Orange promet à ses abonnées une couverture 4G sur les grands axes les menant à leur lieu de villégiature. SmartViser a vérifié cela en personne afin de confirmer le bon fonctionnement de ce réseau prévu pour que les vacanciers.

La couverture réseau à son domicile ou sur son lieu de travail est primordiale, mais on aime également rester connectés lors de nos déplacements plus lointains, que ce soit à l’étranger avec le roaming, mais aussi lors de nos vacances dans l’Héxagone. L’Arcep a donc imposé aux opérateurs de couvrir les grands axes ferrés et autoroutiers d’ici 2022 et Orange, qui couvrait déjà deux lignes TGV en février 2016, a récemment promis la couverture de nouvelles lignes dès cet été.

Notre partenaire SmartViser, qui a développé notre nouveau protocole de test d’autonomie, a donc mené l’expérience sur la nouvelle ligne à grande vitesse qui relie Paris à Rennes en 1h25.

Protocole

Le but de ce test est triple. Il permet de mettre en exergue la couverture 4G de chaque opérateur sur ce trajet, mais aussi leur efficacité en navigation ainsi que l’impact que cela peut avoir sur l’autonomie d’un smartphone.

Les tests ont donc été menés le 6 juillet 2017 avec un Honor 6C. Ils consistent à ouvrir une navigation web toutes les 20 secondes avec un catalogue de 30 sites différents, le chargement de la page devant être complété en 10 secondes pour être validé.

Orange tient ses promesses

Ce test a permis de confirmer qu’Orange tient bien ses promesses puisque 89 % du tracé est couvert en 4G, les 11 % manquants étant situés à l’approche de Paris, au niveau des tunnels.

Ce réseau de qualité permet ainsi de charger 75 % des pages en moins de 10 secondes.

À titre de comparaison, les trois autres opérateurs présentent des résultats bien moins engageants. Bouygues Telecom arrive second avec 28 % de couverture 4G, puis viennent SFR et Free avec respectivement 14 et 10 %.

Concernant le taux de connectivité en navigation web, les dauphins s’inversent avec une seconde place obtenue par SFR (30 %), devant Bouygues (29 %) et Free (12 %).

Un impact sur l’autonomie

La recherche du réseau tient une part non négligeable dans la consommation d’énergie et cela se ressent particulièrement en déplacement lorsque le mobile saute d’antenne en antenne afin de rester connecté.

Ainsi, la stabilité du réseau d’Orange lui permet d’afficher un impact moins marqué sur la batterie du téléphone utilisé lors de ce test. Lors du trajet, la procédure de test sur le réseau d’Orange a donc consommé 34 % de la batterie du smartphone. Parallèlement à cela, les mêmes tests sur les réseaux de Free, Bouygues Telecom et SFR ont coûté respectivement 37, 42 et 44 % d’autonomie au smartphone.

Si Orange tient donc bien ses engagements, les trois autres opérateurs ont encore jusqu’à 2022 pour aligner leurs services sur les recommandations de l’Arcep. Orange est d’ailleurs le seul à avoir communiqué sur la question en assurant sa bonne volonté de couvrir ces axes le plus rapidement possible.

Et lors d’un trajet en Eurostar début juillet, nous avons nous-même pu constater qu’Orange assure une connectivité ininterrompue tout le long de la ligne, de Paris jusqu’à la sortie du tunnel sous la Manche.

À lire sur FrAndroid : Orange, Bouygues, SFR et Free : quel est le meilleur réseau mobile ?