Introduction

Nous avons testé le Sony Xperia Touch, un projecteur impressionnant qui permet d’utiliser n’importe quelle surface (telle qu’une table) comme d’une tablette tactile. L’appareil est très enthousiasmant du point de vue de l’innovation qu’il propose, mais à l’usage quotidien, est-il aussi bon qu’il le prétend ?

Mise à jour du 11 juillet 2017 : Sony a indiqué que la fonctionnalité qui permet de naviguer à distance — en faisant des mouvements de la main — quand le Xperia Touch est posé à la verticale n’était pas encore officiellement disponible.

Article original : Présenté lors du MWC de Barcelone, le Sony Xperia Touch a de quoi donner envie à toute personne un minimum intéressée par les technologies. Ce projecteur permet de transformer des surfaces planes en tablettes tactiles. Autrement dit, vous pouvez naviguer dans une interface en tapotant directement sur votre bureau ou même sur le sol (sait-on jamais).

Le constructeur nous a prêté l’objet dans le cadre de ce test. Nous vous livrons ici notre avis sur le Xperia Touch.

Fiche technique

Modèle Sony Xperia Touch
Version de l'OS Android
Définition 1366 x 768 pixels
SoC Snapdragon 650
Mémoire vive (RAM) 3 Go
Appareil photo (dorsal) 13 Mégapixels
Réseau Non
Dimensions 134 x 143 x 69 mm
Poids 932 grammes
Prix 1499 euros
Fiche produit

Design

Le Sony Xperia Touch est un boîtier au design assez classique. L’objet dispose d’une forme rectangulaire aux angles arrondis. La majorité de la surface est une couche gris métallique et quadrillée qui laisse passer le son. Les deux côtés de l’appareil sont noirs. L’avant est couvert d’une plaque en verre, tandis que la face à arrière est en plastique.

À l’avant, on peut voir la fenêtre qui laisse passer la lumière du projecteur, tandis que la face arrière loge le tiroir de la carte microSD et les ports USB Type-C pour la recharge et HDMI. Au-dessus se trouvent le bouton d’allumage, la caméra et les touches capacitives pour contrôler le volume du son.

Les boutons de contrôle sont au-dessus.

Esthétiquement, le Xperia Touch ne devrait pas avoir de mal à s’insérer dans un salon ou dans une autre pièce de la maison. Il y a toutefois un bémol de taille : le câble d’alimentation de l’appareil est extrêmement court. Il vous faudra absolument une rallonge pour l’utiliser confortablement.

Pour les dimensions, le boîtier fait 134 mm de hauteur pour 143 mm et 69 mm en longueur et largeur. L’objet pèse mine de rien son petit poids : 932 grammes. Il n’est cependant pas compliqué à transporter. Enfin, en utilisation, le Xperia Touch souffle légèrement. Si vous habitez dans un environnement particulièrement silencieux, le bruit se fait sensiblement entendre, mais il est très loin d’être assourdissant.

Un câble trop court.

Tiroir microSD.

Logiciel

Le Sony Xperia Touch tourne sous Android 7.0 Nougat et bénéficie du patch de sécurité de mai 2017 (nous l’avons testé en juillet). On peut espérer que les mises à jour sécuritaires seront régulièrement effectuées. La partie logicielle repose sur l’interface maison du constructeur. Quelques applications sont ainsi préinstallées, mais l’expérience globale est intuitive et sobre.

Notez que vous pouvez utiliser le widget Tableau pour écrire des notes manuscrites. N’espérez toutefois pas réaliser de jolis dessins, vous n’obtiendrez jamais la finesse des traits d’un stylet.

Le tout est fluide. Je n’ai pas observé de latence particulière due à l’interface. Notez par ailleurs qu’il y a 32 Go d’espace de stockage et que vous pouvez ajouter une microSD.

Petite note pour ne rien oublier.

Usage au quotidien

Sur une surface plane, le Xperia Touch est un plaisir à utiliser. L’appareil répond au moindre mouvement et on se prend vraiment au jeu du délire futuriste de servir d’une table lambda comme d’une tablette tactile. C’est précis et on peut passer de longues heures à naviguer sur l’image projetée sur une table. Évitez les surfaces noires qui ne sont évidemment pas compatibles avec le projecteur puisqu’on ne voit pas grand-chose. Les matériaux qui ne glissent pas bien sont également à prescrire (une vieille table en bois par exemple), car le doigt ne glisse pas bien dessus.

Par ailleurs, vous aurez souvent besoin de pousser la luminosité à fond. L’ayant utilisé majoritairement dans des pièces modérément éclairées, j’ai trouvé que le Xperia Touch était un peu faiblard à ce niveau-là. Mais dans l’ensemble l’expérience est très agréable.

La luminosité est ici poussée à fond, mais à cause de la grande fenêtre ouverte à proximité, on ne voit pas très bien.

Se regarder soi-même en vidéo n’est pas particulièrement plaisant.

Vient ensuite le moment où l’on essaie de projeter l’image du Xperia Touch sur un mur. Pour cela, il faut retourner l’objet et le redresser à la verticale. La caméra du boîtier (de 13 mégapixels) peut ainsi détecter quand vous êtes à proximité et s’activer automatiquement. Jusque là, je n’ai pas remarqué de problème. Pas besoin d’essayer de naviguer dans l’interface en appuyant sur le mur : le fabricant précise bien que les options tactiles sont désactivées (sauf si vous collez l’appareil contre le mur, mais l’image projetée est plus petite dans ce cas).

Néanmoins, lors du MWC, Manu avait eu l’occasion d’utiliser le Xperia Touch en restant à distance. Sur le stand du constructeur, il lui suffisait simplement de lever le doigt pour que sa main soit détectée et ainsi faire apparaitre un curseur sur l’image. En faisant quelques gestes de la main, il pouvait naviguer dans l’interface.

L’affichage projeté sur le mur.

J’ai voulu reproduire la même chose… en vain. Le Xperia Touch s’allume bel et bien quand il détecte que je suis à proximité et affiche ainsi l’écran verrouillé sur le mur. L’appareil peut de ce fait servir d’horloge murale et permet de voir si l’on a reçu des notifications. Néanmoins, à aucun moment il n’a réagi au mouvement de ma main. Je me suis donc retrouvé à gesticuler dans tous les sens sans aucun résultat.

Il n’est donc pas possible de naviguer dans l’interface sans toucher le mur quand le Xperia Touch est posé à la verticale. J’ai contacté Sony à ce sujet et le constructeur m’a indiqué que cette fonctionnalité présentée au MWC n’était pas encore officialisée et qu’elle était encore en phase de test. Aucune date de lancement n’a été communiquée.

Par ailleurs, faites attention à ne pas trop bouger le support sur lequel vous avez posé le projecteur. En effet, un léger mouvement suffit parfois à le perturber. Il est alors obligé de s’éteindre quelques secondes pour recalculer son trapèze avant de se relancer. Rien de bien grave, mais il s’agit d’un détail bon à savoir.

Qualité de l’image

Comme mentionné plus haut, l’affichage de l’image manque de luminosité — Sony parle pour sa part de 100 lumens. En dehors de cela, notez que la définition est de 1 366 x 768 pixels et que la diagonale varie de 23 à 80 pouces.

Un autre détail m’a chiffonné et relève de la projection laser qui provoque un effet arc-en-ciel désagréable. Reste à savoir si cela vous dérangera ou non.

Performances

Du côté des performances, le Xperia Touch n’est pas excellent, mais il reste correct dans ce qu’il propose. C’est parfait pour jouer à des jeux très simples, tels que Fruit Ninja. Par contre, il a un peu de mal à afficher une belle fluidité dès que l’application est plus gourmande, comme sur Asphalt 8 Airborne. Sur ce jeu, il a d’ailleurs même planté une fois, sans aucune raison — j’étais par ailleurs en train de doubler le premier de la course au moment où la machine m’a lâché. Je l’ai mauvaise.

Être nul à Fruit Ninja…

Précisons que le Xperia dispose d’un Snapdragon 650 couplé à 3 Go de RAM LPDDR3. Aux benchmarks, on retiendra qu’il s’en sort honorablement, mais sans folie.

 Sony Xperia Touch
SoCSnapdragon 650
AnTuTu80 177 points
3DMark Sling Shot Extreme886 points
3DMark Sling Shot Extreme (Graphics)780 points
3DMark Sling Shot Extreme (Physics)1 683 points
3DMark Ice Storm Unlimited18 262 points
3DMark Ice Storm Unlimited (Graphics)21 254 points
3DMark Ice Storm Unlimited (Physics)12 223 points
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen)12 / 5,9 FPS
GFXBench Manhattan (onscreen / offscreen)27 / 15 FPS
GFXBench T-Rex (onscreen / offscreen)44 / 32 FPS

Autonomie

La capacité de la batterie n’est pas indiquée dans la fiche technique du Xperia Touch. Le constructeur précise seulement que l’appareil a plus ou moins une heure d’autonomie en lecture vidéo. Ce n’est pas grand-chose. Et cela se fait d’ailleurs ressentir à l’utilisation.

Sans le câble d’alimentation, on peut voir le niveau de batterie fondre comme neige au soleil. Et ce, en lançant seulement quelques applications dessus. Le projecteur a vraiment plus vocation à être utilisé en étant constamment branché sur secteur.

Prix et disponibilité

Le Sony Xperia Touch est disponible en exclusivité chez Orange et GLD pour un prix de 1 499,99 euros. Difficile d’imaginer que la foule se pressera pour se procurer cet objet pour un tarif aussi élevé.

Test Sony Xperia Touch Le verdict

design
7
Le Sony Xperia Touch dispose d'un design ni beau ni moche. Le boîtier ne devrait pas jurer avec votre décoration intérieure et c'est essentiellement ce qu'on lui demande. Placé intelligemment dans une pièce, il saura se faire discret. On regrette le câble d'alimentation beaucoup trop court.
confort
7
Sur une table, un bureau ou même sur un sol (propre de préférence), le projecteur est très agréable à utiliser car il répond parfaitement aux moindres mouvements des doigts. En cela, Sony réalise une véritable prouesse. Néanmoins, pensez à l'utiliser dans un lieu pas trop éclairé. Enfin, la projection sur le mur est plus laborieuse, pas suffisamment cependant pour accorder une mauvaise note ici.
écran
6
J'utilise le paragraphe écran pour parler de l'affichage. Celui-ci est satisfaisant pour un projecteur, mais si on estime que le Xperia Touch est une tablette tactile, l'appareil déçoit. Trop peu lumineux et gâché par un effet arc-en-ciel, la qualité de l'affichage nous laisse sur notre faim.
logiciel
8
En termes de logiciel, on a droit à une interface sous Android 7.0 Nougat qui reste sobre et efficace. L'ensemble est assez fluide. On ne trouvera pas de grosses critiques à faire si ce n'est que certaines applications tierces sont préinstallées.
performances
7
Le Snapdragon 650 n'éblouit pas par ses capacités, mais pour l'usage que l'on peut avoir du Xperia Touch, il convient parfaitement. N'espérez pas jouer à des jeux très gourmands, vous n'obtiendrez jamais le même confort que sur smartphone.
autonomie
5
En plus d'avoir un câble d'alimentation court, le Xperia Touch a une autonomie pourrie. Je lui a néanmoins attribué la moyenne car l'appareil a plutôt vocation à rester à un seul et même endroit, sans être débranché.
Note finale du test 6/10
Sony réussit à impressionner avec le Xperia Touch. Dans la fluidité et la réactivité aux moindres mouvements des doigts, l'appareil est irréprochable. Le constructeur japonais nous permet de nous enthousiasmer face à la belle innovation qu'il propose ici.

Mais quelques défauts noircissent malheureusement le tableau. D'une part, la luminosité faible et l'impossibilité (pour l'instant) de naviguer à distance dans l'interface quand le projecteur est posé à la verticale gâchent l'expérience utilisateur. D'autre part, dépenser près de 1 500 euros pour acquérir un produit qui reste, au final, très gadget, fait retomber l'euphorie que peut provoquer le Xperia Touch.

Rappelons toutefois qu'il s'agit du seul produit de ce type sur le marché. Si un concurrent vient marcher sur les platebandes de Sony, ce dernier baissera peut-être ses tarifs.
  • Points positifs
    • Un design discret
    • Réactivité parfaite à l'horizontale
    • Une interface sobre
  • Points négatifs
    • Utilisation sur un mur très laborieuse
    • Autonomie lamentable
    • Manque de luminosité