Pour optimiser la qualité photo de son Nokia 8, HMD a fait appel à l’expertise de Carl Zeiss, une entreprise allemande. Il faut dire qu’en 117 ans d’existence, celle-ci a eu le temps d’accumuler un savoir-faire considérable dans le secteur de la photographie. Nous vous proposons ici de découvrir plus en détail l’histoire de cette entreprise.

En 2016, Huawei présentait le Huawei P9, un smartphone haut de gamme doté d’un double capteur photo. Celui-ci avait la particularité d’être estampillé du nom de Leica, le spécialiste allemand de la photo. Or, si ce smartphone a bel et bien popularisé la mode du double capteur photo dans le marché du mobile, il n’est pas le premier à bénéficier d’un partenariat avec un grand nom de la photo pour optimiser ses clichés.

Avant Huawei et Leica, il y a eu en effet Nokia et Carl Zeiss. Et le Nokia 8, fraîchement dévoilé, remet en lumière ce partenariat qui n’a pas attendu le passage sur Android des smartphones de la marque finlandaise pour éclore. Depuis la gamme des Lumia, à l’époque où Nokia était encore sous Windows Phone, et même avant avec la série des Nokia N, les deux partis avaient déjà collaboré sur le développement de modules photo.

Mais qui est donc Carl Zeiss ? Pour trouver l’origine de cette entreprise, il faut remonter au XIXe siècle et s’intéresser à un ingénieur-opticien qui s’appelait… Carl Zeiss. Rien de très surprenant jusqu’ici. Comme vous pouvez vous en douter, c’est ce dernier qui a créé la société qui nous intéresse aujourd’hui.

Carl Zeiss

Et l’entreprise est de celles qui peuvent se vanter d’avoir une sacrée histoire dans le milieu. Une histoire qu’elle n’hésite pas à mettre en avant sur son site web.

Les débuts et l’innovation

En 1846, à Iéna en Allemagne, Carl Zeiss ouvre un atelier d’optique et de mécanique de précision. Celui-ci se lance notamment dans la fabrication de microscopes. L’affaire tourne plutôt bien et l’entreprise recrute un certain Ersnt Abbe. Ce dernier, physicien de formation, prend la tête du pôle Recherche.

Par ses travaux, il va mettre au point de nouvelles techniques permettant d’affiner considérablement la précision des microscopes. Il devient notamment célèbre pour avoir mis au point le prisme d’Abbe et le nombre d’Abbe, des éléments essentiels dans le secteur de l’optique. C’est essentiellement grâce à ses travaux que la firme se présente aujourd’hui comme étant un pionnier de ce secteur.

Ernst Abbe

Premiers pas dans la photographie

Par ailleurs, Ersnt Abbe reprend la tête de l’atelier à la mort de Carl Zeiss en 1888. L’entreprise connait alors une période de faste croissance et développe sans cesse des technologies plus poussées, Ersnt Abbe incitant le groupe à investir massivement dans la recherche. C’est à cette période — à cheval entre le XIXe et le XXe siècle — que la firme se diversifie et concentre une partie de ses activités dans la photographie, avec la création d’un département dédié.

C’est ainsi que la fondation lance son premier objectif photo sur le marché en 1890. Mais surtout, en 1902, la firme présente l’objectif Tessar doté de quatre lentilles. Réputé pour fournir des images de qualité avec un niveau de détails bien prononcé, l’outil renforce encore plus la notoriété de l’entreprise.

Effort de guerre nazi et Guerre froide

Interviennent alors les deux guerres mondiales qui ont ensanglanté le XXe siècle. Pour les deux conflits, les usines et les chercheurs de Carl Zeiss ont été réquisitionnés pour fabriquer du matériel de guerre. Vous l’aurez donc compris, pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), l’entreprise a fourni le régime nazi d’Adolf Hitler.

Après la défaite et la reddition totale du Troisième Reich, Carl Zeiss est pointé du doigt pour avoir aidé l’armée allemande et l’idéologie nazie. Les Alliés décident d’occuper les locaux de l’entreprise pendant quelques mois et en profitent notamment pour mettre la main sur certains brevets et équipements spéciaux.

Les Alliés vont également déplacer une grande partie des équipes de chercheurs en Allemagne de l’Ouest, dans la zone occupée par les Américains. Or, l’autre moitié de l’entreprise Carl Zeiss reste en Allemagne de l’Est et se retrouve ainsi sous le contrôle de l’URSS. C’est ainsi que la firme est partagée en deux, dispersée de part et d’autre d’une Allemagne divisée par la Guerre froide.

Une entreprise coupée en deux

Les deux parties vont réclamer l’héritage de l’entreprise originale et vont se livrer une concurrence acharnée qui débouchera sur la commercialisation de nombreux produits, notamment dans le domaine de la photographie. Carl Zeiss de l’Allemagne de l’Ouest participe notamment au coup d’éclat des États-Unis dans la conquête spatiale : le premier pas de l’Homme sur la Lune est immortalisé par un objectif Zeiss.

Il faudra attendre 1990 pour assister à la réunification de l’entreprise (un an après celle de l’Allemagne).

La fin du XXe siècle est quelque peu compliquée pour la firme qui est obligée de se restructurer et de se débarrasser de ses filiales les moins fructueuses. Mais Zeiss reprend du poil de la bête à partir des années 2000. Dans la photographie, l’entreprise n’a cessé de se forger un nom et une réputation en concevant et/ou fabriquant divers objectifs pour des marques telles que Hasselblad, Contax, Nikon, Canon, Logitech… et Nokia.

L’alliance avec Nokia

Carl Zeiss a fait ses premiers pas dans le domaine de la téléphonie mobile avec Nokia. À l’époque où les smartphones du Finlandais étaient encore sous Windows Phone, cette collaboration a donné naissance au Nokia Lumia 1020, sorti en 2013, est doté d’un capteur photo certifié par Zeiss. Les appareils photo des Lumia 925, 820 ou encore 720 — entre autres — sont également estampillés du nom de la marque allemande.

Il s’agissait là de l’un des principaux arguments de vente de la gamme Lumia, très axée sur la photo. Un avantage que HMD — le groupe à l’origine du retour de la marque Nokia sous Android — a voulu reprendre à son compte. C’est donc tout naturellement que l’alliance entre Zeiss et Nokia a été renouvelée.

« Collaborer avec Zeiss est une part importante de notre engagement à toujours fournir la meilleure expérience à nos clients. Nos fans veulent plus qu’un bon appareil photo pour smartphone, ils veulent une expérience photo complète qui redéfinit les codes plutôt que de les suivre. C’est ce qu’attendent nos fans et, avec Zeiss, nous le fournissons […] », explique ainsi Arto Nummela, patron de HMD. De son côté, Matthias Metz, l’un des dirigeants de Zeiss, met en avant « l’excellence et l’innovation » qui découlent de ce partenariat.

Les deux groupes ont quelque chose à y gagner. De son côté, la marque Nokia montre qu’elle est toujours capable de fournir des photophones de qualité grâce à l’expertise d’un spécialiste du domaine. Quant à Zeiss, l’idée est d’associer son image à un grand nom du marché du mobile qui dispose, par ailleurs, d’une aura très particulière. Autrement dit, l’entreprise gagne encore plus en notoriété et s’insère dans le secteur très porteur des smartphones.

Zeiss, un allié de poids

Zeiss est présent dans le monde entier et commercialise, entre autres, des appareils photo, des caméras de cinéma (Le Seigneur des Anneaux a été filmé avec l’un de ses produits) ou encore des solutions d’imagerie pour les industries, du matériel d’ophtalmologie pour la médecine et divers modèles de microscopes. Pour l’ensemble de ses activités, l’entreprise allemande a enregistré, pour son année fiscale 2015 /2016 (PDF), un chiffre d’affaires de plus de 4,8 milliards d’euros pour un bénéfice net de 404 millions d’euros.

171 ans après sa création, Zeiss semble être un partenaire de choix pour Nokia.