Microsoft et Google s’inquiètent. Broadcom a clairement montré son intention de racheter Qualcomm au cours des prochains mois. Mais la perte de l’indépendance de Qualcomm pourrait signifier une plus grande puissance pour Apple, qui entretient de bonnes relations avec Broadcom.

L’équilibre du marché n’est pas des plus stables. La moindre mauvaise décision d’un constructeur peut le faire chuter du plus haut des piédestaux, quand une bonne idée peut mener n’importe quel acteur très loin.

Mais qu’en est-il des passations de pouvoir ? Nous savons désormais que Broadcom cherche à racheter Qualcomm, qui refuse l’offre uniquement parce qu’il la trouve trop basse. Entre temps, Broadcom a élu un nouveau conseil d’administration au sein de Qualcomm, premier pas vers une prise de contrôle.

Microsoft et Google n’aiment pas cette situation

Si nous observons toujours le duel en lui-même, CNBC s’est intéressé à ses implications sur le marché. Le journal avance avoir récupéré des informations quant à la vision de Microsoft et Google sur cette affaire.

Les deux entités accueilleraient mal cette nouvelle, mais Qualcomm leur aurait pour le moment demandé de ne pas la commenter publiquement afin de ne pas nuire aux négociations en cours. Toujours est-il que ce rachat les impacterait directement.

Et pour cause : il pourrait mettre un terme aux poursuites légales entre Qualcomm et Apple. Une situation qui favoriserait directement le constructeur des iPhone, tout autant qu’elle pourrait avoir un impact négatif sur l’écosystème Android.

Innovation en berne

En effet, Broadcom pourrait pousser Qualcomm à revoir ses investissements en recherche et développement à la baisse, nuisant à la qualité et à la progression du marché Android dans son ensemble. De ce fait, Apple pourrait prendre énormément d’avance sur la concurrence.

Microsoft est quant à lui inquiet à cause de ses nouveaux PC Windows 10 ARM, qui profitent des puces Snapdragon 835 pour offrir une autonomie record et une connectivité permanente. Broadcom pourrait là aussi nuire à la progression de ce nouveau marché, et freiner l’investissement sur cette nouvelle gamme de produits avant même qu’elle ne puisse faire ses preuves.

À noter par ailleurs que Google comme Microsoft, malgré leur puissance, n’auraient tout simplement pas la force de lutter contre Apple. Les deux entités sont encore assez jeunes sur le marché des constructeurs, leurs revenus étant majoritairement tirés des logiciels, quand Apple y a toujours été présent. L’absence, ou même lenteur, de Qualcomm sur ce terrain pourrait leur être fatale.