Emmanuel Macron utilise une application mobile secrète lui permettant de surveiller l’avancement des différentes réformes menées par ses ministres. Le président utilise cet outil pour savoir quels sont les membres du gouvernement les plus efficaces et ceux qui traînent trop.

Crédits image : Le Kremlin

Entre jeux de pouvoir et lourdeurs administratives, une réforme politique peut mettre beaucoup de temps à être mise en place. On comprend alors que le président de la République ait envie d’un outil lui permettant de suivre les avancées de chaque projet. Et c’est justement dans ce cadre-là qu’Emmanuel Macron utilise une application mise en place secrètement par ses plus proches collaborateurs.

Europe 1, BFM TV et Le Figaro ont pu consulter l’interface de l’application qui se présente sous la forme d’un tableau de bord. Sur ce dernier, chaque réforme enclenchée par le gouvernement est accompagnée de diverses jauges illustrant son niveau d’avancement. Emmanuel Macron peut ainsi évaluer rapidement les ministres qui sont à la traîne et les « bons élèves ».

Notons que l’image partagée par Europe 1, BFM TV et Le Figaro semble être une capture d’écran imprimée et prise en photo.

Pastilles vertes et pastilles rouges

On voit ainsi que la mise en œuvre de la réforme du lycée et du bac par le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, semble en bonne voie, en attestent les petites pastilles vertes sur la droite des jauges de progression. À l’inverse, les badges rouges indiquent un retard. Enfin, une barre de recherche permet au président Emmanuel Macron de consulter directement l’avancement d’un projet en particulier.

BFM TV écrit que « trois hauts fonctionnaires très proches d’Emmanuel Macron et d’Édouard Philippe, dont leur bras droit respectif : Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée, et Benoît Ribadeau-Dumas, secrétaire général de Matignon » sont à l’origine de cette application interne.

Les ministres seraient ainsi mis sous pression et celles et ceux qui tardent trop à appliquer leurs réformes se font remonter les bretelles par le président. Le mot d’ordre semble clair : Emmanuel Macron veut de l’efficacité. Chacun sera libre de juger si la méthode utilisée est la bonne ou non.

« Je ne veux plus de l’anonymat sur les plateformes internet » insiste Emmanuel Macron