Bloomberg a pu obtenir de nouvelles informations sur le projet Fuchsia, et la confirmation qu’une équipe au sein de Google travaille bien à la fin d’Android.

De la fondation d’Android Inc en 2003, en passant par son rachat par Google en 2005, le système au robot vert iconique a gravi les échelons pour devenir un incontournable de l’industrie Tech au point qu’il est au cœur d’une sanction monumentale de la Comission européenne à l’encontre de la filiale d’Alphabet.

Un acteur, peut-être inattendu, va tenter de reprendre des parts de marché à Android, et il s’agit… de Google.

Un travail de longue haleine

Bloomberg, dont la fiabilité n’est plus à démontrer, a enquêté sur le développement de Fuchsia, un nouveau système d’exploitation dont on entend parler depuis 2016. À la manière de Windows 10, Fuchsia serait développé avec l’idée de proposer une interface similaire sur tous les appareils, de l’objet connecté jusqu’à l’ordinateur ou la télévision. Le but serait aussi de pouvoir publier régulièrement et rapidement des mises à jour sécurité.

Cette orientation dénote aussi par rapport à ce que fut Android : un système ouvert aux modifications des fabricants, avec un rythme de mise à jour problématique. On peut toutefois remarquer que même avec Android, Google a tenté petit à petit de reprendre la main sur son système (notamment avec Android Wear, devenu Wear OS, et Android TV, mais aussi Treble et Android One).

L’équipe de quelques ingénieurs en 2016 compte maintenant plus de 100 employés et plusieurs vétérans de l’entreprise comme Matias Duarte, à qui l’on doit le Material Design. Pour Google, l’intérêt serait aussi de donner un projet ambitieux à ses ingénieurs les plus aguerris pour éviter de les voir partir chez la compétition.

Fuchsia pourrait remplacer Chrome OS et Android

Bloomberg est en mesure de l’affirmer, l’équipe de développement de Fuchsia aimerait en faire le futur système d’exploitation qui équipera tous les appareils de la marque : les smartphones Pixel, les ordinateurs Pixelbook, mais aussi un successeur de l’enceinte Google Home. Fuchsia remplacerait donc à la fois Android, Chrome OS et les autres systèmes du groupe.

Cette transition serait effectuée sur les 5 prochaines années en commençant par l’enceinte connectée, et en finissant par les smartphones.

Google avance avec prudence

Bien sûr, la décision d’essayer de remplacer Android par un autre système ne peut pas se faire aussi facilement. Sundar Pichai, le patron de Google, et Hiroshi Lockheimer qui supervise Android et Chrome OS, n’auraient pas encore donné leur feu vert sur ce projet de remplacement, bien que Pichai soutienne le développement de Fuchsia en interne.

Il faut dire que, bien qu’Android soit « gratuit », le système rapporte très gros au géant de Mountain View chaque trimestre.