Introduction

testé par:
Romain Challand

Reviewed by:
Rating:
3
On 17 janvier 2016
Last modified:8 février 2016

Summary:

Au final, ce smartphone n'est pas bien différent de ce qu'on a pu voir sur le Diamond S, et c'est un peu dommage. Avec un look plus soigné, une autonomie théorique plus importante, et une dalle Full HD, on aurait pu s'attendre à un smartphone plus confortablement installé dans le milieu de gamme.

Pourtant, s'il ne possède pas de défaut particulier, on a un sentiment d'inachevé avec ce Archos Diamond Plus, qui fait bonne impression sur le papier, mais parfois pâle figure si on le compare à d'autres mobiles sur le même segment de marché. Les performances graphiques sont tout juste correctes, et on regrette que la firme n'ait pas opté pour un Snapdragon 615.

On est aussi assez déçu des résultats obtenus en photographie, alors que le capteur de 16 mégapixels promettait beaucoup mieux. Quant à l'autonomie, elle ne varie finalement pas beaucoup alors que l'accumulateur embarqué est plus gros. La faute à une dalle plus gourmande et qui ne possède pas les vertus énergétiques de l'AMOLED.

Toutefois, ce Diamond Plus reste un mobile à envisager, d'autant qu'avec une offre de remboursement, on peut mettre la main dessus pour seulement 199 euros. Mais à son prix de départ (249 euros), un OnePlus X sera nettement plus intéressant.

À Berlin, lors du salon de l’IFA, Archos nous a présenté deux nouveaux smartphones plutôt séduisants. Il s’agit des Diamond S et Diamond Plus, deux produits aux fiches techniques pratiquement semblables, mais à l’aspect très différent. Le Diamond S, déjà passé sous notre batterie de tests, a fait plutôt bonne impression. Se présentant à un tarif supérieur de cinquante euros, le Diamond Plus nous laissera-t-il le même sentiment ? 

Archos-Diamond-Plus-14

Fiche technique

Avec ce Diamond Plus, on a un mobile finalement très proche du Diamond S, comme si Archos avait voulu multiplier les chances de séduire le public avec une fiche technique presque commune, et deux designs différents pour y arriver. Les différences, sur le papier, sont minimes : une dalle Full HD, et une batterie un peu plus grosse pour le Diamond Plus.

ModèleArchos Diamond Plus
Version d'AndroidAndroid 5.1 Lollipop
Taille d'écran5,5 pouces
Technologie d'écranIPS LCD
Définition d'écran1920 x 1080 pixels
Résolution d'écran401 ppp
Protection
SoCMediatek MT6753
CPU8 x Cortex A53 à 1,3 GHz
GPUMali-T720MP3
Mémoire RAM2 Go
Mémoire interne16 Go
MicroSDOui, jusqu'à 32 Go
Appareil photo dorsal16 mégapixels
f/2.0, 1,12µm
VidéoFull HD
Appareil photo frontal8 mégapixels
Batterie2850 mAh
4G LTELTE 4G cat.4 150Mbps
Wi-FiWi-Fi 802.11 a/b/g/n (2,4 GHz)
Bluetoothv4.0
GPSGPS
USBmicroUSB
SIM1 Micro-SIM 4G/3G/2G
1 Micro-SIM 2G
Dimensions152,6 x 76,4 x 8,4 mm
Poids160 grammes
Prix249 euros

 

L’impression de déjà vu

Quand nous avons a découvert l’Archos Diamond Plus, lors de sa prise en main sur le salon de l’IFA à Berlin, nous avons été assez agréablement surpris par la fiche technique du produit, mais très peu par son design. On a le sentiment que la moitié de l’industrie du mobile a commandé le même smartphone cette année, dans des formats différents. Pour être plus taquins, on peut même dire qu’on a l’impression que des smartphones Huawei ont été clonés ou rebrandés à outrance. Alors que les Mate 7 et Mate 8 siègent en ce moment même dans nos locaux, on se dit qu’il est bien plus simple de jouer au jeu des sept différences entre ces deux-là, plutôt qu’avec le Mate 7 et le Diamond Plus.

Archos-Diamond-Plus-10

Si le mobile a des gènes en commun, que ce soit de dos ou de face, avec d’autres smartphones plus connus, il n’est pour autant pas dépourvu de qualités. Certains auraient pu s’attendre à un smartphone au rabais, construit avec des matériaux peu coûteux, mais Archos a tout de même choisi un modèle intégrant une coque en métal pour ce Diamond Plus. Un gage de qualité à l’heure où la compétition se durcit sur le segment du milieu de gamme. Toutefois, le métal ne compose pas l’intégralité de la coque puisque les “bandeaux” supérieurs et inférieurs sont faits d’un plastique de la même teinte que l’aluminium. C’est un peu dommage, mais on ne peut pas tout avoir. C’est le même principe que lorsqu’on craque sur un jean sans marque chez Carrefour, et qu’on s’aperçoit que la poche arrière arbore des motifs à paillettes. Et on se dit que le détail de mauvais goût ne sert qu’à justifier le prix bas du produit.

Archos-Diamond-Plus-2

En ce qui concerne la façade, elle est d’une banalité absolue, mais on peut saluer l’effort fait sur les bordures supérieures et inférieures, qu’on attendait plus imposantes. Les finitions de ce terminal, que ce soit les boutons de volume et d’allumage, ou le port SIM, sont conformes au niveau de qualité qu’on attend d’un mobile de milieu de gamme. Si on veut être tatillon, on peut reprocher à ces touches d’avoir un peu de jeu (lorsqu’on pose le doigt dessus sans appuyer).

Archos-Diamond-Plus-1

La prise en main est plutôt agréable, et on émet seulement un doute sur le placement des boutons, qui ne sont pas toujours faciles à atteindre en utilisation à une main. L’intégration du bouton d’accès rapide à l’application photo (et qui sert aussi de déclencheur) est habile puisque celui-ci tombe directement sous le majeur.

 

La vie en bleu

Si le constructeur avait opté pour de l’AMOLED sur son Diamond S, il faut ici se contenter d’un affichage IPS des plus classiques. L’écran répond parfaitement à des critères basiques, comme l’intégration propre (sans fuites de luminosité), avec des angles de vision plutôt bons et une luminosité (474 cd/m2) idéale dans toutes les situations. Mais nul besoin d’être un professionnel pour constater que les couleurs sont largement faussés, avec un écran qui tire beaucoup sur le bleu.

Archos-Diamond-Plus-13

C’est ce que confirme notre sonde, qui enregistre une température des couleurs supérieure à 9500 Kelvin, sachant que l’idéal se situe à 6500 Kelvin. Le contraste est mesuré à 1024:1, la plage des couleurs observées est étonnamment réduite, et la courbe des couleurs est tirée vers le bleu.

 

Une installation logicielle sobre et efficace

Si Archos reprend de nombreux éléments techniques du Diamond S pour ce Diamond Plus, c’est aussi le cas de la partie logicielle. Nous retrouverons donc ici les éléments relevés par Vincent dans son test du Diamond S.

Pour la partie logicielle, Archos propose Android 5.1 Lollipop sans aucune interface ajoutée. On se trouve donc avec une interface très proche d’AOSP, avec le launcher Google par-dessus. Tant mieux, puisque l’interface est légère, que ce soit visuellement ou même en performances (à condition de veiller à ne pas laisser trop d’applications tourner en fond). Le revers, c’est qu’Archos n’a pas pris la peine d’intégrer des fonctionnalités spéciales. Il faudra donc passer par des applications alternatives si vous voulez personnaliser un peu plus Android.

logiciel-Archos-Diamond-Plus

Archos s’épargne aussi les bloatwares et n’intègre que sa très bonne application Archos Video à son interface. Il permet la lecture de nombreux formats vidéo avec des réglages intéressants, comme le décodage logiciel ou l’audio passthrough pour les connaisseurs cinéphiles, ou encore le support des sous-titres, leur téléchargement automatique, le support des torrents, des partages SMB, ou encore le service Trakt pour ne pas louper les nouveaux épisodes des séries grâce à des notifications.

archos-logiciel-diamond-plus-2$

Vincent expliquait avoir été très convaincu par la partie logicielle, avec une interface simple, ergonomique et pratique. On est ici sur la même idée, d’autant que la marque apporte tout de même quelques fonctions à son mobile. Il y a d’abord les offscreen gestures, permettant d’accéder à des applications depuis l’écran de veille en dessinant sur la vitre du Diamond Plus. Et il y a aussi Quick Key, qui permet de lancer l’appareil photo, mettre le mobile en muet, ou faire une capture d’écran depuis le bouton d’accès rapide à l’appareil photo.

 

Une puce un poil faiblarde

Comme on le disait en évoquant la fiche technique du mobile, Archos a choisi le même processeur pour son Diamond S et son Diamond Plus. Il y aura tout de même quelques différences en matière de performances puisqu’il est ici couplé à un écran Full HD, et que l’expérience lors de sessions de jeux sera forcément moins séduisante (moins de FPS). Ce processeur est d’ailleurs un peu léger pour un smartphone qui a tendance à se positionner sur le segment milieu de gamme. Il est composé de huit cœurs Cortex-A53 cadencés à 1,5 GHz assisté par 2 Go de mémoire vive LPDDR3 et un Mali T720-MP3 en guise de puce graphique.

Benchmarks/ModèleArchos Diamond PlusArchos Diamond SBQ Aquaris
SoCMediatek MT6753Mediatek MT6753Snapdragon 615
Résolution d'écranFull HDHDFull HD
PCMark379336953313
3DMark Ice Storm Unlimited687068847940
GFXBench T-Rex (onscreen / offscreen)13 / 12 FPS21 / 12 FPS15 / 15 FPS
GFXBench Manhattan (onscreen / offscreen)4,4 / 4,2 FPS9 / 4,2 FPS5,7 / 5,8 FPS

Les résultats obtenus sur les différents benchmarks sont donc tout à fait conformes à ce qu’on attendait du mobile. On lui préfèrera le Diamond S qui, grâce à sa dalle HD, est plus à l’aise avec la partie graphique. Toutefois, et pour avoir jouer quelques heures avec le Diamond Plus, on n’est pas spécialement gêné lors de sessions gaming. Bon, on ne lui fera pas casser la baraque sur du Real Racing, mais on pourra au moins jouer aisément à des jeux peu gourmands. Si l’on recherche la performance, autant se tourner vers le Archos 50 Diamond et son Snapdragon 615.

 

16 mégapixels, oui mais…

Intégrer un capteur de 16 mégapixels, cela peut être bien. Intégrer un capteur moins clinquant, et offrir un traitement logiciel poussé, c’est bien mieux. Il s’agit du même capteur que sur le Diamond S, avec, semble-t-il, le même traitement logiciel, et on a tendance à se dire que Vincent a été un peu trop sympa avec le Diamond S.

IMG_20160114_142538 IMG_20160114_142513

La balance des blancs est parfois médiocre, les clichés en extérieur tirant considérablement sur le rose dès que les conditions lumineuses se durcissent, et on observe même des “zones de flou” sur les bords extérieurs des clichés. C’est d’autant plus marqué lorsque le temps de pause est long, comme lorsqu’on utilise le mode HDR. Mais quand on a trop de lumière, on se retrouve avec une scène difficile à ajuster, et où l’on tapote à 20 endroits différents de l’écran pour espérer obtenir l’éclairage souhaité. Sinon, avec des conditions idéales, on obtient une belle définition. Mais ce n’est pas suffisant du tout pour qu’on apprécie la partie photo de ce smartphone.

IMG_20160114_142615 IMG_20160113_085042

En fait, on a un peu l’impression d’avoir un appareil photo donné à l’état brut, et sur lequel le travail n’a été que de la mise en forme pour proposer une application propre à Archos. Au demeurant, celle-ci est d’ailleurs à peu près ergonomique, la plupart des options très utilisées étant à portée de doigt.

 

Communications

Le Diamond Plus est compatible avec la 4G de catégorie 4 (150 / 50 Mbps) sur les bandes 800, 1800 et 2600 MHz. Aucun problème de réception n’est à signaler. Pour la partie géolocalisation, le mobile s’appuie sur du A-GPS avec le GLONASS. La puce qui prend en charge le Wi-Fi supporte la bande 2,4 GHz sur les normes 802.11a/b/g/n.

 

Plus grosse batterie, oui mais…

Avec une plus grosse batterie que son petit frère, on aurait pu s’attendre à ce que le Diamond Plus soit mieux armé et fasse très bonne figure en matière d’autonomie. Raté puisque la dalle Full HD pompe bien plus sur la charge qu’on ne l’aurait pensé, et que notre test d’endurance habituel (1 heure de vidéo YouTube en 720p avec la luminosité réglée à 200 cd/m2) nous donne le résultat décevant de 19 % de charge perdue.

Autonomie
  • Archos Diamond S : 85
  • Archos Diamond Plus : 81

En utilisation quotidienne, toutefois, on peut atteindre deux journées d’utilisation avec une bonne gestion puisque c’est bien l’écran qui pompe en grande partie sur la batterie. On compense donc ces résultats très moyens. En tout cas, lors de notre semaine de test, on n’a pas eu besoin de le recharger tous les soirs.

 

Prix et disponibilité

Le Archos Diamond Plus est disponible chez de nombreux e-commerçants pour un tarif de 249 euros. En ce moment, il se présente même avec une offre de remboursement de 50 euros de la part du constructeur, ce qui le place au même tarif que le Diamond S.

 

Verdict Archos Diamond Plus

design
8
Esthétiquement, le Diamond Plus est presque la copie conforme de quelques mobiles présentés par Huawei et Honor cette année. Peu d'originalité, mais une construction de qualité, et un smartphone en métal pour moins de 250 euros.
écran
7
On apprécie la dalle Full HD sur un appareil à ce tarif. Malgré tout, la bonne luminosité et la bonne intégration de cet écran est un peu terni par un rendu des couleurs médiocre.
logiciel
8
Pour la partie logicielle, on trouve Android 5.1 Lollipop stock, sans interface constructeur. Une bonne nouvelle même si on espère qu'Archos va vite proposer une mise à jour vers Android 6.0 Marshmallow. Quelques fonctionnalités sont au rendez-vous, et le très bon Archos Video. Rien d'extraordinaire toutefois.
performances
6
La puce MT6753 n'est pas un foudre de guerre et montre ses limites rapidement lorsqu'il s'agit de traiter avec des jeux gourmands. Cependant, on peut estimer qu'elle est largement suffisante pour effectuer les tâches que l'on souhaite réaliser au quotidien. Du milieu de gamme, auquel on préfèrera tout de même le S615.
caméra
5
On ne choisira pas le Diamond Plus pour sa qualité photo. C'est très dommage avec pourtant un capteur de 16 mégapixels. Il permet d'avoir des résultats corrects, mais seulement lorsque toutes les conditions sont réunies. On regrette aussi la lenteur de l'application.
autonomie
7
Avec ce Diamond Plus, on ne gagne pas en autonomie par rapport au Diamond S, avec des résultats moins bons en test d'endurance. Malgré tout, il s'avère un peu meilleur en utilisation quotidienne. Disons que cela se vaut.
Note finale 7/10
Au final, ce smartphone n'est pas bien différent de ce qu'on a pu voir sur le Diamond S, et c'est un peu dommage. Avec un look plus soigné, une autonomie théorique plus importante, et une dalle Full HD, on aurait pu s'attendre à un smartphone plus confortablement installé dans le milieu de gamme.

Pourtant, s'il ne possède pas de défaut particulier, on a un sentiment d'inachevé avec ce Archos Diamond Plus, qui fait bonne impression sur le papier, mais parfois pâle figure si on le compare à d'autres mobiles sur le même segment de marché. Les performances graphiques sont tout juste correctes, et on regrette que la firme n'ait pas opté pour un Snapdragon 615.

On est aussi assez déçu des résultats obtenus en photographie, alors que le capteur de 16 mégapixels promettait beaucoup mieux. Quant à l'autonomie, elle ne varie finalement pas beaucoup alors que l'accumulateur embarqué est plus gros. La faute à une dalle plus gourmande et qui ne possède pas les vertus énergétiques de l'AMOLED.

Toutefois, ce Diamond Plus reste un mobile à envisager, d'autant qu'avec une offre de remboursement, on peut mettre la main dessus pour seulement 199 euros. Mais à son prix de départ (249 euros), un OnePlus X sera nettement plus intéressant.
  • Points positifs
    • Qualité de fabrication au rendez-vous
    • Une dalle Full HD
    • Installation logicielle sobre
  • Points négatifs
    • Manque de traitement logiciel en photo
    • Des performances graphiques moyennes
    • Un design peu original