Introduction

Motorola revient donner un coup de pied à l’entrée de gamme avec les Moto G6, derniers-nés d’une gamme respectée qui représenteront les téléphones les plus mis en avant du constructeur. Le G6 Play se veut être l’offre la plus abordable, mais aussi son champion de l’autonomie. Et dans les faits ?

Fiche technique

Modèle Motorola Moto g6 play
Version de l'OS Android 8.0
Interface Android Stock
Taille d'écran 5,7 pouces
Définition 1440 x 720
Densité de pixels 282 ppp
SoC Snapdragon 430 à 1,4GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 505
Mémoire vive (RAM) 3 Go
Mémoire interne (flash) 32 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) 13 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 8 Mégapixels
Enregistrement vidéo 1080p
Wi-Fi Oui
Bluetooth 4.2 + LE + EDR + A2DP
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
SIM 2x nano SIM
NFC Non
Ports (entrées/sorties) microUSB
Géolocalisation Oui
Batterie 4000 mAh
Dimensions 154,4 x 72,2 x 9 mm
Poids 175 grammes
Couleurs Bleu, Or
Prix 199€
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone prêté par la marque.

Design

Les smartphones d’entrée de gamme peuvent parfois choisir de faire l’impasse sur le design pour maîtriser leur prix final. Le Moto G6 Play réussit, malgré son accessibilité, à ne pas trop encaisser sur cet aspect.

Il reprend les grandes lignes de ce dont nous a habitués le constructeur, à savoir des téléphones aux formes très arrondies. Sur la face avant, la bordure inférieure — relativement épaisse — inclut le logo Motorola, quand la bordure supérieure s’équipe de l’appareil photo frontal, du haut-parleur d’écoute qui est aussi le haut-parleur du smartphone, et le flash LED. La place est définitivement réservée à son grand écran 5,7 pouces en ratio 18:9.

Au dos, c’est là que la personnalité du constructeur s’exprime. Son unique capteur photo arrière est intégré dans le rond stylisé du fabricant rappelant un cadran de montre sportif, avec un gros flash LED en bas. Le scanner d’empreinte est placé en dessous de celui-ci, avec le logo Motorola.

Ce même dos est en verre polymère, avec un petit effet réfléchissant sympathique. Avec le coloris bleu nuit en test, le résultat est en tout cas convaincant et très plaisant à l’œil, pour un téléphone qui ne manque pas de personnalité.

Il est tout de même assez épais en mains et glissant, mais sa préhension est indéniablement agréable. Sur la tranche droite, on retrouve le bouton de verrouillage texturé et le volume. À la gauche, seule la trappe SIM est présente. Le port jack se situe en haut de l’appareil, le bas étant réservé au port micro USB. La grille d’appel sert aussi de grille haut-parleur à l’avant.

Écran

Concernant l’écran, le Moto G6 Play est équipé d’une dalle de 5,7 pouces IPS LCD supportant une définition maximale HD+, soit 1 440 x 720 pixels. Il s’agit ici d’un ratio d’affichage 18:9.

À l’œil nu et dans son réglage par défaut, on ressent immédiatement que la dalle tire vers le bleu. Les jaunes et rouges sont bien plus ternes qu’ils ne devraient l’être, même si la luminosité et le contraste de l’ensemble semblent assez bons particulièrement pour une dalle de ce prix. Cependant, malgré sa définition, l’affichage reste précis et agréable.

Notre sonde confirme ces premières impressions. À 8700 K en moyenne, la température de couleurs est clairement très froide avec des bleus bien trop présents. Son contraste de 1296:1 est plus que satisfaisant sur un modèle à ce prix, tandis que sa luminosité maximale à 488 cd/m² lui offrira une bonne visibilité. Comme d’habitude avec l’IPS, les angles de vision sont très bons.

Cette température de couleurs par défaut est assez décevante, mais Motorola fournit assez d’outils pour retrouver des couleurs réelles. On notera la présence de 2 modes de couleurs, normales ou éclatantes, ainsi qu’un réglage de température à 3 niveaux : chaude, neutre ou froide. On vous recommandera de passer en couleurs normales et température chaude.

Logiciel

Partie logicielle, on retrouve d’entrée de jeu Android 8.0 Oreo ainsi que le patch de sécurité de mars 2018. Comme toujours, Motorola s’attache à garder l’expérience Android relativement pure, avec quelques modifications pensées surtout pour donner des réglages plus fins à l’utilisateur (notamment sur l’écran, vu plus haut).

Les amoureux d’Android purs seront donc aux anges sur cette interface qui ne modifie rien de ce dont on a l’habitude désormais. Au programme : launcher à tiroir d’applications accessibles par glissement, notifications riches et volet Google.

Reste que Motorola rajoute quelques fonctionnalités bienvenues, accessibles facilement par l’application Moto. Le constructeur permet de garder votre écran allumé si vous le regardez ainsi que toute une batterie de gestes (secouer, trancher) pour activer des fonctionnalités précises.

Habituelles sur les téléphones de la marque, elles n’en sont pas moins intéressantes et pratiques au quotidien. Un point positif à rajouter à l’expérience voulue par Google donc.

Performances

On ne s’essouffle pas : le Moto G6 Play est équipé du Snapdragon 430 couplé à 3 Go de RAM, un SoC définitivement destiné à l’entrée de gamme. Ceci étant, il s’agit tout de même de Qualcomm, ce n’est donc pas une mauvaise puce en soi. Nous avons d’ailleurs plusieurs fois eu l’occasion de constater ses performances sur d’autres appareils.

Sur ce G6 Play, pas de problème : en utilisation normale, le téléphone est parfaitement fluide. On sent que l’absence d’interface rajoutée sur Android profite à l’appareil qui est très réactif de ce fait.

 Motorola Moto G6 PlayMotorola Moto G6Huawei P SmartXiaomi Redmi 5Nokia 6 (2018) / Nokia 6.1
SoCSnapdragon 430Snapdragon 450Kirin 659Snapdragon 450Snapdragon 630
AnTuTu 757 83070 551n/c55 01390 718
Lecture / écriture séquentielle265 / 91 Mo/s242 / 121 Mo/s266 / 135 Mo/s261 / 75 Mo/s269 / 116 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire17,7k / 17,3k IOPS17,4k / 14,8k IOPS17k / 17,5k IOPS15 191 / 2530 IOPS10,2k / 3,8k IOPS

En jeu, les performances du Snapdragon 430 ne déçoivent pas sur cette configuration. Arena of Valor se lance par défaut avec ses graphismes poussés au maximum, ce qui offre une expérience de jeu relativement bonne à 30 fps avec tout de même de nombreuses chutes. On conseillera plutôt de revenir aux réglages moyens afin de rendre l’expérience plus fluide.

Sur PUBG Mobile, ne vous attendez pas à dépasser le profil le plus bas graphiquement. Ceci étant, le jeu est en lui-même très fluide. Notons que sur ces jeux à sessions longues, le Moto G6 Play n’a jamais vraiment chauffé.

Appareil photo

Malgré son prix contenu, le Moto G6 Play compte bien avoir une partie photo convaincante. Pour cela, il s’équipe d’un unique capteur arrière de 13 mégapixels à détection de phase qui a tout de même un objectif ouvrant en f/2.0 et une taille de pixels à 1,12 µm.

Ne tergiversons pas : les photos sont… bof. Bof dans la moyenne des appareils disponibles à ce prix, ceci étant. Avec des conditions lumineuses correctes, ils ne s’en tirent pas trop mal avec des couleurs très bonnes et un HDR efficace.

La qualité se dégrade très vite dès lors que la lumière s’échappe. Le bruit se fait extrêmement présent en conditions de basse luminosité, ternissant le piqué de l’image très rapidement. La balance des couleurs reste cependant assez juste, c’est au moins ça. De nuit, le capteur ne capte tout simplement rien. Notons que la vitesse d’obturation du téléphone est la première à souffrir de ces conditions, s’allongeant à mesure que la scène est compliquée à interpréter. Forcément, cela n’en fait pas un compagnon très agréable à utiliser, même si le résultat est passable.

À l’avant, c’est un capteur de 8 mégapixels qui se charge de faire honneur à votre trombine. Celui-ci est un peu plus serviable et simple à utiliser et se dote par ailleurs d’un flash très efficace qui ne brûle pas nécessairement la photographie. Le bruit est toujours là, la netteté n’est pas exceptionnelle, mais le résultat ne déçoit pas forcément sur cette catégorie d’appareils.

Oui, les deux dernières photos vous présentent une photo avec et sans flash, dans les mêmes conditions. À savoir : je suis malade.

Autonomie

Le Moto G6 Play se veut être le nouveau champion de l’autonomie. Il s’équipe donc d’une large batterie de 4000 mAh, ce qui explique son épaisseur qui se remarque visuellement, mais n’est pas dérangeante en main.

Sur notre test Viser, le Moto G6 Play a réussi à tenir 11 heures et 31 minutes avant de rendre l’âme. Il s’agit là d’un excellent score, qui le met dans le haut du panier des derniers tests effectués, particulièrement sur cette tranche de prix.

Test d'autonomie Viser
  • Moto G6 Play : 691
  • Moto G6 : 480
  • Huawei P Smart : 424
  • Honor 6 C Pro : 490

En conditions réelles, le Moto G6 Play s’en tire avec une perte très minime de 5 % de batterie sur une vidéo lue pendant une heure avec la luminosité réglée à 200 cd/m². Sur une partie très serrée de 15 minutes forte en escarmouches sur Arena of Valor, le téléphone n’aura perdu que 3 % de batterie. Autant dire qu’il devrait facilement tenir la cadence sur une utilisation complète.

Notons que le Moto G6 Play est compatible avec la recharge rapide Moto TurboPower de 15 W, fait rare sur les appareils de cette gamme de prix. Le chargeur est inclus, mais nous n’avons pas pu la tester avec notre modèle de prêt.

Galerie photo

Prix et date de sortie

Le Moto G6 Play sera disponible durant la deuxième quinzaine de mai au prix de 199 euros. Notons qu’une coque de protection est offerte avec le téléphone.

Test Moto G6 Play Le verdict

design
7
Le Moto G6 Play n'a rien de très grandiloquent dans son apparence, mais réussit tout de même à avoir une personnalité grâce au rond dorsal habituel de la marque. Bien qu'un peu glissant, son design tout en verre a un touché très agréable en main et offre une très bonne préhension.
écran
7
Pour voir la vie en bleu, pas de problème. Pour avoir une dalle bien calibrée en sortie de boîte, ce n'est toutefois pas ça. L'écran est lumineux et bien contrasté, mais il faudra passer dans les réglages pour récupérer cet écart de la part de la marque. Au moins y a-t-il des réglages.
logiciel
8
Le Moto G6 Play continue la (bonne) volonté du constructeur de suivre Android pur de très près, tout en rajoutant quelques fonctionnalités légères mais très pratiques. Ce n'est pas très original, mais c'est fonctionnel, très fluide, et cela promet des mises à jour rapides à l'avenir. On ne s'en plaindra pas.
performances
7
Pas de quoi sauter au plafond avec un Snapdragon 430 et 3 Go de RAM, mais le SoC de Qualcomm tient tout de même une bonne cadence d'utilisation et sait gérer les derniers jeux... pour peu que vous ne vouliez pas la meilleure expérience disponible. Serviable, mais pas excellent.
caméra
7
Encore une fois, nous avons ici un capteur photo capable de faire de belles photos lorsque les conditions sont parfaites, mais qui traîne des pieds dès que la lumière vient à manquer. Et encore une fois, le résultat est serviable. Le capteur avant est plus pratique, et son flash bien pratique.
autonomie
9
Sur cette gamme, le Moto G6 Play n'a tout simplement pas de concurrent. Si votre priorité absolue est l'autonomie, il sera votre champion au quotidien avec une grosse batterie capable d'encaisser vidéos et jeux sans pour autant vous abandonner à la fin de la journée. A cela se rajoute la recharge rapide 15W pour toujours plus d'autonomie.
Note finale du test 7/10
Le Moto G6 Play n'est pas un smartphone qui en met plein la vue, loin de là. Le but de la marque a toujours été d'offrir un téléphone solide à ceux qui ne veulent pas de fioritures mais une bonne expérience.

Ce contrat somme toute classique est bien rempli. Si le Snapdragon 430 ne brille pas, il remplit parfaitement son rôle et ne se fait pas dépasser. Même chose pour ses capacités photo, qui ne ternissent pas le tableau mais ne l'embellissent pas non plus. Son écran est bon, et son design est assez neutre pour convenir à tout le monde.

Reste donc l'autonomie. C'est là le gros point fort du Moto G6 Play, qui continuera de fonctionner quand les autres vous auraient déjà abandonné. Si c'est votre principale attente, il saura vous ravir. Pour les autres, il restera très banal.
  • Points positifs
    • Excellente autonomie
    • Interface pure et fluide
    • Design sobre et efficace
  • Points négatifs
    • Assez épais
    • Ecran trop bleu par défaut
    • Définition HD, toujours