Test de la tondeuse Dreame A1 : simplicité et précision

 

Dreame se lance dans le secteur des robots-tondeuses avec le Dreame A1. Elle se distingue de la concurrence grâce à sa navigation entièrement sans fil, basée sur la technologie LiDAR. Cette approche simplifie l'installation et améliore la détection d'obstacles. Face à des concurrents de renom, comme Husqvarna et Gardena, voyons ce que vaut le Dreame A1.

Source : Hagop Kavafian pour Frandroid

Dreame est le numéro deux des aspirateurs robots en France, proposant des produits de pointe comme le Dreame X40 Ultra. Forte de son expérience dans la navigation autonome et la détection d’obstacles, la marque a mis à profit cette expertise pour concevoir son premier robot-tondeuse, la Dreame A1.

Contrairement aux tondeuses-robots traditionnelles, la Dreame A1 est entièrement sans fil. Elle s’installe donc sans avoir à creuser de tranchées, ni même de placer des bornes de délimitation ou d’antenne. À la place, elle utilise un LiDAR grand-angle pour se positionner et détecter les éventuels obstacles.

Face à une concurrence grandissante, de nombreux fabricants lancent des modèles innovants, à l’image de Mammotion et Ecovacs. Avec une telle concurrence, que vaut la Dreame A1 et sait-elle convaincre avec son système de navigation innovant ?

Un design futuriste

Bien que Dreame soit un nouvel arrivant sur le marché des tondeuses, la marque n’a pas négligé le design de l’A1. Elle arbore une esthétique élégante et futuriste, avec des courbes élancées et modernes.

À l’avant, les broches de charge sont intégrées au cadre, leur donnant une apparence de phares automobiles. À l’arrière, une grille striée et un feu arrière ajoutent à l’aspect dynamique général.

Sur le dessus, on retrouve le fameux LiDAR OmniSense pour la navigation et la détection des obstacles. Le classique bouton stop est également présent, permettant d’interrompre la tonte en cas d’urgence. Plus important encore, un volet dissimule le panneau de contrôle. Ce dernier comprend un écran couleur, une molette rotative et quelques boutons, rendant la tondeuse facile à contrôler sans besoin de téléphone.

Source : Hagop Kavafian pour Frandroid

Quand au-dessous, l’A1 possède trois lames pour une coupe précise. En cas de besoin, elles sont simples à remplacer, sans besoin d’utiliser le moindre outil. Par ailleurs, des lames supplémentaires sont fournies dans la boîte. Pour se déplacer, le robot utilise deux roues tout-terrain à l’arrière, ainsi que deux petites roulettes pour se diriger.

La station consiste quant à elle en une plaque en plastique, qui se fixe avec les vis fournies. La partie supérieure ne couvre pas entièrement la tondeuse, mais elle est équipée d’une brosse intégrée pour nettoyer le LiDAR. Quant au câble de charge, il est fin et long, facilitant le placement de la station où vous le souhaitez dans votre jardin, même sans prise externe.

Source : Hagop Kavafian pour Frandroid

Globalement, la qualité de fabrication du robot est bonne, donnant une sensation de robustesse et de qualité. Toutefois, la base est un peu trop plastique et n’atteint pas le niveau de finition proposé par Ecovacs, par exemple.

Une mise en route simple et rapide

L’installation des tondeuses est habituellement une tâche pénible. Heureusement, le processus est remarquablement simple avec la Dreame A1. Étant donné que la tondeuse est totalement sans fil, vous n’avez pas besoin d’installer de délimitation enterré ou d’antenne.

La cartographie se fait complètement sans fil, en pilotant le robot depuis votre smartphone. Vous pouvez ainsi créer différentes zones de travail en définissant des limites virtuelles. Par ailleurs, la station peut être placée où vous le souhaitez sans besoin de la placer à côté ou sur la pelouse. Il est donc possible de créer des chemins par lesquels elle peut seulement passer sans tondre. De même, vous pouvez créer des zones interdites, utiles si vous avez un bassin dans votre jardin, par exemple.

Source : Hagop Kavafian pour Frandroid

En fonction de la taille de votre jardin, le processus de cartographie peut prendre du temps. Cependant, il suffit de le guider le long des bordures, sans identifier les arbres ou les massifs délimités, puisque le robot peut détecter les obstacles de manière autonome. En revanche, une fois la carte créée, vous ne pouvez pas déplacer manuellement les points pour les modifier. Il faudra pour cela délimiter de nouveau les limites d’une zone pour actualiser la carte.

Une application intuitive

Avec l’application Dreame, vous pouvez contrôler de nombreux paramètres de tonte. Vous pouvez ajuster la hauteur de coupe directement depuis l’application, et même définir une hauteur différente pour chaque zone de travail. De même, vous pouvez personnaliser le sens de tonte, ou laisser le robot la changer automatiquement après chaque cycle. Malheureusement, ce réglage s’applique à tout votre jardin et ne peut pas être différencié par zones. De plus, vous pouvez ajuster la hauteur de détection des obstacles, ainsi que désactiver la protection contre la pluie ou le gel.

Enfin, vous pouvez définir un calendrier de tonte qui peut varier entre le printemps/été et l’automne/hiver. De même, un calendrier peut s’appliquer à tout votre jardin, ou pour des zones spécifiques. Après avoir sélectionné les jours de tonte, vous devez indiquer l’heure de début et de fin pour chaque session. Cela signifie que le robot tondra en continu pendant cette période, au risque d’effectuer plusieurs passages au même endroit s’il lui reste du temps. À l’inverse, si votre créneau horaire est trop court, il cessera de tondre même s’il n’a pas terminé.

Pour contrôler le robot, vous pouvez utiliser l’application, l’écran intégré ou Google Assistant et Alexa. Vous pouvez l’envoyer tondre une zone spécifique, tout votre jardin, ou juste les bordures. Pour éviter les accidents, il envoie une notification avant de tondre, vous permettant de vérifier qu’enfants et animaux ne sont pas dans le jardin. De plus, l’application affiche une estimation de la durée de tonte, ce qui permet de mieux ajuster les créneaux de tonte.

Des résultats de tonte satisfaisants, mais attention aux angles et bordures

Dreame A1 effectue une tonte en naviguant en U pour chaque zone, créant des bandes claires et parfaitement parallèles, maximisant l’esthétique. Il termine sa tâche en tondant les bords, s’assurant d’avoir couvert toute la zone.

Il y a deux vitesses de tonte au choix : une standard qui couvre environ 120 mètres carrés par heure et une plus rapide qui peut couvrir environ 200 mètres carrés par heure.

Source : Hagop Kavafian pour Frandroid

Dans les deux modes, les résultats sont bons et l’herbe est coupée de manière uniforme. La majorité de la zone est ouverte, mais la tondeuse peine à tondre les coins et les bords. Elle suit une courbe lorsqu’il y a un angle droit, ignorant l’angle sans le tondre. De même, bien qu’elle suive le chemin que vous définissez lors de la tonte des bords, il reste une bande de plusieurs centimètres non tondue, en particulier si la pelouse est longée d’une clôture ou d’un mur.

La hauteur de coupe est personnalisable pour chaque zone, directement depuis l’application. Elle peut varier de 3 cm à 7 cm, ce qui est mieux que certaines tondeuses concurrentes qui n’offrent parfois pas de hauteurs supérieures à 6 cm ou requièrent de régler la hauteur de coupe mécaniquement sur la tondeuse.

Source : Hagop Kavafian pour Frandroid

Par ailleurs, le LiDAR de la tondeuse lui permet de détecter la pluie et de retourner à la station. J’ai tout de même forcé la tonte en conditions humides, avec des résultats peu satisfaisants. En effet, les grandes roues peuvent endommager le sol en laissant des traces et des trous dans la pelouse.

Lors de la tonte, la Dreame A1 est à peine audible, vous permettant de la faire fonctionner en toute discrétion, aussi bien le jour que la nuit.

Pour ce qui est de l’autonomie, la Dreame A1 peut tondre environ 180 mètres carrés durant environ 100 minutes sur une charge complète. Elle peut ensuite retourner automatiquement à la station pour se recharger et reprendre là où elle s’était arrêtée.

Pour les jardins plus grands, il est préférable de créer plusieurs zones de travail et de répartir les tâches de tonte sur plusieurs jours ou nuits pour garantir une couverture complète.

Une bonne navigation et une détection d’obstacles fiable

La Dreame A1 utilise la technologie LiDAR pour naviguer et détecter les obstacles, à l’instar des aspirateurs robot et certaines voitures. Contrairement aux autres robots-tondeuses, elle n’a pas besoin de fils de délimitation, d’antennes ou de station pour se localiser. Une telle approche innovante peut sembler risquée et moins précise. Cependant, Dreame a fait un excellent travail avec la A1. Elle navigue sans encombre et peut même détecter les obstacles tels que les arbres, les jouets et les outils pour les éviter automatiquement.

Source : Hagop Kavafian pour Frandroid

Lors de mes tests, l’A1 a suivi méticuleusement les chemins et zones de travail prédéfinis. Elle est restée dans les limites désignées et a couvert toute la zone sans perdre son chemin. Elle a également été capable de retourner à la station après chaque session de tonte.

La Dreame A1 est en outre conçue pour supporter des pentes jusqu’à 45 %, grâce à ses roues tout-terrain. Toutefois, les pentes raides ne sont pas son terrain de prédilection, notamment car le robot n’est pas équipé de freins. Il lui arrive donc de glisser si la pente est trop forte, mais revient ensuite pour tondre correctement toute la zone.

Source : Hagop Kavafian pour Frandroid

La détection des obstacles du robot est fiable et efficace, il peut identifier les obstacles et naviguer autour d’eux. Vous pouvez ajuster la sensibilité du système pour détecter les objets au-dessus de 5, 10, 15 ou 20 cm. Dans la plupart des cas, l’A1 préfère la prudence et évite une zone relativement large de quelques centimètres autour des obstacles. Cette approche conservatrice signifie qu’il reste une zone de quelques centimètres non tondus autour d’un obstacle.

Facile à entretenir

L’entretien de la Dreame A1 est simple, surtout qu’elle peut être rincée au tuyau d’arrosage. Il suffit ensuite de passer un coup de chiffon sec pour faire retrouver à la tondeuse son lustre d’origine. La station est quant à elle équipée d’une brosse pour nettoyer le LiDAR chaque fois que la tondeuse retourne à la station, celui-ci étant essentiel à la localisation.

Source : Hagop Kavafian pour Frandroid

Quant aux lames, elles se remplacent facilement, sans nécessiter d’outils, simplifiant leur entretien. La station peut quant à elle devenir très boueuse après un certain temps, mais il suffit de passer un coup d’eau pour la nettoyer.

Prix et disponibilité de la Dreame A1

La Dreame A1 est disponible au prix conseillé de 1999 euros sur le site officiel de la marque, mais une promotion baisse son prix à l’heure de la rédaction de ces lignes à 1799 euros. On la trouve par exemple chez Amazon.

Note finale du test
8 /10
La Dreame A1 apporte une bouffée d'innovation dans le monde des robots-tondeuses avec son système sans fil et sa technologie LiDAR. Sa facilité d'installation, son application intuitive et ses performances globales en font un choix attractif.

Cependant, quelques limitations subsistent, notamment au niveau de la tonte des angles et des bordures, ainsi que sur les pentes raides. Malgré ces petits inconvénients, la Dreame A1 se positionne comme une alternative sérieuse et innovante face aux géants du marché, procurant une expérience utilisateur améliorée et une tonte de qualité.

Si vous cherchez une solution simple à installer et à utiliser, la Dreame A1 saura vous satisfaire. Bien qu'elle puisse remplacer une tondeuse traditionnelle, il faudra dans tous les cas l'agrémenter d'un coupe-bordure pour tondre les zones que la Dreame A1 ignore.

Points positifs
Dreame A1

  • Installation sans fil et sans antenne

  • Détection d'obstacle fiable

  • Design futuriste

  • Nombreuses options de personnalisation

Points négatifs
Dreame A1

  • Gestion des angles et bordures

  • Marge trop importante autour des obstacles

  • Cartographie chronophage