Alors que la date du 12 septembre approche, l’excitation est à son comble. Apple va dévoiler à peu près le même smartphone que l’an dernier, en deux tailles. Et c’est dire si la hype est aux abonnés absents : franchement, je suis plus intrigué par l’Apple Watch Series 4 que par ces iPhone XS dont on sait déjà qu’il ne faut pas en attendre la moindre surprise.

On ne va pas être excessivement surpris

L’an dernier, la firme de Cupertino avait réussi l’exploit de dévoiler par erreur l’intégralité absolue du contenu de leur conférence de rentrée, dans les moindres détails, quelques jours avant l’événement. La faute à un firmware pour HomePod qui n’aurait pas être en accès libre. Cette année, on a beaucoup de rumeurs, des fuites plus ou moins confirmées, mais rien d’aussi définitif. Et ça n’est pas pour ça qu’on va être surpris, car on sait que c’est une année « S », une année où on prend le même design et on recommence. Il n’y a rien de mal à ça, et c’est même une bonne nouvelle pour ceux qui n’aiment pas changer de coque de protection tous les ans. Mais sans connaître leurs caractéristiques dans le détail, on sait déjà tout ce qu’il faut savoir de ces iPhone XS. L’un sera un iPhone X en plus performant, et l’autre sera son frère de grande taille.

Apple Watch : enfin plus fine ?

L’Apple Watch « Series 4 » – appelons-la comme ça – en revanche, laisse entrevoir un peu plus de potentiel. J’ai bien dit « un peu ». Ça restera une Apple Watch, et un écran aux bords moins larges ne va pas changer votre façon d’utiliser une montre. N’empêche : si on prête attention au visuel en fuite et si ce n’est pas une illusion d’optique dont Apple est friand, elle a enfin l’air de corriger ce qui m’avait fait fuir des versions 2 et 3 : cet embonpoint qu’elle avait pris en se dotant d’un GPS, puis d’une connexion cellulaire. Bon, après, de là à imaginer un écran qui affiche l’heure en continu, des façades de montre moins banales – celle présentée sur le visuel a l’air bien surchargée – ou une autonomie qui dépasse deux jours, ne rêvons pas non plus. Pourtant, c’est ce qu’on aimerait… Rêver !

Seulement voilà, le rêve, ça fait bien longtemps que les smartphones n’en vendent plus, et si l’iPhone X a replacé Apple dans la course après une longue période de stagnation, son design s’est déjà tellement banalisé qu’on a l’impression que même le plus petit constructeur chinois a son iPhone X. Et comme on le disait à la sortie de ses premiers clones au MWC 2018, il n’y a vraiment rien de glorieux à vouloir copier son encoche, compromis technique dont on se passerait bien.

Un grain de folie qui manque

Récemment sortait le Samsung Galaxy Note 9 (parlez d’un coup de vieux, même s’ils en ont sauté un). Et je repensais à la folie qu’était le premier Note. En tenant en main un Xiaomi Mi A1 à l’écran encore plus grand. Aujourd’hui, 5,3 pouces ça nous paraîtrait presque petit. Et un stylet… Certains aimeraient voir Apple sortir un iPhone Pro compatible avec l’Apple Pencil, après avoir craché sur les stylets en citant Jobs dans le texte pendant des années. Bref. Cette folie manque peut-être aujourd’hui.

L’Oppo Find X : une idée un peu folle, ça manque !

En plus, quand elle se manifeste, nous sommes les premiers à vouloir la contenir avec des contre arguments rationnels. Oui, le Oppo Find X part d’une idée ridicule de caméra motorisée, oui il se peut que ça s’enraye dans 5 ans, ou que ça laisse entrer un grain de sable dans le téléphone ou que sais-je. Mais c’est ça qui rend des tentatives comme celles-là rafraîchissantes. Parce qu’en attendant, eux ont sorti un écran sans bord et sans encoche qui vient le ronger, et ont réussi à susciter un peu d’excitation de la part de ceux qui l’ont eu en main. Ça devient rare, et c’est dommage.