En fin de semaine, certains utilisateurs de Facebook ont eu la mauvaise surprise de découvrir leur journal d’appels et de textos dans leurs données personnelles sauvegardées sur le site. Le réseau social répond.

Facebook ne cesse d’être au centre de nombreux débats ces derniers temps. Après le scandale de Cambridge Analytica, le grand public a toujours plus conscience de l’impact des données qu’il daigne fournir au réseau social.

Si Mark Zuckerberg a promis de mieux protéger les utilisateurs de son site à l’avenir, une autre découverte aura eu vite fait de rendre plus gros le nuage noir pesant sur son image de marque : la collecte de données est capable d’enregistrer l’historique des appels et des SMS. Mais d’où vient tout cela ?

L’importation de contact sur Messenger et Facebook Lite en cause

Le développeur a répondu à cette polémique en postant un nouvel article sur sa newsroom. Son but est d’expliciter ce qu’il se passe et pourquoi ces historiques, qui de prime abord n’ont rien à faire ici, apparaissent dans l’archive des données personnelles de certains utilisateurs.

Cette collecte est en vérité liée à la fonction d’importation des contacts, qui est disponible sur Messenger et Facebook Lite sur Android. Facebook précise que cette fonctionnalité n’est activée qu’avec l’accord express de l’utilisateur. Si celui-ci la désactive, les données déjà collectées sont automatiquement supprimées des serveurs Facebook.

De plus, l’entreprise précise bien que ces données ne sont jamais revendues à d’autres acteurs. Elle ajoute également que seul l’historique est enregistré : en aucun cas Facebook n’a accédé au contenu de vos SMS ou de vos appels.

Polémique ou réalisation ?

Face à cela, peut-on encore parler de polémique ? Malgré ces explications, Facebook explicite difficilement pourquoi cette collecte est réalisée en premier lieu, restant assez vague sur l’utilité générale de connaître ces informations sur ses utilisateurs si ce n’est pour trouver ses amis et « créer une meilleure expérience pour tout le monde ».

N’est-ce pas toutefois là la tendance générale de tous les réseaux sociaux, et d’ordre général des applications mobiles ? Au centre de nos vies, elles sont capables de dire bien plus sur nous que nous en avons conscience.

« Don’t hate the player, hate the game » comme le disait le grand penseur contemporain Ice-T ? Sur ce point, cette petite polémique aura surtout permis à de nombreux utilisateurs de réaliser à quel point leurs données pouvaient être facilement enregistrées par la moindre application. De quoi justifier d’enfin supprimer son compte Facebook ? Attention tout de même : ce sont loin d’être les seuls à réaliser une telle moisson.

Incontournable et connu de tous Facebook est le plus grand réseau social existant, fort de ses deux milliards d’utilisateurs et d’un nombre...

3 raisons de télécharger cette application

  • Le premier réseau social du monde avec deux milliards d’utilisateurs
  • Suivez les actus de vos amis et communiquez avec eux
  • Profitez de dizaines de fonctions