Le CEO de Telegram méprise l’iPhone et conspue l’approche « totalitaire » d’Apple

Apple en prend pour son grade

 

Dans un entretien accordé au New York Times, Pavel Durov, CEO et fondateur de l'application de messagerie chiffrée Telegram, s'est livré à un véritable réquisitoire contre Apple. Tout y passe : ses iPhone, sa politique et ses relations ambiguës avec les autorités chinoises.

Le patron de Telegram ne porte pas Apple et ses produits en très haute estime

Le patron de Telegram ne porte pas Apple et ses produits en très haute estime // Source : Drew Willson – Unsplash

Les utilisateurs de produits Apple sont souvent les premiers à admettre s’être volontairement « enfermés » dans un écosystème au sein duquel ils se plaisent. Pour Pavel Durov, fondateur et CEO de Telegram, ce confortable enfermement va plus loin et n’a rien d’une bonne chose. Interrogé par le New York Times dans le cadre d’une enquête portant sur les rapports troubles d’Apple avec les autorités chinoises, l’intéressé se déchaîne… quitte à verser parfois dans l’excès.

D’après lui, posséder un iPhone suffit par exemple à faire de vous « un esclave numérique d’Apple », une entreprise tout juste bonne à commercialiser « du matériel obsolète et hors de prix pour les clients bloqués dans un écosystème ».

L’iPhone ? un smartphone moyenâgeux

La charge de Pavel Durov contre Apple s’étend à ses produits et tout spécialement à l’iPhone. « Chaque fois que je dois utiliser un iPhone pour tester notre application iOS, j’ai l’impression d’être renvoyé au Moyen Âge », clame-t-il, critiquant tout spécialement l’absence d’écrans 120 Hz sur les iPhone 12. Un taux de rafraîchissement de plus en plus commun sur les smartphones Android qui pourrait néanmoins arriver sur l’iPhone 13.

De façon tacite, le dirigeant de Telegram se joint aussi aux remontrances d’Epic Games. L’intéressé peste notamment contre l’obligation de passer par l’AppStore pour distribuer des applications sur iOS (sur Android, Telegram permet aux utilisateurs de télécharger l’application et récupérer des mises à jour directement depuis le web). La sauvegarde par défaut des données sur iCloud est aussi au rang des particularités d’iOS critiquées par Pavel Durov.

De gauche à droite : les iPhone 12 mini, iPhone 12 et iPhone 12 Pro Max

De gauche à droite : les iPhone 12 mini, iPhone 12 et iPhone 12 Pro Max // Source : Frandroid / Arnaud GELINEAU

De manière plus globale, Durov estime que la ligne très stricte d’Apple et son écosystème en vase clos font d’une certaine manière écho à la politique menée par les autorités chinoises. « L’approche totalitaire d’Apple est tellement appréciée par le parti communiste chinois », estime-t-il. Et en la matière, le CEO de Telegram pourrait avoir un argument de taille.

Selon le New York Times, Apple aurait en effet donné au gouvernement chinois le contrôle de ses centres de données à Guiyang (capitale de la province du Guizhou, dans le sud de la Chine) afin de rester en bons termes avec le parti communiste. Un enjeu majeur pour Apple qui reste très dépendant de la Chine pour fabriquer et écouler ses produits. D’après l’Opinion, la Chine était l’année dernière encore le second marché de consommation au monde pour Apple.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles