Attaque du Capitole : Facebook et Twitter sanctionnent Trump, Twitch supprime l’emote Pogchamp

 

Après l’attaque historique du Capitole, lieu important de la démocratie américaine, par des soutiens de Donald Trump, les géants du numérique ont commencé à réagir et prendre des mesures.

Capture d’écran du discours de Donald Trump du 6 janvier 2021

Capture d’écran du discours de Donald Trump du 6 janvier 2021

Les États-Unis ont vécu une journée historique. Dans la nuit du 6 au 7 janvier 2021 en France, un groupe insurrectionnel soutenant Donald Trump s’est attaqué au Capitole de Washington DC, alors qu’avait lieu dans le bâtiment la réunion du Congrès devant certifier officiellement la victoire de Joe Biden. Une situation encouragée par plusieurs mois de discours du président américain sortant n’ayant toujours pas reconnu sa défaite, qui ont forcé Twitter, Facebook, mais aussi Twitch à prendre des décisions importantes, sans précédent.

Le discours présidentiel de Biden et le discours insurrectionnel de Donald Trump

Durant les événements du Capitole, le président élu Joe Biden a été le premier à prendre publiquement la parole à la télévision pour demander à Donald Trump, toujours officiellement président des États-Unis, d’appeler fermement aux hommes à l’intérieur du Capitole de mettre fin aux violences.

Donald Trump a rapidement réagi par une vidéo enregistrée dans les jardins de la Maison-Blanche, diffusée à la télévision et sur son compte Twitter. Dans son rapide discours, il annonce « comprendre la douleur » des insurrectionnistes, à cause de « l’élection volée », mais qu’ils doivent « rentrer à la maison en paix » pour respecter « les représentants de l’ordre » et qu’il ne faut pas « jouer le jeu » de l’opposition, même si « vous êtes très spéciaux et nous vous aimons » termine-t-il.

Twitter suspend le compte de Donald Trump

C’est ce discours, pouvant mettre un peu plus le feu aux poudres, qui a finalement décidé Twitter à réagir. La plateforme a d’abord verrouillé le tweet de la vidéo, empêchant le partage, les réponses et les retweets, avant de finalement demander la suppression de trois tweets problématiques, et le blocage du compte de Donald Trump pour une durée de 12 heures.

This means that the account of @realDonaldTrump will be locked for 12 hours following the removal of these Tweets. If the Tweets are not removed, the account will remain locked.

— Twitter Safety (@TwitterSafety) January 7, 2021

Notons que durant toute la soirée, plusieurs voix se sont élevées pour appeler Twitter à réagir au plus vite, ne comprenant pas pourquoi ou comment le discours lui-même pouvait être autorisé sur la plateforme. On peut notamment relever l’intervention de Chris Sacca, un ancien investisseur de Twitter qui est allant jusqu’à affirmer que Jack Dorsey et Mark Zuckerberg avaient du sang sur les mains pour avoir « rationalisé cette terreur durant 4 ans ».

You’ve got blood on your hands, @jack and Zuck. For four years you’ve rationalized this terror. Inciting violent treason is not a free speech exercise. If you work at those companies, it’s on you too. Shut it down.

— Chris Sacca 🇺🇸 (@sacca) January 6, 2021

Facebook déclare une situation d’urgence

Bien qu’elle soit moins privilégiée que Twitter, Facebook est aussi l’une des plateformes utilisées par Donald Trump pour communiquer. Le réseau social a déclaré une situation d’urgence avec des mesures exceptionnelles à l’encontre de Donald Trump. Pour la firme, le discours de Donald Trump encourage davantage les violences qu’il ne les disqualifie, et a donc décidé de supprimer la vidéo en question.

This is an emergency situation and we are taking appropriate emergency measures, including removing President Trump's video. We removed it because on balance we believe it contributes to rather than diminishes the risk of ongoing violence.

— Guy Rosen (@guyro) January 6, 2021

C’est aussi la décision prise par YouTube officiellement. La plateforme de publication de vidéos a retiré tous les directs montrant des émeutiers avec des armes à feu ou tenant des propos dangereux, a relevé Le Monde.

Twitch supprime l’emote Pogchamp

La plateforme de streaming Twitch y est également allée de sa réaction. Elle a décidé de supprimer l’emote PogChamp crée à partir de l’expression de Ryan « Gootecks » Gutierrez qui s’est fait remarquer pour soutenir publiquement l’attaque du Capitole, allant jusqu’à appeler l’une des participantes de l’attaque qui est décédée suite à un coup de feu une « martyr ».

We want the sentiment and use of Pog to live on – its meaning is much bigger than the person depicted or image itself– and it has a big place in Twitch culture. However, we can't in good conscience continue to enable use of the image.

— Twitch (@Twitch) January 7, 2021

Twitch a toutefois annoncé vouloir remplacer l’emote par une nouvelle version. Il s’agit de l’une des emotes les plus populaires utilisées sur le site et pour la plateforme, son utilisation dépasse largement le simple protagoniste auquel elle peut être attribuée.

Les derniers articles