Disney a enfin levé le voile sur son service de streaming Disney+ (Disney Plus). La célèbre firme va sérieusement concurrencer Netflix avec un prix attractif, et en misant sur son nouveau contenu Marvel, Star Wars, Disney et Pixar.

Si Netflix ne devrait pas avoir grand-chose à craindre d’Apple TV+ pour le moment, le célèbre service de vidéo à la demande ne devrait pas prendre le lancement de Disney+ à la légère. Disney a en effet dévoilé les contours de son abonnement de vidéo à la demande, et le géant du cinéma compte bien utiliser toute la force de ses studios pour s’emparer du marché.

Quel est le prix de Disney+ ?

Disney a annoncé que son abonnement coûterait 6,99 dollars par mois, c’est moins cher aux États-Unis que le plus petit des abonnements Netflix qui débute à 8,99 dollars par mois depuis le début de 2019. La firme n’a toutefois pas précisé les limites de l’abonnement à 6,99 dollars, en termes de nombre d’écrans connectés simultané par exemple.

En revanche, Disney a annoncé que le service supporterait la 4K HDR si le débit de l’abonné le permet, et que le service serait disponible sur une multitude d’appareils, notamment les consoles de jeu. L’intégralité du catalogue sera également proposée en téléchargement, pour une lecture hors-ligne, comme le propose Netflix sur mobile avec une partie de son contenu.

Quel contenu peut-on trouver sur Disney+ ?

Au fil du temps, Netflix est parvenu à monter en puissance, et il n’y a désormais plus un mois où le service ne lance une de ses séries originales, un film ou un documentaire. Pour faire face, Disney va faire appel à tous ses studios : Disney, Pixar, Marvel, Star Wars, National Geographic, mais aussi la Fox récemment acquises.

Ainsi, Disney a annoncé qu’en tout, 7500 épisodes de séries et 500 films seraient disponibles dès la première année du service, dont 25 séries et 10 films originaux, spécifiquement créés pour Disney+.

Parmi les contenus non originaux, mais très fort, qui seront présents sur le service, on peut compter sur les 30 saisons des Simpsons et la série Malcom, venant de la Fox, mais aussi une belle panoplie de films Marvel, Disney et Pixar sortis au cinéma au cours des dernières années. Disney précise que l’ensemble des films Star Wars seront proposés dès la première année du service, ainsi que l’intégralité des longs-métrages Pixar.

Le plus intéressant reste le contenu original. Voici une petite liste des projets déjà annoncés par Disney pour Disney Plus.

Marvel

  • Faucon et le soldat d’hiver : une série live-action avec Anthony Mackie et Sebastian Stan, les mêmes acteurs que pour les films du MCU.
  • WandaVision : une série live-action sur Wanda Maximoff et Vision avec Elizabeth Olsen et Paul Bettany (la même actrice, et le même acteur, que pour les films du MCU)
  • Marvel’s What If… ? : une série d’animation reprenant l’idée du « What If » pour savoir comme l’univers Marvel aurait évolué si un événement changeait ( « Et si Tony Stark n’était jamais né ? »)
  • Loki avec Tom Hiddleston

Star Wars

  • The Mandalorian
  • Star Wars : The Clone Wars avec une nouvelle saison

Pixar

  • Forky Asks a Question : une série d’animation de courts épisodes basée sur le personnage de Toy Story 4.
  • Monsters at Work : basé sur la franchise Monstres & cie.

Disney

  • Un film d’animation pour Phinéas et Ferb
  • Une série de documentaires making-of de la reine des neiges 2
  • High School Musical : The Musical : The Series

National Geographic

  • Le monde selon Jeff Goldblum : une série de documentaire présenté par Jeff Goldblum
  • Magic of the Animal Kingdom : une série de documentaire animalier

Où et quand Disney+ sera-t-il disponible ?

Disney+ sera lancé dès le 12 novembre 2019 aux États-Unis. Disney annonce que le service sera étendu très vite à l’international, avec une couverture des régions les plus importantes du monde dans d’ici novembre 2021.

Durant la conférence, Disney a précisé que le lancement en Europe occidentale aurait lieu d’ici mai 2020 (avant la fin du deuxième trimestre de l’année fiscale 2020). Reste à savoir si Disney sera parvenu à récupérer les droits sur son ancien catalogue d’ici là, notamment des séries comme Les Simpsons, aujourd’hui exploitées par des chaînes de télévision françaises.