Introduction

Avec les Nokia 3,5 et 6, HMD a ramené le nom de Nokia sur le devant de la scène. Le retour de la marque finlandaise dans le secteur du mobile se fait par le biais de ces nouveaux smartphones Android. Présentés lors du MWC 2017, ils ont mis longtemps avant d’arriver entre nos mains. Notre attente a finalement pris fin et nous avons pu essayer le Nokia 5. Voici nos impressions !

Voir le sigle « Nokia » floqué sur un smartphone Android provoque un étrange sentiment de plénitude. L’objet allie en effet et la nostalgie inhérente à la marque Nokia qui a laissé une empreinte indélébile dans le secteur du mobile, et l’affection que l’on porte à l’OS de Google et à ses personnalisations à foison.

Ainsi, je n’ai pas pu m’empêcher de considérer le Nokia 5 avec beaucoup d’enthousiasme quand il est arrivé à la rédaction dans le cadre de ce test. Ce smartphone mise beaucoup plus sur un bon rapport qualité – prix que sur des performances au top. Reste à savoir s’il réussit son pari. C’est à cette question que nous répondrons dans ce test. Et comme toujours, on commence par la fiche technique de l’appareil.

Le retour du logo Nokia sur les smartphones

Fiche technique

Modèle Nokia 5
Version de l'OS Android 7.1 Nougat
Interface Android Stock
Taille d'écran 5,2 pouces
Définition 1280 x 720 pixels
Densité de pixels 282 ppp
SoC Snapdragon 430 à 1,4GHz
Processeur (CPU) Cortex-A53
Puce Graphique (GPU) Adreno 505
Mémoire vive (RAM) 2 Go
Mémoire interne (flash) 16 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) 13 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 8 Mégapixels
Enregistrement vidéo 1080p
Wi-Fi 802.11 a/b/g/n/ac
Bluetooth 4.1 + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 850 MHz, 900 MHz, 1900 MHz, 1800 MHz
SIM nano SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) microUSB
Batterie 3000 mAh
Dimensions 149 x 72,5 x 8 mm
Couleurs Blanc, Bleu, Noir, Argent, Cuivre
Prix 179 euros
Fiche produit

Nokia nous a prêté ce smartphone le temps de réaliser le test.

Un design ultra sobre

Bon, qu’on se le dise tout de suite, le Nokia 5 n’est pas vraiment beau… Et à vrai dire, il n’est pas vraiment moche non plus. Pour résumer grossièrement, disons que le premier mot — il s’agit plutôt d’une onomatopée — qui vient à l’esprit est « Meh », suivi d’un haussement d’épaules aboulique.

Et cette réaction est assez logique puisque l’esthétique de ce téléphone ne présente pas de distinctions particulières. À l’avant, la dalle noire en verre recouvre presque la totalité de la surface, mais les bords imposants offrent un cadre en aluminium faisant oublier qu’on a affaire à un revêtement 2,5D.

Les contours autour de l’écran sont assez épais, sans être choquants, tandis que, sur le bord inférieur, on retrouve le lecteur d’empreintes — discret et efficace sans être particulièrement rapide — encadré par les touches capacitives rétroéclairées Multitâches et Retour.

Le dos en aluminium aurait été très homogène si le module photo couplé au flash ne prenait pas autant de place sur la longueur, au centre en haut de la surface. Ces composants sont recouverts par une couche de verre dépassant légèrement en relief. Quant aux antennes, elles sont visibles, mais elles longent vraiment les tranches supérieure et inférieure du terminal. Ainsi, elles ne perturbent pas trop le design général.

Le module photo dépasse très légèrement en relief

Notez aussi que le smartphone donne l’impression d’être un peu épais, mais ce détail ne gêne pas le confort en main. En bas, le connecteur micro-USB (dommage en 2017) côtoie le haut-parleur. De l’autre côté, on trouve la prise jack. À droite, il y a le bouton de verrouillage et les contrôles du volume et à gauche se logent deux tiroirs, un pour la carte nano SIM, l’autre pour la microSD.

Enfin, on observe que Nokia semble si heureux de revenir sur le marché des smartphones que le constructeur a intégré son logo à l’avant (en haut et à droite) et à l’arrière (pile au centre). Impossible de passer à côté.

Les deux tiroirs nano SIM et microSD

Le port micro USB

Un bon écran, mais peu contrasté

On parle ici d’un smartphone qui mise surtout sur un tarif attractif. Ainsi, il ne faut pas s’étonner de voir que la définition d’affichage n’est « que » HD. Est-ce un défaut ? Pas tant que cela, d’autant que c’est en général suffisant pour la diagonale de 5,2 pouces de l’écran IPS LCD du Nokia 5.

Par ailleurs, l’écran réussit à pousser sa luminosité jusqu’à 657 cd/m². Autrement dit, même exposé en plein soleil, vous n’aurez jamais de mal à distinguer ce qui est affiché et si vous avez le malheur de régler la luminosité à fond dans un environnement sombre, vous serez carrément aveuglé. En plus de cela, la température des couleurs se stabilise autour des 7 500 K. Cela manque ainsi un peu de rouge, mais c’est tout de même un bon résultat.

Le vrai regret de cet écran, c’est qu’il est un peu trop juste au niveau du contraste. Cela peut se voir à l’œil nu, les couleurs les plus vives ne ressortent pas aussi bien qu’elles le devraient. La sonde colorimétrique confirme cette impression en indiquant un contraste de 967:1, en deçà du seuil conseillé pour un bon contraste.

Android pur

On ne peut presque pas faire plus épurée que l’interface du Nokia 5 qui tourne nativement sous Android 7.1.1 Nougat. L’expérience est extrêmement fidèle à celle imaginée par Google. HMD n’y a rien ajouté. C’est d’une simplicité extrême, à tel point qu’il est impossible de s’y perdre. Par ailleurs, la fluidité générale de la navigation contribue à cette bonne impression — quelques latences se font malheureusement ressentir çà et là au lancement de certaines applications, plus par manque de puissance que par la lourdeur de son interface.

D’aucuns regretteront sans doute l’absence de certaines fonctionnalités proposées par quelques interfaces constructeurs, mais il est bon de rappeler ici que HMD tient parfaitement ses promesses. L’entreprise avait en effet annoncé de l’Android pur depuis le début. Aucune mauvaise surprise pour le coup et gageons qu’un grand nombre d’utilisateurs y trouveront leur compte.

Dans les paramètres, le téléphone tente tant bien que mal de vous faire croire que vous pouvez utiliser des « Gestes » pour activer des raccourcis. Mais il suffit d’appuyer sur l’onglet pour se rendre compte que la seule option proposée permet uniquement de lancer l’appareil photo en appuyant deux fois sur le bouton de déverrouillage. Même remarque pour le menu « Mouvement » qui permet simplement de rejeter un appel ou de couper le son en retournant ou soulevant l’appareil.

Enfin, il faut tout de même noter que des applications d’Orange sont installées par défaut sur le téléphone et occupent ainsi de la place (l’espace de stockage interne est de 16 Go). Heureusement, la grande majorité peut être supprimée sans problème. Ces applications sont installées par défaut, car l’opérateur français historique est le revendeur exclusif du Nokia 5.

Capteur photo : correct le jour, horrible la nuit

Le Nokia 5 dispose d’un capteur photo de 13 mégapixels. En journée vous pourrez en tirer des images convenables, mais l’ensemble reste un peu fadasse malheureusement. Le niveau de détails n’est pas folichon et on ne peut s’empêcher de trouver le rendu un peu terne en général.

Pourtant, si on y met un minimum d’efforts, le smartphone réussit assez bien à gérer l’exposition et sans trop perdre de temps dans le processus — en faible luminosité par contre, c’est une autre paire de manches, comme nous le verrons plus bas.

La qualité de cette photo est correcte.

Très nuageux, le ciel n’est pas totalement surexposé.

En macro, le comportement du capteur est assez aléatoire et varie entre les images correctes dans lesquelles l’effet net – flou est bien visible et les clichés où la netteté a décidé de faire grève.

Ici le net-flou ressort relativement bien.

Ici, le même effet est complètement raté.

Et nous arrivons enfin à la principale faiblesse du Nokia 5 en ce qui concerne les photos : les images en faible luminosité. C’est affreux. Impossible d’obtenir une image nette, celle-ci étant systématiquement bruitée. Le pire dans tout cela, c’est que l’appareil photo met, sans trop de mauvaise foi, trois secondes à se déclencher quand vous prenez une photo la nuit. Trois longues secondes pour un résultat médiocre.

Argh, que c’est bruité !

Donc non, si vous voulez prendre de belles photos, pétantes, nettes et faciles à réussir, ne choisissez pas le Nokia 5.

Des performances correctes

Comme vous vous en doutez au vu des caractéristiques du Nokia 5, celui-ci n’a pas du tout vocation à concurrencer les meilleurs smartphones du secteur. Pour mémoire, il est équipé d’un modeste Snapdragon 430 couplé à 2 Go de RAM. Ce n’est clairement pas une bête de course et sur les jeux les plus gourmands on le ressent clairement.

Quelques ralentissements peuvent être observés et je ne saurai recommander ce téléphone pour les grands amoureux de jeux vidéo mobiles. Si vous n’êtes pas de ceux-là, le Nokia 5 répondra parfaitement à vos attentes. Sur des jeux légers, il s’acquitte parfaitement des tâches qui lui incombent.

 Nokia 5Lenovo Moto G5Honor 6X
SoCSnapdragon 430Snapdragon 430Kirin 655
AnTuTu45 536 points44 697 points 56 740 points
PCMark 1.05 023 points4 659 points 4 998 points
PCMark 2.03 809 pointsN/CN/C
3DMark Ice Storm Unlimited General9 491 points9 398 points 11 896 points
3DMark Ice Storm Unlimited Graphics9 662 points9 589 points 11 483 points
3DMark Ice Storm Unlimited Physics8 939 points8 786 points13 612 points
3DMark Sling Shot Extreme299 pointsN/CN/C
3DMark Sling Shot Extreme (Graphics)245 pointsN/CN/C
3DMark Sling Shot Extreme (Physics)1 321 pointsN/C
GFXBench (Manhattan offscreen / onscreen)7,1 / 14 FPS7,1 / 7 FPS7,8 / 8,4 FPS
GFXBench (T-Rex offscreen / onscreen)17 / 27 FPS16 / 16 FPS19 / 19 FPS
GFXBench (Car Chase)2,5 / 5,3 FPSN/CN/C
Lecture / écriture séquentielle260 / 77 Mo/sN/CN/C
Lecture / écriture aléatoire10 706 / 2 232 IOPSN/CN/C

Comme vous pouvez le voir sur les benchmarks, il ne faut pas en réclamer trop de la part de ce téléphone qui fournit le strict minimum, mais n’a pas à rougir de la concurrence du Lenovo Moto G5 ni même du Honor 6X.

Une autonomie costaude

Avec une batterie de 3 000 mAh, on ne s’attend pas à une endurance de folie venant du Nokia 5. Et pourtant, il ne déçoit pas du tout. On peut l’utiliser de manière poussée pendant plus d’une journée sans avoir à le recharger. Cette impression se confirme dans nos tests d’autonomie.

En effet, sur SmartViser, un protocole qui simule une utilisation intensive du smartphone, le Nokia 5 a tenu 21 heures. Il enregistre ainsi un très bon résultat (sans atteindre des records non plus) et peut être rangé dans le haut du panier à cet égard. Cette bonne autonomie s’explique notamment par le fait que la définition de l’écran de l’appareil ne dépasse pas 720p.

Le Nokia dispose d’une bonne autonomie

Par ailleurs, après avoir lancé une vidéo YouTube pendant une heure avec l’écran réglé à 200 cd/m², le téléphone n’a perdu que 9 % de sa batterie. Une performance plus qu’honorable, supérieure à la moyenne de 2017. Dans ce domaine, le Nokia 5 marque de bons points.

Réseau et communication

Je n’ai jamais rencontré le moindre problème avec les appels que je recevais ou que je passais. Mes conversations avec mes interlocuteurs se faisaient sans heurt. Il est bon de préciser que même si le smartphone est vendu exclusivement chez Orange jusqu’à  la fin de l’année, j’ai pu l’utiliser avec une carte SIM Free. À ce propos, HMD a confirmé que le smartphone est débloqué et peut donc être utilisé sur le réseau de tous les opérateurs.

D’ailleurs, le Nokia 5 est compatible avec toutes les bandes de fréquence 4G françaises. Je n’ai jamais eu de difficulté à me connecter, mais le smartphone ne supporte pas au-delà de la catégorie 4. Vous n’aurez donc jamais un débit supérieur à 150 / 50 Mbps. Enfin, le GPS fonctionne correctement.

Prix et disponibilité

Comme indiqué plus haut, le Nokia 5 est une exclusivité Orange jusqu’à la fin de l’année. Il sera disponible chez l’opérateur historique à partir du mois d’août pour un prix de 219,90 euros. Vous pouvez aussi le trouver à partir de 1 euro si vous concédez à vous engagez pendant une durée de 24 mois.

Galerie photo

Test Nokia 5 Le verdict

design
8
Rien de particulier à dire sur le design du Nokia 5. L'appareil a une allure très classique. Mais pour un smartphone lancé à moins de 250 euros, ce que l'on exige c'est un confort de prise en main et un appareil qui ne soit pas moche, à défaut d'être sublime. En cela, le Nokia 5 répond parfaitement aux critères.
écran
7
Le Nokia 5 offre un écran HD de 5,2 pouces de bonne facture dans l'ensemble. Il brille par sa très haute luminosité maximale et sa température des couleurs satisfaisante. Dommage que son contraste soit un peu trop faible.
logiciel
7
On a le droit ici à la toute dernière mouture d'Android Nougat, la version 7.1.1. Et pour le plus grand plaisir des amoureux puristes de l'OS de Google, HMD a décidé de ne rien ajouter par-dessus, offrant ainsi une expérience aussi pure que possible. Amusez-vous donc à personnaliser l'interface comme bon vous semble. Prenez garde aux éventuelles latences que vous pourrez rencontrer.
caméra
5
Aïe ! Le capteur de 13 mégapixels est très moyen. S'il arrive à s'en sortir plus ou moins dans des conditions normales d'utilisation, il devient beaucoup trop poussif dès que la lumière ambiante est trop faible. C'est peut-être le principal défaut du Nokia 5.
performances
7
S'il s'agissait d'un flagship onéreux, le Nokia 5 aurait eu 3 ou 4 sur 10 en performances, pas plus. Mais on parle ici d'un smartphone bon marché qui malgré ses caractéristiques très modestes réussit à fournir une expérience correcte, au même titre que les autres smartphones intéressants dans cette gamme de prix.
autonomie
8
Le Nokia 5 fait pâle figure à côté du mythique Nokia 3310 que l'on pouvait utiliser pendant un siècle avant de le recharger. Néanmoins, pour un smartphone, le produit testé ici ne fait pas honte à sa lignée et permet de tenir bien longtemps en utilisation intensive. Un atout très appréciable.
Note finale du test 6/10
Le Nokia 5 n'est pas le meilleur smartphone n’ayant jamais existé, loin de là. Néanmoins, dans sa gamme de prix, il offre des caractéristiques et une qualité intéressantes. Son design très sobre, son écran globalement satisfaisant, son expérience Android pur et sa bonne autonomie sont autant de qualités qui font de lui une option intéressante pour tous les consommateurs à budget limité.

Impossible néanmoins de ne pas mentionner les défauts importants du Nokia 5. Le premier qui vient en tête est évidemment l'appareil photo, beaucoup trop laborieux en faible luminosité. Par ailleurs, l'absence de port USB Type-C et le contraste un tantinet trop faible de l'écran sont également des éléments qui pourraient vous décourager de l'acheter.

Bref, il peine à tenir tête à sa concurrence direct proposée au même prix, mais il pourrait devenir une alternative intéressante en dessous de la barre des 200 euros.
  • Points positifs
    • Belle autonomie
    • Design banal, mais efficace
    • Android pur
    • Écran satisfaisant
  • Points négatifs
    • Mauvais appareil photo
    • microUSB
    • Contraste trop faible