Introduction

Petit à petit, Xiaomi rend son Mi Band plus pertinent. Après deux essais réussis, la firme a cette année décidé de lancer un Mi Band 2 avec un écran OLED intégré, ce qui constitue son unique nouveauté. Un écran qui devrait permettre de rendre le capteur cardiaque enfin utile. 

DSC_9940

Design et confort

Après un Mi Band 1S tout à fait semblable au Mi Band premier du nom, et qui n’était finalement là que pour faire patienter un peu les fans, Xiaomi a enfin décidé de remanier sa recette et propose un Mi Band 2 un peu plus moderne. Le premier élément visuel qui nous saute aux pupilles, c’est évidemment la surface plate et vitrée qui remplace la surface légèrement arrondie et en aluminium, où l’on ne trouvait auparavant qu’un système de LED pour fournir des informations à l’utilisateur.

DSC09883

Ici, la surface vitrée intègre un écran OLED qui permet d’afficher quelques informations utiles, mais également un bouton tactile rond, en bas de ce module. On reviendra dessus plus tard, mais il suffit de tapoter dessus pour faire défiler certaines données, sans avoir à passer par l’application Mi Fit donc.

DSC09880

Le module de ce Mi Band 2 gagne un peu – et même étrangement puisqu’on avait le sentiment du contraire – en épaisseur (4,03 × 1,57 × 1,05 cm) par rapport au module du Mi Band 1S (3,7 × 1,36 × 0,99 cm) et au Mi Band (3,6 × 1,4 × 0,9 cm). Le Mi Band 2 pèse 17 grammes, ce qui est aussi un peu plus lourd que les précédents modèles qui pesaient 14 et 13 grammes. Évidemment, on parle ici seulement du module, et pas du module et du bracelet réunis.

DSC_9946

Venons-en justement au bracelet. Sur ce modèle, on a le sentiment de gagner un peu en qualité et en esthétisme, quitte à perdre en souplesse. Le système d’attache reprend le design du bouton tactile de l’écran. En matière de design, c’est l’équivalent d’assortir ses chaussettes à son t-shirt, et c’est très bien vu de la part de Xiaomi. Les encoches sont fines et discrètes sur ce nouveau modèle, et on peut dire sans crainte que l’ensemble gagne en « charme ».

DSC_9962

À noter que le Mi Band 2 est certifié IP67, et qu’il a passé l’épreuve de la douche avec succès.

 

Ecran OLED

La seule question que pose en fait ce Mi Band 2, c’est celle de l’utilité de l’écran OLED, qui est équivalent à celui qu’on a pu voir sur un Fitbit Charge HR par exemple. Il permet, sans fioritures, d’accéder à des données en temps réel, sans avoir besoin de sortir le smartphone de la poche. C’est tout de même bien plus simple de pouvoir ne serait-ce que consulter l’heure depuis le bracelet.

DSC_9969

L’écran est facilement lisible, mais on regrette qu’il ne soit pas possible de régler la luminosité ou la durée d’affichage. La seule interaction avec cet écran consiste à appuyer sur le bouton tactile et faire défiler les données.

Du coup, à part afficher l’heure, l’écran ne présente pas un intérêt grandiose en session de sport puisqu’on ne peut pas avoir l’affichage de la fréquence cardiaque en continu.

 

Logiciel et fonctions

Mi Fit

L’application Mi Fit, elle, n’a pas grandement évolué non plus. D’ailleurs, elle se présente exactement de la même façon que lors de notre test du Mi Band 1S, et on peut télécharger la version 2.1.4 du Play Store (le QR code de la notice du Mi Band renvoie d’ailleurs vers celle-ci). Une version qui semble d’ailleurs très peu convenir aux utilisateurs puisque Mi Fit n’obtient qu’une note de 3,1/5 sur le Play Store.

mi-fit-1

Nul besoin de chercher des nouveautés, et on ne s’attardera pas sur cette app. Pour ceux qui découvrent, elle se présente de manière différente d’auparavant où on naviguait de gauche à droite (ou l’inverse) dans le menu. Maintenant, une page principale affiche les données liées au sommeil, aux activités journalières, et au poids (si vous possédez une balance connectée appairée, comme la Withings Body Cardio), et il suffit de cliquer sur l’une d’elles pour obtenir des informations détaillées.

mi-fit-2

Comme on le notait la dernière fois, il serait temps que Xiaomi s’intéresse un peu à l’ergonomie de son application, moins bien fichue que ce que fait la concurrence. Quand on voit par exemple les progrès faits par Samsung sur son application S Health, il y a de quoi être jaloux.

Donnés

Avec l’intégration d’un écran, Le Mi Band 2 gagne un peu en intérêt. Par exemple, le cardiofréquencemètre devient enfin pertinent – il ne l’était pas sur le 1S – puisqu’on peut lancer une mesure directement depuis le poignet. Auparavant, il fallait passer par l’application, ce qui n’avait par exemple aucune utilité pour le sportif en course. Depuis le poignet, et l’écran du Mi Band, on a également accès au nombre de pas effectués, à l’heure, ou encore au pourcentage de batterie récent.

Des données de sommeil sont accessibles sur l’application, avec le détail des phases de sommeil léger ou de sommeil profond, et on les trouve assez pertinentes. Petite nouveauté : que ce soit pour les pas ou le sommeil, l’app permet désormais d’afficher un graphique jour par jour, hebdomadaire ou mensuel.

DSC_9975

Pour le reste, il nous est difficile de dire avec précision si les données de pas, de fréquence cardiaque ou de minutes endormies sont tout à fait exactes, mais rien ne nous a choqué durant la période de test. Disons simplement que ça ne semble, une fois n’est pas coutume, ni plus ni moins fiable que chez les autres constructeurs de bracelets connectés.

Autonomie

Concernant l’autonomie, Xiaomi annonce 20 jours d’endurance en veille grâce à une batterie de 70 mAh. C’est moins que pour le Mi Band 1S et sa batterie de 45 mAh, où Xiaomi annonçait un mois d’autonomie. Là, l’écran semble grandement peser dans la balance, et d’après notre utilisation, on peut s’attendre à un peu plus de 10 jours d’endurance. Ce sera moins en cas d’activités sportives qui nécessitent plus d’utilisation du capteur cardiaque.

DSC09881

Rechargé complètement le lundi après-midi, le Mi Band 2 affiche 90 % restant le mercredi après-midi, et 80 % le vendredi après-midi. Sur la base d’une perte de 20 % en 5 jours, le module devrait donc tenir 25 jours. On a été habitué à encore mieux chez Xiaomi, mais c’est vraiment bien.

Pour le recharger, il suffit de le retirer du bracelet et de le placer sur son « socle » de recharge USB. Comme pour les modèles précédents, le Mi Band 2 n’est pas fourni avec un adaptateur secteur.

Prix et disponibilité

C’est toujours un peu problématique quand il s’agit de s’offrir un produit Xiaomi. Le produit est commercialisé au tarif d’environ 60 euros chez Geekbuying ou Amazon, et à moins de 40 euros chez TinyDeal.

 

Note finale du test 8/10
Encore une fois, Xiaomi ne révolutionne absolument pas son Mi Band, mais se contente de corriger un gros défaut du Mi Band 1S : l'absence d'écran.

Effectivement, et à partir du moment où l'on intègre un capteur de fréquence cardiaque, il devient nettement plus pertinent d'afficher directement des données sur l'écran du bracelet, notamment pour le consommateur qui a choisi le produit pour ses compétences "fitness".

Trouvable aux alentours de 60 euros (voire moins), le Mi Band 2, pour qui cherche un bracelet connecté avec écran, reste un très bon rapport qualité-prix puisqu'il est plus abordable que la concurrence.
  • Points positifs
    • Enfin un écran (OLED)
    • Très bonne autonomie
    • Un design plus élégant
  • Points négatifs
    • Peu de nouveautés
    • Application Mi Fit trop simpliste