Une semaine tout pile après avoir annoncé l’arrivée de son navigateur sur Android et iOS, Microsoft lance une première preview de Edge.

Google Chrome aura maintenant un nouveau concurrent multi-plateforme à affronter sur Android. Microsoft rejoint la guerre des browsers mobiles avec Microsoft Edge, sa solution maison qui se veut être le parfait compagnon d’un utilisateur de Windows 10.

Une navigation classique et quelques fonctions ingénieuses

Avec Edge sur Android, Microsoft ne prétend pas réinventer la navigation sur Internet. La firme a d’ailleurs décidé d’utiliser une base Chromium pour cette version de son navigateur (contre EdgeHTML sur Windows et WebKit sur iOS). L’utilisateur ne devrait donc voir aucune différence de rendu avec Google Chrome. Les classiques sont également là, comme la navigation privée ou la gestion des favoris et des onglets.

En revanche, la solution de Microsoft propose quelques fonctionnalités bienvenues. On note ainsi la présence d’une barre de navigation qui permet facilement de retourner à la page précédente ou la page suivante, d’accéder aux paramètres du navigateur ou d’envoyer un lien vers son ordinateur sous Windows 10 (à partir de la Fall Creators Update qui sort le 17 octobre 2017).

La barre d’URL permet de lancer rapidement une recherche (sur Bing par défaut, mais on peut configurer le moteur de recherche et choisir Google ou Yahoo) ou de scanner un QR Code, ce qui est plutôt original. Comme sur Windows 10, Microsoft propose un mode Lecture qui permet de lire un article sans éléments graphiques superflus, et une gestion des listes de lectures permettant de reprendre la lecture d’un article ultérieurement. Ces listes, comme l’historique et les favoris sont synchronisés par le compte Microsoft.

Comment télécharger Microsoft Edge

Le navigateur de Microsoft est pour le moment disponible en preview uniquement. Il faut donc s’inscrire au programme sur le Google Play Store en suivant ce lien. Une fois cela fait, il ne reste qu’à télécharger l’application depuis le Play Store. La procédure est donc très simple. Notez que le navigateur est disponible seulement en anglais pour le moment, mais cela n’empêche pas du tout son utilisation en France.