Le mobile LG à 10 dollars, vendu par Wal-Mart, est passé entre les mains d’ArsTechnica pour un test rapide. Et sans surprise, le terminal est mauvais, mais peut-être meilleur qu’espéré.

IMG_4591-980x653

Crédit photo : Ars Technica

Mais que vaut le smartphone LG vendu à seulement 10 dollars par Wal-Mart ? Aperçu à la mi-novembre auprès de l’enseigne, le petit terminal a visiblement intrigué nos confrères d’ArsTechnica, qui ont tenu à le tester dans les grandes lignes et à se faire une véritable idée de ce que l’on obtient quand on débourse si peu pour un mobile.

Il faut tout d’abord rappeler que ce « smartphone », qui apparaît sous les références TracFone LG Lucky LG16 et le TracFone LG L15G, embarque un écran de 3,8 pouces en définition 480 par 320 pixels (TFT-LCD), un CPU double-coeur cadencé Snapdragon 200 (ARM Cortex-A5 et d’un GPU Adreno 203) à 1,2 GHz, 4 Go de mémoire interne que l’on peut étendre grâce à une carte microSD (jusqu’à 32 Go), un capteur photo arrière de 3 mégapixels ou encore une batterie de 1530 mAh. A ce tarif-là, le mobile embarque une puce 3G, et est tout de même capable de se connecter au Wi-Fi, pour ceux qui en douteraient…

IMG_4594-980x653

Crédit photo : Ars Technica

Et pour ArsTechnica, l’élément le plus problématique concernant ce téléphone, c’est son écran. Le site explique que la qualité est tellement mauvaise, et les angles de vision tellement réduits, qu’il est tout à fait impossible de l’utiliser à plat sur une table, et que c’est de toute façon une épreuve d’effectuer la moindre tâche avec une dalle si médiocre. Les performances globales du mobile sont également mauvaises, mais c’était attendu, et ce n’est donc pas réellement décevant. Le journaliste indique que le mobile est « très lent », mais on suppose que nos grands-parents ne remarqueront pas spécialement la chose. ArsTechnica considère également que l’appareil photo fait partie des points noirs du mobile, mais les clichés publiés ne sont pas plus horribles que certains obtenus avec des tablettes d’entrée de gamme, vendues pourtant à des prix bien plus élevés. Disons que cet appareil pourra dépanner, de jour du moins.

Crédit photo : Ars Technica

Crédit photo : Ars Technica

« C’est bizarre de dire cela à propos d’un mobile sous Android 4.4 KitKat ; mais le logiciel est le point fort du LG Sunrise. Il exécute une version réelle d’Android, avec toutes les applications et les fonctionnalités que vous attendez de tout autre smartphone. Vous avez le Play Store et l’accès à plus d’un million d’applications, ainsi que toutes les applications Google et l’accès à peu près tous les services Google », raconte le média. Si on ne s’attend pas à ce que le téléphone soit mis à jour vers une version plus récente d’Android, l’aspect logiciel (LG UX) semble en tout cas correct, le mobile pouvant faire tourner « toutes les applications 2D du Play Store ». C’est mieux que rien…

Crédit photo : Ars Technica

Crédit photo : Ars Technica

La qualité de construction n’est évidemment pas à l’ordre du jour puisque les matériaux choisis sont les plus bas de gamme possible. Le média explique qu’on a ici affaire à un plastique « mou » qui prend la moindre marque, ou encore que la vitre et la dalle sont tellement séparées que les couleurs sont délavées (et cela joue sur les angles de vision évidemment).

Beaucoup de défauts donc, mais pas de mauvaise surprise. C’est en fait ce qu’on attendait, voir même mieux, quand on n’est prêt à débourser que 10 dollars dans un mobile.

Crédit photo : Ars Technica

Crédit photo : Ars Technica