Lors d’une récente interview accordée à CBS News, le fantasque PDG de Tesla Elon Musk a affirmé que le système de conduite autonome de la marque, l’Autopilot, ne serait jamais 100% fiable. De quoi remettre en cause le principe de voiture 100 % autonome qu’on nous promet depuis des années.

Les voitures électriques Tesla, à la pointe de la technologie et des performances, ont de quoi faire saliver les fans d’automobile partout dans le monde, particulièrement la Tesla Roadster et ses 400 Km/h en pointe.

Pourtant, ces dernières semaines, Tesla est dans la tourmente. En effet, le constructeur américain de voitures électriques a dû faire face à un accident d’une Tesla Model X, le 23 mars dernier, impliquant la mort du conducteur alors que la voiture était en mode Autopilot, soit en mode conduite autonome. Plus récemment, Tesla a également dû rappeler 123 000 modèles défaillants au niveau de la direction assistée.

Elon Musk accuse le conducteur

Face aux temps difficiles que traverse Tesla, et de son image en berne auprès du grand public, son célèbre PDG Elon Musk a décidé d’agir directement en accordant une interview de CBS News.

En réaction au récent accident mortel malgré l’Autopilot activé, le milliardaire pointe du doigt la responsabilité du conducteur de la Model X. Selon lui, il aurait ignoré les nombreux signaux sonores et lumineux l’invitant à intervenir au plus vite sur le volant.

Elon Musk a ainsi rappelé que l’Autopilot n’était pas 100 % autonome et qu’il ne le serait sûrement jamais. Il réduirait simplement, à terme, le nombre d’accidents en le divisant par 10 environ, sans jamais donc arriver au 0 mort sur la route. De quoi remettre en cause les projections de voitures 100 % autonomes que nous promettent les acteurs du secteur.

La voiture 100 % autonome et fiable, utopie inaccessible ?

Si Elon Musk s’avoue vaincu face à l’impossibilité, selon lui, d’arriver à un mode Autopilot 100 % fiable, on est en droit de se questionner sur la voiture 100 % autonome qu’on nous promet pour 2020, 2030 ou même 2050 selon les estimations. En effet, le fantasque homme d’affaires n’est pas du genre à jeter l’éponge facilement, lui qui projette d’intégrer des implants électroniques au cerveau humain ou encore de rallier n’importe quel point du globe en moins d’une heure.

À partir de là, qui serait capable de créer une voiture 100 % autonome et fiable si Tesla, qui investit des milliards dans la recherche & développement, s’estime seulement capable de s’en rapprocher ? Google, par exemple, est beaucoup plus optimiste de ce côté-là. Le géant du web a en effet lancé Waymo fin 2016, entreprise dédiée à la commercialisation de voitures autonomes, laissant supposer une mise sur le marché dans les prochaines années ou décennies.

D’autres acteurs nous promettent également une voiture 100 % autonome pour les années à venir, comme Ford ou encore Chris Urmson, ex-directeur de Google Self Driving Car ayant lancé son propre projet de véhicule sans conducteur.

Entre le fatalisme de Tesla et la fougue de Google et de ses concurrents face au fantasme d’une voiture 100 % autonome et fiable, qui aura finalement raison ? Réponse dans plusieurs années, voire plusieurs décennies.

En attendant, rappelons qu’Uber est également dans la tourmente depuis qu’une de ses voitures autonomes en test a mortellement percuté une piétonne récemment aux États-Unis. La responsabilité de l’entreprise est mise en cause.

À lire sur FrAndroid : Accident de voiture autonome : la responsabilité d’Uber mise en cause par une vidéo