Le service de cloud computing Shadow dévoile Hive, sa nouvelle offensive pour séduire les joueurs et contrer l’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché. L’intérêt est de donner aux joueurs davantage de possibilités lors de leurs parties et créer de nouvelles expériences sociales.

Le service de cloud computing Shadow est à l’honneur au travers de Shadow World, un évènement de trois jours qui se déroule actuellement à Paris. Son ouverture a été l’occasion pour Emmanuel Freund, son cofondateur et PDG, de revenir sur les succès passés de la société et ses projets à venir (très) prochainement.

Une hyper croissance

Du haut de ses trois ans, Shadow se targue d’avoir séduit 50 000 clients et de couvrir 7 pays. Au cours de l’année 2019, c’est toute l’Europe et l’Amérique du Nord qui devraient être couvertes.

Plus encore, Shadow annonce une fidélité de 97 % de ses clients (qui se réabonnent à la fin de leur période d’abonnement), un chiffre qui montre que le service n’est pas un simple gadget pour ses utilisateurs.

Pour arriver à cela, Shadow a bien sûr été obligé de développer ses propres technologies, mais aussi d’embaucher à vitesse grand V, et l’entreprise emploie aujourd’hui 200 salariés.

Une nouvelle ruche

Mais la petite start-up française ne se repose pas sur ses lauriers et compte bien aller encore plus loin dans l’innovation. Maintenant que l’idée du cloud computing est une réalité, Shadow réfléchit à la suite, et notamment aux possibilités que cela peut créer de gérer les différentes sessions de calcul des joueurs au même endroit, dans un data center.

C’est ainsi qu’est née l’idée de Hive, une interface sociale destinée à partager l’expérience des joueurs durant leurs parties et leur apporter la flexibilité d’une LAN ainsi qu’une surcouche de discussion et de création de groupe. Imaginez lors d’une partie en réseau de pouvoir afficher l’écran de votre coéquipier en Picture-in-Picture sur le vôtre. Plus encore, imaginez que vous puissiez échanger vos rôles d’un simple clic en fonction des situations et des compétences de chacun.

L’ennemi est à longue distance, mais vous n’êtes pas doué au sniper ? Votre ami est engagé dans un corps-à-corps brutal, mais préfère les ambiances plus subtiles ? Échangez vos places et retournez la situation grâce aux nouvelles stratégies offertes par Shadow.

Des milliers de possibilités

Ce ne sont là que des exemples très simplistes des avantages du service. Shadow voit encore plus loin avec un mode « Extreme » qui permet à des spectateurs d’influer sur la partie de certains joueurs pour altérer l’expérience : effet mosaïque, contrôles inversés, effets d’ivresse, écran retourné… de nombreux filtres viendront apporter une nouvelle dimension au jeu et on imagine que les streameurs s’en donneront à cœur joie pour amuser la galerie.

De base, une vingtaine d’effets sont disponibles, mais les joueurs pourront créer et partager leurs propres effets pour des possibilités infinies.

Préinscription dès à présent

Les abonnés de Shadow peuvent d’ores et déjà se préinscrire sur le site officiel pour essayer Hive lors de la bêta fermée qui commencera dans 2 semaines. Une bêta ouverte sera quant à elle disponible en janvier 2019.

Pour mémoire, Shadow nécessite un abonnement à partir de 29,95 euros par mois.

Imaginez-vous pouvoir jouer aux derniers jeux PC sur votre smartphone, et bien avec Shadow c’est dorénavant possible ! Shadow fonctionne...

3 raisons de télécharger cette application

  • La puissance d'un PC gamer sur votre smartphone
  • Jouez aux derniers jeux PC sur votre téléphone
  • Accessible partout en 4G ou WiFi

Ulrich Rozier, co-fondateur d’Humanoid, est actionnaire du groupe Blade (Shadow). Cela ne change en rien le travail des journalistes au sujet de ce service.