Introduction

En attendant l’arrivée du Mi 5, attendu de pied ferme par une grosse communauté de fans, Xiaomi a annoncé le Mi 4c. Positionné à moins de 300 euros, il veut préparer le terrain au Mi 5 et faire de l’ombre aux plus grands avec des caractéristiques qui cherchent la performance avant tout. Réputé pour la qualité de ses terminaux, le constructeur chinois persiste et signe et livre donc une nouvelle copie très intéressante sur le papier. En est-il de même dans la pratique, et surtout, arrivera-t-il à se montrer aussi intéressant que le Mi 4, alors proposé aux alentours de 240 euros à sa sortie en 2014 ?

xiaomi-mi-4c-8

Une évolution digne d’une mise à niveau

À l’époque déjà, le Mi 4 affichait des caractéristiques de smartphone haut de gamme occidental avec ses 3 Go de RAM et son processeur Snapdragon 801. Entre temps, l’évolution est passée par là et le Mi 4c propose une remise au goût du jour des composants de son petit frère, avec notamment l’arrivée du Snapdragon 808, que l’on retrouve également dans le LG G4 et le Nexus 5X. En dehors de cela, sa fiche technique n’a que très peu évolué.

Modèle Xiaomi Mi 4c
Version d'AndroidAndroid 5.1.1 Lollipop
Surcouche logicielleMIUI 7
Taille d'écran5 pouces IPS LCD
Définition d'écranFull HD 1080 × 1920 pixels
Résolution d'écran441 ppp
Protectionnc
SoCSnapdragon 808 (MSM8992)
CPU2x Cortex-A57 @1,8 Ghz
4x Cortex-A53 @1,44 GHz
GPUAdreno 418
Mémoire RAM3 Go de LPDDR3 (existe aussi en 2 Go)
Mémoire interne32 Go (existe aussi en 16 Go)
Port microSDNon
Appareil photo dorsal13 Mégapixels (Samsung S5K3M2 ou Sony IMX258)
Dual LED
f/2.0
Vidéo1080p @ 30 FPS
Appareil photo frontal5 Mégapixels
Batterie3080 mAh non-amovible
Charge rapide
CapteursProximité, luminosité ambiante, accéléromètre, boussole
Lecteur d'empreintes digitalesNon
4G LTE150 / 50 Mb/s
1800 / 2100 / 2600 MHz
Wi-Fi802.11b/g/n 2,4 et 5 GHz
NFCNon
Bluetooth4.1
GPSGlonass, GPS, a-GPS, BeiDou
USBUSB Type-C
SIM 2 × Micro-SIM
Dimensions 138,1 x 69,6 x 7,8 mm
Poids132 grammes
Prix 269 € (2 Go / 16 Go)
299 € (3 Go / 32 Go)

Un mini-Redmi Note 2

Pour l’esthétique du Mi 4c, Xiaomi n’est pas allé chercher très loin et lui offre une robe quasi similaire à celle du Redmi Note 2, sa phablette présentée cet été. L’unité de la gamme est ainsi respectée, tout en corrigeant au passage certains défauts du Redmi Note 2, en contrepartie de quelques concessions plus ou moins importantes.

xiaomi-mi-4c-1

Le plus grand changement provient de la coque arrière, désormais non amovible. Si cela lui confère une prise en main plus agréable, cela implique également la disparition de la batterie amovible et du port microSD. En contrepartie, les craquements que l’on pouvait entendre en serrant le téléphone un peu trop fermement ainsi que le léger jour entre l’écran et la coque sont de l’histoire ancienne, augmentant d’autant l’impression de qualité qui se dégage du téléphone.

xiaomi-mi-4c-19

En dehors de cela, il dispose d’autres avantages, comme la disparition totale des boutons capacitifs lorsqu’ils ne sont pas utilisés, ce qui rend la façade plus sobre et permet à ceux qui le souhaitent de passer sur une ROM entièrement tactile sans subir la présence des boutons. Nous pouvons également noter le déplacement du capteur photo principal, désormais dans le coin, ce qui empêche de poser ses doigts dessus lors de la capture, et le passage à l’USB de Type-C. Il dispose également d’un capteur infrarouge sur sa tranche supérieure et tous ses boutons, réunis sur la tranche latérale droite, sont facilement accessibles.

xiaomi-mi-4c-16

Pour autant, Xiaomi continue d’opter pour du plastique mat relativement marquant et salissant qui conserve une cicatrice graisseuse à chaque fois que l’on pose le doigt dessus. À déconseiller donc aux maniaques, à moins de le protéger d’une coque.

 

Un bon écran malgré une horrible fuite de lumière

Vous l’aurez compris à l’intertitre, l’écran du Xiaomi Mi 4c ne souffre que de peu de défauts en lui-même, mais son éclairage laisse à désirer. Peut-être cela ne vient-il que de notre modèle de test, mais une fuite de lumière horizontale vient souligner le bord supérieur du cadre de l’écran. Si cela n’est pas une réelle gêne en soi à l’utilisation, il ne s’agit pas là d’un gage de qualité et ce rai lumineux attire l’œil plus que de raison.

En dehors de ce défaut assez peu esthétique, la qualité de la dalle IPS choisie par Xiaomi est plutôt louable. Elle affiche entre autres une bonne luminosité (480 cd/m²) ainsi qu’un fort contraste (1616:1), mais également des angles de vision très bons et des couleurs plutôt fidèles dans l’ensemble, à l’exception peut-être du rouge, un peu fade sans que cela soit réellement dommageable. Il n’en reste pas moins que les blancs sont très purs et les noirs assez profonds pour offrir une image très agréable à l’œil.

xiaomi-mi-4c-14

La fuite de lumière est perceptible en haut à gauche de l’écran

Enfin, Xiaomi a pris le parti d’opter pour une dalle Full HD sur son écran de 5 pouces, comme bon nombre de constructeurs. Un choix judicieux qui offre une résolution de 441 PPP, largement suffisante pour une qualité d’image très fine, sans pour autant avoir un impact trop négatif sur l’autonomie.

 

MIUI 7, l’interface égale à elle-même

Il est toujours un peu difficile de juger de la qualité logicielle d’un smartphone Xiaomi tant les ROM peuvent différer d’un revendeur à l’autre. Contrairement au Redmi Note 2, le Mi 4c que nous avons reçu n’était pas totalement vérolé, mais pas dépourvu pour autant d’applications inutiles venant agrémenter un firmware légèrement dépassé. Flasher une ROM propre dès réception est donc parfois une étape obligatoire (selon l’importateur) pour tous les smartphones de la marque.

La version ainsi installée tourne sous Android 5.1.1 avec une interface MIUI 7-5.11.5 dans toute sa splendeur. Cela commence bien sûr, comme beaucoup de smartphones chinois, par l’absence du tiroir d’applications. À l’instar d’iOS, celles-ci sont rangées directement sur le bureau, ce qui nécessite une certaine rigueur de rangement pour éviter la perte de temps liée à la recherche d’une application. Toute l’interface rappelle d’ailleurs fortement le système d’Apple, la personnalisation en plus, et ce jusque dans les petites options, comme le mode « Ne pas déranger » en forme de lune.

xiaomi-mi-4c-interface

Xiaomi ne vendant pas ses smartphones en France officiellement, toutes les ROM que vous trouvez pour le Mi 4c sont traduites par des fans bénévoles. Aussi, il n’est pas rare de voir quelques coquilles mineures, ou certaines fonctionnalités entières non traduites, comme c’était le cas sur notre firmware pour la fonctionnalité recherche. De même, certaines applications préembarquées restent en chinois ou au mieux en anglais, tel que Mi Home ou Mi Video.

Quoi qu’il en soit, l’interface est fluide et agréable à utiliser au quotidien, et les possibilités de personnalisation sont nombreuses pour qui prend le temps d’aller fouiner dans les paramètres du téléphone. Tout n’est pas toujours des plus intuitifs (comme l’obligation de laisser le bouton menu appuyé pour changer de fond d’écran), mais avec un peu de recherche, tout ou presque est possible.

xiaomi-mi-4c-themes

Pour le Mi 4c, Xiaomi a ajouté deux nouvelles fonctionnalités marquantes, à savoir le double tap pour réveiller le téléphone, désormais très connu et particulièrement pratique quand le téléphone est posé sur une table, ainsi que le Edge Tap qui permet de réaliser des actions en tapotant deux fois le côté du téléphone.

En ce qui concerne cette deuxième option, nous sommes beaucoup plus sceptiques. Tout d’abord, elle ne propose pour le moment que deux utilisations, prendre une photo ou revenir en arrière. La première possibilité est à éviter dans la majorité des cas pour éviter de dégrader la qualité des clichés avec du flou de mouvement, tandis que la seconde ne fonctionne pas toujours du premier coup, ce qui réduit d’autant son efficacité. Autant dire que ce n’est pas ce qui nous poussera à vous conseiller le MI 4c.

xiaomi-mi-4c-edge

Des performances en demi-teinte

Sur le papier, avec son Snapdragon 808 et ses 3 Go de RAM, le Xiaomi Mi 4c devrait être un très bon challenger pour les smartphones haut de gamme légèrement vieillissants ou les milieux de gamme actuels. Il faut dire qu’il propose des caractéristiques techniques similaires ou presque au Nexus 5X et au LG G4. Pourtant, malgré cette fiche technique ressemblante, le Mi 4c reste un peu en retrait de ses concurrents dans les benchmarks.

 Xiaomi Mi 4cLG Nexus 5XLG G4Samsung Galaxy S6
PCMark4 7594 3164 7205 000
3DMark Ice Storm Unlimited (Global)14 24018 84918 61922 265
3DMark Ice Storm Unlimited (Graphics)16 18821 99323 18223 630
3DMark Ice Storm Unlimited (Physics)10 03312 56311 02518 521
GFXBench Manhattan 3.1 (onscreen / offscreen)10 / 11 FPS11 / 11 FPS5,6 / 9,9 FPS6,6 / 15 FPS
Lecture / écriture séquentielle254 / 82 Mo/s239 / 101 Mo/s244 / 100 Mo/s318 / 143 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire7 413 / 4115 IOPS5 911 / 3 253 IOPS7 100 / 3 500 IOPS20 023 / 5 146 IOPS
Real Racing 3 (XtraHigh, Mod, GameBench)25 FPS24 FPS25 FPS34 FPS

Sans surprise, les résultats du Mi 4c sont très proches de ceux du Nexus 5X et du LG G4, bien que souvent légèrement en dessous.

Dans la pratique, cette différence ne se ressent pas. La navigation est fluide au quotidien et il est possible d’ouvrir un grand nombre d’applications simultanément sans saturer la mémoire, ce qui permet donc de les conserver en tâche de fond dans leur état à un instant T. Il faut donc s’attendre à pouvoir lancer n’importe quel jeu ou application sans lag significatif. C’est d’ailleurs ce que nous avons pu confirmer nous-mêmes avec des titres gourmands tels que Lara Croft Relic Run, Unkilled ou Asphalt 8: Airborne par exemple.

Dans les jeux, les graphismes se lancent au maximum, avec les effets de particules et de lumières propres aux terminaux les plus puissants. La puissance reste inférieure à ce que pourrait conférer un S810 ou un Exynos 7420, mais en jeu, cela ne s’en ressent pas réellement grâce à un framerate stable même sur la durée dans la plupart des cas, même s’il lui arrive de toussoter. On notera toute de même une chauffe rapide sur le haut de l’appareil qui se propage rapidement sur le reste de la coque.

 

Des photos qui manquent de justesse

Le Mi 4c dispose de deux variantes et se voit muni soit d’un capteur Samsung, soit d’un capteur Sony. Dans les deux cas, il s’agit d’une définition de 13 mégapixels et d’une qualité brute réputée. Après les merveilles du Redmi Note 2 en la matière, le Mi 4c était attendu au tournant et montre clairement ses faiblesses par rapport aux Nexus 5X et LG G4 qui, bien que plus chers jouent dans la même cour.

IMG_08112015_201751 IMG_08112015_203005 IMG_10112015_170149 IMG_10112015_192944

Ne soyons pas médisants, la qualité est tout à fait acceptable, d’autant que le piqué est au rendez-vous dans la plupart des cas. Dans des conditions difficiles en revanche, il faut parfois se montrer très stable et s’y reprendre à plusieurs fois pour avoir un cliché réellement net. Le rendu des couleurs manque en outre un peu de justesse, conséquence d’une balance des blancs qui pourrait être mieux réglée, tandis que la gestion de la lumière est parfois décevante, notamment sur un ciel un peu trop lumineux. Ce dernier point peut se rattraper grâce au mode HDR, au détriment des couleurs, dont la saturation est alors poussée dans les extrêmes.

xiaomi-mi-4c-HDR

Un mode HDR plutôt joli, mais avec des couleurs très (trop ?) vives

En intérieur ou de nuit, le bruit numérique est bien présent, mais il est difficile de reprocher cela à un smartphone, et globalement, il s’en sort plutôt pas mal à ce niveau. Son flash quant à lui est un peu fort et dénature un peu les couleurs malgré ses LED bi-tons.

IMG_10112015_172416

L’activation du flash rend imperceptible le fond.

Pour comparer avec un appareil de prix équivalent, le Honor 7 propose au final un meilleur rendu, avec notamment une gestion des couleurs beaucoup plus efficace, mais dans l’absolu, la qualité des photos de ce Mi 4c reste satisfaisante.

Son interface est quant à elle relativement simple d’accès et propose de nombreuses possibilités, des modes de prise de vue exotiques aux filtres intégrés en passant par les désormais habituels modes Panorama, HDR et Manuel.

Réseau et GPS

Le Xiaomi Mi 4c est compatible avec les réseaux 4G de catégorie 4, c’est-à-dire disposant d’un débit théorique maximum de 150 Mb/s en download. Malheureusement, comme tous les téléphones de la marque, il lui manque la bande des 800 MHz pour être utilisé en tout temps à son plein potentiel. Cela ne devrait pas poser de problèmes aux Parisiens et aux utilisateurs de grandes agglomérations en général, mais pourrait gêner certains habitants de province, où la couverture réseau est plus disparate.

En dehors de ce point précis, le modem du Mi 4c est relativement exempt de reproches. Son WiFi est compatible avec les réseaux 5 GHz et la qualité d’écoute et d’émission des communications est bonne.

Concernant le GPS, il n’y a rien à redire non plus. Il fixe rapidement un nombre conséquent de satellites et sa boussole pointe directement la bonne direction.

xiaomi-mi-4c-gps-reseau

 

Autonomie

L’autonomie du Mi 4c est plutôt étrange. En effet, lors de notre test habituel consistant à regarder une vidéo YouTube en qualité maximale durant 1 heure avec une luminosité d’écran réglée à 200 cd/m², la batterie du Mi 4c a fondu de 18 %, ce qui est un résultat plutôt médiocre. Pour autant, durant notre test, nous n’avons jamais eu de réel problème d’autonomie, contrairement au Redmi Note 2 par exemple. Même lors des journées un peu chargées, il restait généralement entre 10 et 20 % de batterie entre minuit et 1 heure du matin.

 

Prix et disponibilité

Officiellement, le Xiaomi Mi 4c n’est pas commercialisé en France. Il est donc obligatoire de passer par des importateurs plus ou moins gourmands. Comptez entre 245 et 300 euros en fonction des marchands et du modèle (2 Go RAM / 16 Go ROM ou 3 Go RAM / 32 Go ROM). Le smartphone nous a été prêté par Geekbuying, retrouvez la fiche produit à cette adresse.

Il n' y a pas d'offres pour le moment

Test Xiaomi Mi 4c Le verdict

design
7
Le Mi 4c reprend le design de ses prédécesseurs, au point de ressembler à un Redmi Note 2 lilliputien. Il en corrige quelques défauts, ce qui le rend très agréable en main, mais perd du coup en originalité.
écran
8
Si l'on oublie la fuite de lumière sur notre unité de test, le Mi 4c dispose d'un très bel écran, avec des contrastes et une luminosité vraiment agréables. Le plus impressionnant reste ses angles de vision très larges.
performances
7
Pour un téléphone à 300 euros, le Mi 4c possède des performances tout à fait acceptables, et il surpasse par exemple le Honor 7 sur ce point. Il reste néanmoins en dessous des LG G4 et Nexus 5X, embarquant pourtant des composants similaires.
logiciel
8
MIUI est toujours aussi agréable à utiliser, à moins d'être allergique aux interfaces se rapprochant un peu trop d'iOS. Cela reste néanmoins une ROM pour ceux qui aiment bidouiller et que cela ne dérange pas d'avoir des applications en chinois.
caméra
6
Loin d'être catastrophique, l'appareil photo du Mi 4c est une petite déception. Moins impressionnant que celui du Redmi Note 2, il n'arrive pas à se hisser au niveau de qualité du Honor 7. Il reste toutefois satisfaisant pour un smartphone de milieu de gamme.
autonomie
6
L'autonomie du Mi 4c n'est pas mauvaise, et vous devriez en général finir vos journées sans problème. N'espérez pas toutefois étendre cette durée au week-end, il ne tiendra pas. Cela fait également se poser des questions concernant le long terme, d'autant que la batterie n'est pas amovible.
Note finale du test 7/10
Sans surprise, le Xiaomi Mi 4c est un bon rapport qualité/prix et rappelle quelque part le Nexus 5 à son époque. Il possède de bonnes performances, n'est pas cher, mais pourrait avoir un meilleur appareil photo et une autonomie plus grande. En ce sens, il mérite toute notre attention et entre directement en compétition avec le Nexus 5X, jugé trop cher par beaucoup.

En revanche, mis côte à côte avec le Honor 7, disponible dans la même tranche tarifaire, le Mi 4c se montre légèrement en deçà des attentes, notamment en raison de son appareil photo et de son autonomie. Pour autant, il en reste un très bon appareil pour sa gamme de prix, offrant une expérience utilisateur très agréable.

Notez que si vous habitez dans un endroit mal couvert, pensez à vérifier le réseau de votre opérateur pour savoir s'il ne repose pas trop sur les fréquences 800 MHz.
  • Points positifs
    • USB Type-C
    • Une expérience fluide
    • Un bel écran
    • MIUI 7 agréable à utiliser
  • Points négatifs
    • Pas de 4G 800 MHz
    • Des photos qui pourraient être meilleures
    • Une autonomie qui pourrait (aussi) être meilleure
    • Les fonctionnalités en bordure inutiles
    • Pas de protection d'écran