Samsung GT-N7100 smartphone tablette:
Edouard Marquez
Version:
4.1.1

Reviewed by:
Rating:
4
On 10 octobre 2012
Last modified:29 juillet 2013

Summary:

1] Présentation du téléphone 6] Communication et Internet
2] Le tour du propriétaire 7] Appareil photo et multimédia
3] L’écran 8] Performances et autonomie
4] Le stylet 9] Conclusion
5] Nature UX et Jelly Bean

5] Nature UX et Jelly Bean

Certains matins, les ingénieurs de Samsung se lèvent et ont des mauvaises idées. Parfois (et malheureusement), ils trouvent ca bien… et ca donne Nature UX. Si pour vous le Galaxy S3 était une horreur, et bien vous hurlerez une fois de plus avec le Galaxy Note 2. Bienvenue aux sons d’eau qui vous feront pleurer les oreilles. Obligation de les désactiver dans Paramètres -> Son -> Tonalité des touches.

A part ca, TouchWiz s’intègre parfaitement à Jelly Bean et on retrouve toutes les fonctionnalités : Project Butter, nouvelles notifications, Google Now…

5.1] Le bureau

Le bureau n’a pas évolué, mais reste toujours aussi agréable. Il peut accueillir de 1 à 7 pages différentes sur lesquelles vous pourrez placer des raccourcis vers des applications, des dossiers et des widgets. La grille fait 4 x 4 ce qui est assez peu pour ce format, mais quatre applications sont présentes sur le bas et sont persistantes (elles restent d’un bureau à l’autre).

En faisant un pinch-to-zoom, vous voyez rapidement vos différents bureaux, avec la possibilité d’en ajouter, d’en supprimer ou de les réordonner. Vous pouvez également modifier la page qui s’affiche par défaut (notamment lorsque vous appuyez sur la touche Accueil du téléphone).

Bonne nouvelle pour les possesseurs du Galaxy Note 1, les widgets sont bien redimensionnables. Le reste est ensuite similaire à Android de base : les widgets sont scrollables et Jelly Bean oblige les éléments à se déplacer/redimensionner si la place n’est pas suffisante.

Seul hic : la gestion des dossiers. Pour en créer un, vous devez forcément faire un appui long sur l’écran -> dossier et ensuite mettre les icônes dedans. Placer une icône l’une sur l’autre ne permet pas la création, ce qui est vraiment dommage, alors qu’Android le fait et les autres constructeurs également. Serait-ce une protection contre un éventuel procès ?

Les pages contextuelles sont une excellente idée : elles s’affichent lorsque les écouteurs sont connectés, le stylet détaché, le secteur branché ou en itinérance. Elles viennent s’ajouter à la suite de vos pages classiques et affichent des widgets dédiés (SNote pour le stylet par exemple). Les quatre icônes sur le bas sont modifiées et correspondent aux applications que vous utilisez le plus fréquemment dans ce cas de figure.

5.2] Lanceur d’applications

Le lanceur d’applications n’a pas vraiment changé depuis les versions précédentes : on retrouve toujours les applications en liste ou en grille. Le pinch-to-zoom n’est pas très utile ici, mais est présent… why not. La grille peut être soit classée alphabétiquement, soit de manière personnalisée. Notez que vous pouvez créer des dossiers, ce qui n’est pas le cas par défaut sur Android.

Lorsque vous atteignez la dernière page des applications, vous n’allez pas être redirigés vers les widgets. Cela perturbera probablement moins les nouveaux utilisateurs.

5.3] Les notifications

Qui dit Jelly Bean, dit notifications avancées. Depuis la dernière version d’Android, les notifications – qui n’avaient pas bougé depuis le lancement du système (hormis la possibilité d’en annuler en glissant son doigt dessus depuis ICS) – proposent enfin du nouveau. Trois contenus différents sont disponibles :

  • Inbox : texte sous la forme d’une liste
  • BigPicture : image
  • BigText : texte

Même l’application FrAndroid est optimisée !

Le système est assez ingénieux, car les notifications peuvent être « ouvertes ». Celle en haut de liste l’est automatiquement, pour les autres il suffit de faire un geste avec deux doigts. Notez également que des boutons (de 1 à 3) peuvent être ajoutés en bas de la notification, ce qui peut s’avérer très pratique. Imaginez par exemple que vous avez raté un appel : le bouton Rappeler est alors affiché et vous évite de cliquer sur la notification et vous évite de naviguer dans l’application.

5.4] L’écran de déverrouillage

Android de base fournit déjà de nombreuses manières plus ou moins sécurisées pour déverrouiller le téléphone. Depuis Ice Cream Sandwich, il est notamment possible d’utiliser la reconnaissance faciale, mais qui est jugée peu sécurisée. Sur Jelly Bean, Google a amélioré le concept en demandant à l’utilisateur de cligner des yeux, qui est maintenant beaucoup plus difficile à contourner.

De son côté Samsung a poussé le concept un peu plus loin, en demandant certes un visage, mais aussi que vous prononciez à chaque fois une même phrase. Il est dommage que ce ne soit pas une phrase aléatoire, ce qui renforcerait grandement la sécurité.

Autre mode intéressant : la détection de mouvement. Vous devez appuyer puis faire venir vers vous le téléphone. Le but est donc ici d’éviter un déverrouillage non désiré dans votre poche par exemple. En revanche si le téléphone est posé sur une table, cette solution sera révèlera très vite ennuyante et vous en choisirez une autre plus classique.

Cet écran de déverrouillage peut aussi afficher des informations utiles. Vous allez pouvoir mettre cinq raccourcis personnalisés vers des applications. Pour les lancer, vous cliquez sur l’icône et allez dans n’importe quelle direction. Vous allez avoir la possibilité d’ajouter un flux d’actualités, d’actions ou votre Facebook, ce qui vous évitera de lancer une application dédiée et d’être toujours bien informé.

L’horloge peut être accompagnée de la météo et si vous êtes à l’étranger, l’heure du pays dans lequel vous vous trouvez sera affichée juste à côté de la région dans laquelle est « hébergée » la carte SIM. La reconnaissance vocale va ici pouvoir vous être utile pour lancer des commandes de réveil. Enfin (et très pratique) en appuyer sur l’écran et en pivotant le téléphone, l’application appareil photo se lance toute seule. Un geste très intuitif qui vous fera gagner du temps (certes un bouton physique pour la caméra aurait été un meilleur choix, mais ce n’est pas dans les habitudes de Samsung).

Seul point noir : il n’est pas possible d’avoir accès aux contrôles pour la musique (lecture / suivant / précédent), là où Android de base le propose pourtant.

5.5] Le multi-fenêtre

Nous vous en avons déjà parlé dans un article, mais voici une petite piqure de rappel. Sur votre ordinateur, vous pouvez afficher plusieurs applications à la fois sur le même écran. Malheureusement Android ne sait mettre qu’une seule à la fois. Sur la Galaxy Note 10.1, il est possible d’en mettre plusieurs à la fois et Samsung a fait de même sur sa phablet de 5,5 pouces.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Pour l’utiliser – il faut reconnaître que la fonction est cachée, car aucun message ne vient vous l’expliquer – il faut faire un appui long sur le bouton Retour. Dès lors un marqueur persistant s’affiche sur le côté gauche de l’écran. En cliquant dessus, on voit les applications éligibles, car les applications tierces du Play Store ne sont pas compatibles. Sachant qu’il est possible de faire un drag’n'drop des icônes vers ce menu, il ne serait pas impossible que la fonctionnalité généralisée arrive dans une prochaine mise à jour.

Par la suite, il suffit de faire un drag’n’drop et de choisir si la fenêtre prend le haut/bas ou la droite/gauche de l’écran. Vous pouvez choisir d’intervertir les deux applications ou encore qu’une s’affiche en plein écran. Une barre centrale délimite les applications et peut-être déplacée, afin qu’une application prenne plus ou moins de place par rapport à l’autre.

Vous noterez une flèche sur la barre centrale, qui indique quelle application est considérée comme étant au premier plan. Ainsi si vous cliquez sur les touches Menu ou Retour, ce sera elle qui recevra l’événement. Pour ce qui est du clavier, et afin d’éviter de masquer une application, Samsung offre un clavier flottant de taille réduite : bien pensé !

5.6] Les applications flottantes

Le Samsung Galaxy S3 ne possède pas le multi-fenêtre, mais propose une alternative « un peu tricky ». En effet, combien de fois avez-vous rêvé de continuer à regarder une vidéo tout en faisant autre chose avec votre smartphone ? Et bien, c’est ce qu’il est possible de faire avec les fenêtres qui peuvent se déplacer n’importe où sur l’écran (un avantage sur le multi-fenêtre).

Sur le Galaxy S3, cela ne marche qu’avec les vidéos, mais sur le Galaxy Note 2 vous avez la possibilité de faire la même chose avec le navigateur. Pour cela, lorsque vous ouvrez une URL vous pourrez choisir le navigateur contextuel qui pourra se placer n’importe où sur l’écran (et supporte bien évidemment le multitouch).

Relativement pratique, j’ai trouvé que le moteur de rendu n’était pas parfait. Regardez par exemple la capture du site, où on voit que l’image d’illustration est bien plus large que le texte, d’où une perte de place conséquente.

5.6] Les petits plus

Bon je n’aime pas TouchWiz, mais je dois reconnaître que parfois, il y a du très bon. C’est notamment le cas de la veille intelligente. Vous avez forcément eu ce cas de figure, où vous lisez du texte et hop l’écran s’éteint tout seul. Ensuite pour éviter qu’il ne le refasse, vous appuyez régulièrement sur l’écran afin d’éviter ce problème. Mais Samsung a une idée de génie : utiliser la caméra frontale pour détecter un visage humain. Si le téléphone arrive à en trouver un, c’est que quelqu’un est en train de regarder le Galaxy Note : il ne faut donc pas procéder à la veille.

- Sur le Galaxy Note 2, il y a la rotation intelligente. Vous le savez pour changer l’orientation du téléphone, il faut le bouger de telle sorte à ce que le capteur détecte le passage en portrait ou en paysage. Mais parfois cette rotation n’est pas utile, car le capteur a détecté un faux positif ou alors le seuil était très proche de la limite. La rotation intelligente va permettre d’éviter la rotation si votre visage n’est pas dans le bonne orientation. Pratique, non ?

- Le NFC est une technologie où vous devez rapprocher deux terminaux afin qu’ils s’échangent des informations. Le débit de cette technologie étant faible, il a principalement pour but d’envoyer des données simples. Depuis Ice Cream Sandwich, vous pouvez utiliser Android Beam, qui permet très facilement aux développeurs d’implémenter un comportement particulier pour leurs applications. Sur celles de Google, on peut par exemple échanger une carte Google Maps, une vidéo YouTube…

Depuis Jelly Bean, vous pouvez transférer des données via le Bluetooth. Le NFC est unique présent afin d’établir la connexion. Cela marche à merveille et évite toute la configuration fastidieuse (allumer le Bluetooth, trouver l’autre terminal, lancer le partage…). De son côté, Samsung propose SBeam, qui est un clone, sauf qu’au lieu d’utiliser du Bluetooth, c’est du WiFi. L’intérêt est donc d’avoir des débits supérieurs… mais l’inconvénient est qu’elle ne fonctionne que sur les Samsung avec du NFC et au moins sur Ice Cream Sandwich.

- Le clavier fourni avec le téléphone n’est pas si mauvais, car il propose une prédiction des mots, en récupérant des phrases depuis votre Facebook/Gmail/Twitter. La gestion du swype est également de la partie et est performante en français (contrairement au vrai Swype qui nécessite un certain temps avant d’être précis).

- Si le gabarit du Galaxy Note 2 est trop important, vous pouvez choisir que certaines applications ne s’utilisent qu’à une seule main. Pour cela, elles vont être alignées sur la droite ou la gauche. C’est le cas du pavé de numérotation, du clavier, de la calculatrice ou encore de l’écran de déverrouillage (si vous avez choisi un dessin).

- Depuis le Galaxy S2 et Gingerbread, Samsung s’est mis en tête que vous pouviez interagir physiquement avec votre téléphone (rassurez-vous il n’y aura pas de maltraitance téléphonique dans cette partie). Vous allez par exemple pouvoir le secouer pour mettre à jour l’application au premier plan, incliner pour zoomer, appeler un contact si vous êtes sur sa fiche simplement en mettant le téléphone à côté de votre oreille, balayer l’écran avec la paume pour faire une capture… Avec plus d’une dizaine de possibilités, vous allez à la fois vous amuser et gagner du temps.

5.7] Les moins

Vous l’avez compris, j’ai beaucoup de mal à comprendre le virage vers Nature UX. Les moins ne viennent pas uniquement des bruits naturels, tous plus stressants les uns que les autres, mais plutôt de problèmes d’ergonomie :

- Dans l’application Horloge, vous avez la possibilité de créer de nouvelles alarmes et vous devez pour cela choisir le(s) jour(s) où elle sonnera. A partir du moment où elle a sonné une première fois « aujourd’hui », le jour va forcément être décoché. Si par exemple, vous souhaitiez reprogrammer l’heure, il faudra donc faire attention à bien le rechoisir, sans quoi l’alarme ne sonnera que le jour suivant. (Je prends cette exemple, car j’ai souvent l’habitude de décaler de 20 minutes mon réveil le matin de cette manière – ce qui peut dans ce cas générer un drame : arriver en retard).

- Samsung Apps est un concurrent au Play Store, qui propose souvent des bons plans (par exemples Shadowgun est gratuit dessus). Mais Sammy se devait de copier la célèbre firme pommée. En effet sur l’AppStore, à chaque fois que vous devez installer une application, qu’elle soit gratuite ou payante, vous devez renseigner votre mot de passe. Et bien dans le Samsung Apps c’est exactement pareil : POURQUOI avoir copié ce comportement si irritant ?

- Ah Siri… Sammy tu ne pouvais pas t’empêcher de proposer ta solution concurrente. Et bien comme sur le Galaxy S3, SVoice répond quasiment toujours à côté (c’est toutefois un peu moins pire). On se demande vraiment comment une fonctionnalité aussi peu pertinente et fiable peut être intégrée (on me souffle dans l’oreillette qu’Apple a fait pareil avec Plans – donc match ex-aequo).

- Mais où es-tu Google ? Une nouvelle fois Samsung essaie de cacher au maximum les applications du géant de Mountain View. Par exemple, Google Chrome qui est maintenant le navigateur de base sur Jelly Bean n’est tout simplement pas installé. Il vous faudra le télécharger sur le Play Store, car Monsieur Sammy a décidé de mettre en avant le sien, qui n’est pas forcément super ergonomique (et les couleurs bleues ca donne un peu le mal de mer au bout d’un moment). Pour ce qui est de Google Now, il est caché dans le multitâche et s’ouvre en cliquant sur le bouton Google.

6] Communication et Internet

Le Débit d’Absorption Spécifique (DAS) permet de quantifier le niveau d’exposition aux ondes des smartphones. La norme européenne impose de ne pas dépasser les 2 W/kg à l’oreille. Sur ce segment, le Galaxy Note II est tout simplement le meilleur de sa catégorie !

Il est deux fois inférieur au Galaxy S3, cinq fois inférieur à l’iPhone 5, au HTC One X…

6.1] Fonction téléphonie

Même si le format de 5,5 pouces vous fera passer pour un extra-terrestre chez certaines personnes, il n’y a rien à redire sur la partie téléphonie/3G du Galaxy Note 2. Avec une puce Sosh, il offre les débits attendus et accroche bien le réseau. Même dans le métro parisien, il arrive à se débrouiller face au vieillissant réseau Edge.

Sur l’application Téléphone, vous aurez par défaut la joie et l’immense bonheur d’entendre les bruits d’eau qui vous exaspèreront très rapidement. L’application marche bien, vous avez la possibilité de passer des appels en visio et de facilement connecter un casque Bluetooth.

Pour ce qui est de l’application Contacts, elle n’est pas très réussie visuellement face à de l’Android de base. Elle dispose toutefois des mêmes caractéristiques : chaque fiche est liée aux comptes Google Talk, Google+… afin de voir les dernières mises à jour de la personne.

Le mode blocage nous est apparu très intéressant, notamment lors des réunions où vous ne serez plus obligés de passer en mode avion. Lors d’un appel, les notifications habituelles s’afficheront uniquement avec les personnes autorisées. Ce mode permet également de désactiver les alarmes qui étaient planifiées.

6.2] SCalendrier

Qui dit application commençant par un S, dit application faite par Samsung. Dès qu’on ouvre le calendrier, on se rend tout de suite compte que nous sommes très loin du thème Holo et même de TouchWiz et de son bleu/gris. Tout en restant sobre, l’application répond aux attentes pour ce type d’application : vue à l’année/mois/semaine/jour et sait gérer des tâches (sorte de TODO list).

Son grand atout est le support du SPen, mais nous en avons déjà parlé en amont.

6.3] Sensibilité du WiFi

Pour nos tests, nous avions un Galaxy Nexus et une Nexus 7 pour comparer. Au final la Nexus 7 semble dominer dans la mesure où c’est celle qui arrive à obtenir la meilleure force de signal. Pour les deux autres smartphones, le Galaxy Note ferme la marche, mais reste à bon niveau.

Pour ce qui est du nombre de hotspots détectés, les trois ont un nombre équivalent.

6.4] Navigateur

Par défaut Google Chrome n’est pas installé, alors même qu’il est le nouveau navigateur d’Android 4.1 (Jelly Bean). Sur cette version du système Adobe Flash Player n’est plus compatible et a par ailleurs été supprimée du Play Store.

Le processeur quadruple-coeur et Jelly Bean offrent une fluidité inégalée jusque là. Parmi les fonctionnalités intéressantes, vous pouvez forcer l’User Agent (= le nom du navigateur) a être reconnu comme un ordinateur. Cela permettra d’obliger certains sites qui affichent obligatoirement l’affichage mobile et qui est souvent bien moins complet.

Une sorte de Readability est présent, c’est-à-dire qu’il permet de supprimer tout le design et de ne garder que le contenu. Cela se révèle particulièrement agréable. Si vous trouvez que la luminosité entre le navigateur et le reste de l’éco-système est différent, c’est tout simplement parce que Samsung utilise un réglage dédié. Perturbant au début, vous vous y habituerez vite !

Imaginons que vous devez prendre le train et qu’une page web vous intéresse. Vous savez très certainement que les débits sont très variables et l’enregistrement des données sur la mémoire est l’idéal. C’est précisément ce que propose la fonction « Pages enregistrées ».

Sur SunSpider, le navigateur de Samsung est plus performant que Chrome (1108 contre 1178 ms) :