, ont en effet reculé de 16 % par rapport à la même période l’an passé, comme l’a annoncé la firme de Cupertino dans son dernier rapport financier. Ce ne sont que 51,19 millions d’appareils qui se sont vendus à travers le monde sur cette période, soit environ 10 millions de moins.

Le chiffre d’affaires de cette période a atteint seulement 50,6 milliards de dollars (soit 44,8 milliards d’euros), ce qui représente une baisse de 13 % par rapport à l’an passé. Quant au bénéfice net, il a donc également baissé de 22 % pour s’établir à 10,5 milliards de dollars.

Pas de rebond au prochain trimestre

Ce n’est en rien une surprise puisque Tim Cook avait annoncé cette baisse des ventes dès le début du trimestre. Pour tenter de rassurer encore plus, Apple a reversé 50 milliards de dividendes à ses actionnaires, mais cela n’a pas été suffisant puisque l’action de la marque a baissé d’environ 8 %.

Pour le troisième trimestre de son exercice fiscal décalé, donc la période du 1er avril au 30 juin, Apple prévoit une légère augmentation de son chiffre d’affaires, de 41 à 43 milliards de dollars, mais les premières analyses tablaient plutôt sur environ 47 milliards de dollars.

Avec la sortie de l’iPhone SE, et un iPhone 7 qui devrait arriver dans quelques mois, les chiffres d’Apple devraient être bien meilleurs d’ici la fin de l’année. À moins, si l’on en croit un cabinet d’étude asiatique, que cet iPhone 7 ne parvienne pas suffisamment à se démarquer de l’iPhone 6 pour permettre à Apple de redresser la barre…