Puisqu’ils ne peuvent pas augmenter sensiblement l’autonomie des téléphones sans que cela n’impacte sensiblement les performances ou le design de leurs produits, les constructeurs ont donc décidé d’attaquer le problème sous un autre angle : celui de la recharge. Dans cette optique, Sony vient de présenter son Quick Charger UCH12, un adaptateur secteur compatible avec les principaux standards de charge rapide.

 sony-uch12

Le Quick Charger UCH12 de Sony se présente comme à peu près n’importe quel adaptateur secteur traditionnel, et pourtant, il a ce petit quelque chose qui fait que vous ne pourrez plus vous en passer. En effet, sa sortie USB peut supporter des tensions allant jusqu’à 12 V et est compatible aussi bien la technologie Quick Charge 3.0 Class A de Qualcomm que le Pump Express+ 2.0 de MediaTek.

Grâce à cela, l’adaptateur secteur UCH12 peut recharger à leur vitesse maximale un grand nombre d’appareils, pas uniquement ceux du Nippon, et Sony promet 5,5 heures d’autonomie supplémentaires pour seulement 10 minutes de charge. Ces chiffres correspondent néanmoins à un téléphone et un usage bien particuliers et dépendent bien évidemment de votre propre consommation. En outre, pour que cela fonctionne, il faut que le téléphone soit équipé des dernières technologies concernées.

Le LG G5 par exemple, compatible avec le Quick Charge 3.0 de Qualcomm, pourrait tirer pleinement avantage de cet accessoire, tandis que le Galaxy S7, compatible uniquement avec la norme 2.0, n’en profitera que dans la limite de ses propres capacités.

La charge rapide, nouvelle marotte des constructeurs

Les constructeurs communiquent de plus en plus sur la vitesse de charge de leurs terminaux, promettant que quelques minutes passées à portée d’une prise électrique pourront rallonger de plusieurs heures l’autonomie de votre téléphone. Durant le MWC 2016 par exemple, Oppo a fait la démonstration – impressionnante s’il en est – de sa nouvelle technologie SuperVOOC. Malheureusement, ce dernier nécessite des éléments propres au constructeur chinois à l’intérieur du téléphone, ce qui rend son usage plus limité que les traditionnelles solutions de Qualcomm et MediaTek, bien plus répandues.