Apple assure qu’Epic a demandé un traitement de faveur pour Fortnite

Vol à l'étalage, mise en danger et tutti quanti

 

Attaqué en justice par Epic Games pour pratiques anticoncurrentielles, Apple a décidé de réagir par la même voie. La firme de Cupertino a répondu point par point à l'éditeur du jeu "Fortnite" qu'il accuse à son tour de non-respect de la réglementation de l'App Store, boutique d'applis pour laquelle il aurait demandé un traitement de faveur.

Source : Unsplash / Laurenz Heymann

Source : Unsplash / Laurenz Heymann

Il ne se passe pas deux jours sans que l’on ait le droit à une petite pique d’un côté, suivie d’une réponse cinglante de l’autre. Depuis une semaine, la guerre de tranchées entre Epic Games et Apple au sujet de Fortnite bat son plein, animée par les attaques en justice, grandes déclarations, vidéos ou fanfaronnades.

L’éditeur et créateur de Fortnite a dégainé le premier en voulant contourner le système de paiement d’Apple et Google afin d’imposer le sien dans son propre jeu, se débarrassant ainsi des 30% de frais de commission à reverser sur les achats intégrés et proposant en échange 20% de remise sur sa monnaie du jeu aux joueurs. Une mesure contraire aux réglementations en vigueur pour chaque store. Exit le battle royale des deux stores et début d’une bataille de communication entre la firme de Cupertino et Epic, qui a reçu le soutien d’éditeurs de presse américains après celui de développeurs d’applis comme Tinder ou Spotify.

La première réplique judiciaire d’Apple

Alors que le géant du jeu vidéo mobile a annoncé la tenue dimanche d’un tournoi en ligne #FreeFortnite ouvertement anti-Apple, l’intéressé n’a pas tardé à réagir aux attaques du jour. Et pour la première fois, la marque à la pomme a réagi de manière judiciaire.

Epic Games a porté plainte, la semaine passée, pour comportement anticoncurrentiel d’Apple dans sa gestion de l’App Store, estimant que le géant californien empêchait tout store concurrent de voir le jour pour offrir du contenu pour l’iPhone, l’iPad ou le Mac, et ponctionnait une somme importante. Apple a décidé, ce vendredi, de répliquer en répondant à la plainte d’Epic qu’il accuse à son tour de violation des règles mises en place et consenties par le développeur. « Epic a décidé qu’il préférerait profiter des avantages de l’App Store sans les payer« , clame Apple qui assimile l’attitude de son rival à « du vol à l’étalage. »

Si les développeurs peuvent éviter le système de paiement intégré, c’est la même chose que si un client quitte un magasin Apple sans payer pour les produits volés : Apple n’est pas payé

Par ailleurs, Apple a également demandé à ce que l’appli ne soit pas réintroduite dans le store tant que la bataille juridique ne serait pas réglée. Dans une ordonnance, Epic avait justement demandé la suspension des sanctions d’Apple, ainsi que la menace de mettre un terme à ses comptes développeurs le 28 août prochain, le temps que le procès ait lieu. Une audience sur cette ordonnance est prévue lundi.

Une demande de traitement préférentiel

Dans son dossier déposé auprès du tribunal, Apple a signalé que son accusateur avait demandé un accord individuel auprès la firme pour ne pas payer les 30% de commission appliqués à tous les développeurs proposant des applis payantes ou des achats intégrés. Pour étayer ses propos, Apple a produit trois mails envoyés par le PDG d’Epic Games, Tim Sweeney, à Tim Cook, Phil Schiller – alors senior vice-président en charge de l’App Store—et d’autres cadres d’Apple.

Cette accusation vient ainsi contester les propos de Sweeney qui a toujours argué défendre la cause de tous les développeurs face à l’attitude d’Apple et n’avoir jamais recherché un « traitement de faveur » que les autres développeurs d’applications iOS n’obtiendraient pas. Or, il a été dévoilé, lors du passage d’Apple devant la commission antitrust du Congrès, qu’Amazon avait bénéficié d’un accord individuel plus favorable (15% de frais de commission) par le passé.

Caricature d'Apple sur Fortnite

La caricature d’Apple à la sauce Fortnite // Source : Epic Games

« Le 30 juin 2020, le PDG d’Epic, Tim Sweeney, a écrit à mes collègues et à moi-même un e-mail demandant une ‘lettre d’accompagnement’ d’Apple qui créerait une offre spéciale pour Epic uniquement qui changerait fondamentalement la manière dont Epic propose des applications sur iOS », a écrit Phil Schiller dans la plainte. Apple explique que Sweeney demandait ainsi l’autorisation de contourner les achats intégrés pour que les joueurs de Fortnite soient autorisés à le payer directement. Sweeney a rapidement réagi sur Twitter pour se défendre.

Epic voudrait imposer son propre store

Schiller a indiqué que Sweeney lui avait envoyé un email le matin même pour lui annoncer que le mécanisme de paiement dans Fortnite avait été modifié, ajoutant qu’il « ne respecterait plus les restrictions de traitement des paiements d’Apple».

La firme de Tim Cook a également produit un email envoyé par Sweeney en date du 30 juin avec pour objet « Choix du consommateur et concurrence » dans lequel le patron d’Epic explique qu’« en raison des restrictions imposées par Apple, Epic est incapable de fournir aux consommateurs certaines fonctionnalités de nos applications iOS.» Et de poursuivre : « Apple devrait fournir une lettre d’accompagnement ou modifier ses contrats et documents pour supprimer ces restrictions afin de permettre à Epic de fournir une boutique d’applications concurrente et une option de traitement des paiements concurrente aux clients iOS ». Sweeney conclut en espérant « qu’Apple mettra également ces options à la disposition de tous les développeurs iOS. »

Les V-Bucks sur Fortnite

Epic Games feinte Google et Apple pour proposer des tarifs réduits sur les achats Fortnite // Source : Epic Games

«Dans le sillage de ses propres actions volontaires, Epic recherche désormais une aide d’urgence. Mais ‘l’urgence’ est entièrement du fait d’Epic », ont déclaré les avocats d’Apple dans le dossier. « Des [ordonnances d’interdiction temporaires] existent pour remédier à des dommages irréparables, des blessures auto-infligées difficilement réparables… Tout ce qu’Epic réclame pour lui, les joueurs et les développeurs auraient pu être évitées si Epic avait intenté son procès sans violer ses accords. Toutes ces blessures présumées pour lesquelles Epic demande indûment une aide d’urgence pourraient disparaître demain si Epic revenait sur sa violation. »

Pour Phil Schiller, « les actions d’Epic mettent en péril tout le modèle App Store ». Il évoque la volonté d’en faire « un endroit sûr et de confiance » pour les consommateurs et les développeurs, mais si ces derniers contournent les achats intégrés et évitent de payer à Apple les commissions qu’il est contractuellement due, « Apple ne pourra pas continuer son investissement en cours« .

Tous perdants pour le moment

A cette heure, Fortnite n’est plus disponible sur le store en téléchargement. Mais les joueurs qui possèdent déjà le jeu peuvent continuer à y jouer. Ils ne pourront en revanche pas bénéficier des prochaines mises à jour. A commencer par l’arrivée de la nouvelle saison du jeu la semaine prochaine.

La réaction judiciaire d’Apple laisse entrevoir une possible escalade entre les deux grands acteurs qui ne semblent pas décidés à céder et à régler cela à l’amiable. Dans leur sillage, ce sont les développeurs et les joueurs qui pourraient y être aussi perdants.

La menace d’Apple de désactiver le compte développeur d’Epic n’aura pas seulement un impact sur le jeu aux centaines de millions de joueurs qui perdrait ainsi une partie de son contingent utilisateurs et, ces derniers, les évolutions de leur titre préféré. Ne plus avoir de statut développeur priverait Epic de proposer son moteur graphique Unreal Engine, un logiciel qui permet aux programmeurs de créer des jeux mobiles et vidéo, mais aussi d’autres applications ayant recours à de la 3D.

Ceux-ci devraient changer leur fusil graphique d’épaule, se priver des futures améliorations ou bien reprendre leur projet à zéro pour l’adapter aux stores d’Apple. Une mauvaise nouvelle financière pour Epic, pour les développeurs, pour les utilisateurs privés de jeux et d’applis, mais aussi pour Apple qui amputeraient son store et possiblement son service Apple Arcade.

Les derniers articles