En retard dans le domaine de l’intelligence artificielle, Apple est allé recruter le meilleur élément de Google pour se donner un nouvel élan.

John Giannandrea. Crédit : Techcrunch

Lorsque l’on aborde le sujet de l’intelligence artificielle en France, il est courant de regrouper les géants américains sous le sigle GAFA(M), c’est-à-dire Google, Apple, Facebook, Amazon et éventuellement Microsoft. Pourtant, dans ce domaine, l’une de ces firmes est très en retard sur ses concurrentes et cela se ressent à chaque utilisation de Siri, son assistant virtuel.

Conscient de ce problème, et visiblement motivé à rattraper son retard, Apple est parvenu à recruter l’une des têtes de Google, John Giannandrea. Ce dernier sera désormais en charge de la stratégie « Machine Learning et Intelligence Artificielle » de la marque à la pomme, directement sous la direction de Tim Cook.

John Giannandrea était notamment en charge du moteur de recherche Google et des avancés en intelligence artificielle de la firme.

Jongler entre l’IA et la vie privée

La difficulté d’Apple sur ce marché réside à la fois dans son retard sur les services utilisant le cloud (il y a bien moins d’utilisateurs d’Apple Mail ou de iCloud que d’utilisateurs d’Amazon, Facebook ou GMail), mais aussi, et surtout, dans la position du géant concernant la vie privée.

Pour entraîner leurs algorithmes, Amazon, Facebook, Google et Microsoft utilisent les données de leur masse d’utilisateurs, le fameux Big Data. Apple s’est publiquement engagé avec ses produits à ne récolter les données utilisateurs que lorsque c’est absolument nécessaire et avec leur accord.

La mission de John Giannandrea sera donc de développer les services d’intelligence artificielle d’Apple, et en particulier Siri, tout en respectant la vie privée des utilisateurs.

À lire sur FrAndroid : Assistants virtuels : vie privée ou personnalisation, que choisissez-vous ?