Fortnite : Apple contre-attaque agressivement et demande des dommages et intérêts

 

Apple ne compte pas se laisser faire et répond officiellement à la plainte judiciaire d'Epic Games. La marque à la pomme réclame des dommages et intérêts.

C’est sans aucun doute la grande affaire de cette fin d’été : la guerre qui se joue entre Epic Games et Apple pour déterminer si l’App Store d’iOS est en situation dominante et si la commission des 30 % exigée par Apple en est un abus.

Jusqu’à présent, Apple avait répondu à la plainte d’Epic Games en utilisant ses propres armes. La firme a notamment supprimé Fortnite de l’App Store, puis le compte développeur d’Epic Games, en épargnant l’Unreal Engine comme exigé par le tribunal.

Aujourd’hui, Apple donne la première réponse juridique avec une demande de dommages et intérêts accompagnée d’un rejet pur et simple des accusations d’Epic Games.

Le mépris flagrant d’Epic pour ses engagements contractuels et autres fautes a causé un préjudice important à Apple.

« Epic a profité de tout ce que l’App Store avait à offrir »

Le document débute par une attaque assez agressive de la part d’Apple concernant le comportement d’Epic Games. La firme n’hésite pas en effet à dépeindre Epic Games comme une entreprise qui « se présente comme un Robin des bois des temps modernes », mais qui est en réalité « une entreprise valant plusieurs milliards » qui « veut juste ne rien payer pour l’énorme profit qu’elle tire de l’App Store ».

Sur plusieurs pages, Apple décrit comment la firme a investi dans l’App Store année après année pour en faire le marché d’applications que l’on connait aujourd’hui, pendant qu’Epic Games en profitait pour faire grossir Fornite ou Infinity Blade. Une belle période qui s’est terminé un terrible jour de juin 2020 où « Epic a décidé qu’il aimerait récolter les bénéfices de l’App Store sans rien payer pour eux ».

Ici Apple rappelle qu’Epic Games a demandé un traitement de faveur à la firme pour Fortnite qui lui permettrait d’échapper à certaines parties du règlement de l’App Store.

Le document se poursuit avec la contradiction point par point de chacun des éléments d’argumentation de la plainte envoyée par Epic Games à la suite de la suppression de Fortnite de l’App Store. Apple y indique notamment que son comportement était de bonne foi.

Apple plaide que, sans admettre la moindre responsabilité, à tout moment, son comportement a été raisonnable et que ses actions ont été entreprises de bonne foi pour promouvoir des intérêts commerciaux légitimes et a eu pour effet de promouvoir, d’encourager et d’accroître la concurrence.

Le prochain épisode devrait avoir lieu d’ici le 18 septembre, date jusqu’à laquelle Epic Games peut répondre au document d’Apple discuté ici. En attendant la première grande audience devant le juge attendu le 28 septembre.

Les derniers articles