Stadia Makers : l’opération séduction de Google pour booster son cloud gaming

Google veut attirer les développeurs

 

Google a dévoilé la première promotion de son programme Stadia Makers, conçu avec Unity pour aider les développeurs indépendants à concevoir des jeux --plus ou moins exclusifs-- pour Stadia. Huit jeux viendront ainsi enrichir le catalogue de la plateforme en misant sur l’originalité et la variété pour doper le service de cloud gaming.

C’est l’un des reproches qui collent à la peau de Stadia : le service de cloud gaming de Google possède un catalogue assez pauvre, notamment en comparaison de l’offre pléthorique du service xCloud de Xbox ou du Game Pass qui est accessible sur console comme sur PC.

Un programme pour doper le catalogue Stadia

Près d’un an après son lancement, Google a progressivement musclé son jeu et ajouté de nombreux titres dont des blockbusters comme Marvel’s Avengers, Hitman ou bientôt Sekiro : Shadows Die Twice (à l’automne), saupoudré le tout d’un peu d’exclusivités (Gylt, Super Bomberman R Online, Gunsport, Outcasters…).

Au total, Stadia a promis en janvier dernier 120 nouveaux jeux, dont 10 exclusivités, pour les mois qui suivaient. Une partie a déjà vu le jour, les autres arrivent. Et pour enrichir le tout, Google a également mis au point un programme pour attirer les développeurs sur sa plateforme. Baptisé Stadia Makers, il a été annoncé au printemps dernier en collaboration avec Unity lors de la GDC, la conférence des développeurs de jeux vidéo.« Stadia Makers est un programme qui offre l’aide de Stadia et Unity aux développeurs de jeux indépendants qui veulent proposer leurs titres aux joueurs de Stadia », explique à Frandroid un responsable de Stadia. « Ces développeurs sont parmi les plus passionnés et créatifs de notre industrie. Ils prennent des risques pour nous faire tous avancer, mais ils ont besoin de soutien pour le faire. »

Des développeurs passionnés et créatifs

Et notamment pour apporter des jeux sur le cloud gaming, admet-on chez Google. La première promotion vient ainsi d’être dévoilée. Parmi les heureux gagnants, huit jeux de tous horizons, du shooter au RPG d’aventure qui vous fera taper sur votre clavier en passant par le point’n’click. Leur point commun : le jeu arrive en 2020 ou 2021 et il a été conçu avec le moteur Unity. De quoi permettre une aide aux développements de la part des deux géants.

La liste des jeux indés de Stadia Makers

  • Tohu (Développeur: Fireart Games / Editeur : The Irregular Corporation) – Disponible à l’automne 2020
  • Death Carnival (Furyion Games) – Disponible cet hiver
  • Unto The End (Développeur : Ton Studios / Editeur : Bug Sugar) – Disponible prochainement
  • Figment : Creed Valley (Bedtime Digital Games) – Disponible début 2021
  • Nanotale – Typing Chronicles (Fishing Cactus) – Disponible prochainement
  • The Darkside Detective Season 2 (Développeur : Spooky Doorway / Editeur: Akupara Games) – Disponible prochainement
  • Kaze and the Wild Masks (Développeur : PixelHive, SOEDESCO Studios / Éditeur : SOEDESCO Studios) – Disponible début 2021
Les titres du programme Stadia Makers

Les titres du programme Stadia Makers

Ce sont donc des titres très variés qui vont ainsi venir s’ajouter à l’offre Stadia Pro pour beaucoup et à la librairie pour tous.

L’aide technique d’Unity, les sous de Stadia

Pour être éligible, le jeu devait être développé sur Unity 2019.3 ou version ultérieure et être disponible le jour de sa sortie en même temps sur Stadia que sur une autre plateforme (bien souvent Steam).

Pour faire venir les développeurs, Google offre donc gratuitement le matériel de développement et un financement, quand Unity assure l’assistance technique.

« Avec Unity 2019.3 déployé en janvier dernier, Unity avait annoncé des outils et un support compatibles avec la production de jeux sur Stadia. Le programme Stadia Makers contribue à étendre l’accès à Stadia aux développeurs intéressés en fournissant une aide à ceux qui intègrent le programme. Cela va les aider à boucler leur jeu avec succès, » nous rappelle un porte-parole d’Unity.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Développeur recherche exposition

Du donnant-donnant pour un service qui peine à décoller et des développeurs indépendants en quête de soutien notamment financier. «  C’est le support complet du package que nous obtenons qui est un véritable plus », admet Linda Bendsneijder (Kaze and the Wild Masks). « Chez Stadia, ils ont été là pour répondre à toutes les questions brûlantes que nous pourrions avoir ou en examinant les problèmes auxquels nous étions confrontés et en proposant des solutions. »

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Mais c’est aussi l’exposition d’un titre indépendant qui va changer : « Plus de joueurs vont pouvoir profiter de Unto The End », se félicite Stephen Danton, game designer du jeu. Car Stadia va aussi assurer la communication autour des jeux lancés sur sa plateforme. Et cela, beaucoup de studios n’auraient pu se le permettre. « C’est un jeu que la presse ne prend généralement pas en main, donc obtenir une visibilité sur Stadia est un aspect plus que bienvenu », admet Bruno Urbain, patron de Fishing Cactus derrière le jeu Nanotale.

« Être un jeu Stadia Makers signifie que nous tirons parti de la technologie de pointe tout en étant simultanément plus accessibles à un public plus large qui pourrait ne pas avoir accès à du matériel robuste par lui-même », confie David Logan (Akupara Games), conscient que son jeu Darkside Detective Season 2 est un jeu un peu à part avec son style rétro et qu’il n’aurait pas forcément attiré l’attention immédiatement, perdu au milieu de la jungle de jeux sur Steam.

Si l’aide financière est un aspect non négligeable, il n’est pas là pour compenser la difficulté technique souvent avancée pour justifier de l’impasse d’un développement sur Stadia. Du côté des développeurs, on assure que cela ne change rien de concevoir son jeu pour la plateforme de cloud gaming. « Ce n’était pas plus compliqué pour nous de faire notre jeu pour Stadia que pour une autre plateforme », reconnaît Stephen Danton. « C’est peut-être dû au fait que nous partageons une même philosophie de conception : aucune friction, une expérience concentrée autour du joueur… »

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Pour Bruno Urbain, développer Nanotale pour Stadia a été assez similaire. « On pourrait se dire ‘C’est juste un .exe fonctionnant dans le cloud’, mais la technologie est beaucoup plus complexe que cela et nécessite une bonne compréhension technique », reconnaît-il. « Pour rendre le système aussi stable et agréable pour ses utilisateurs, Google demande au jeu de se conformer à un certain niveau de qualité qui est très similaire à ce que l’on peut trouver sur les consoles. Comme nous sommes expérimentés dans le développement sur consoles, ce n’est pas vraiment une nouvelle façon de concevoir notre jeu, mais c’est en effet une technologie différente et une nouvelle pensée. »

Suffisant pour attirer de nouveaux joueurs ?

Avec ces huit premiers titres, Google Stadia espère montrer que son service est dynamique et capable d’apporter un vent de fraîcheur à son offre, de la diversité. « Nous sommes ravis de ce large éventail de jeux à venir sur Stadia », nous confie-t-on chez Google. « Ce n’est que la première annonce du programme Stadia Makers qui ne fera que s’étendre par l’avenir. Ces jeux vont arriver aux côtés de jeux AAA d’éditeurs de renom comme EA, 2K Games, Ubisoft, etc. De quoi proposer du contenu très varié pour tous les types de joueurs. C’est important pour nous !»

Cela sera-t-il suffisant pour séduire les joueurs et redonner un coup de boost à une plateforme qui peine à décoller ? Stadia multiple pourtant les innovations pour se démarquer (Crowd Play, click to play, State Share, multjoueur, etc.), L’avenir le dira, mais il faut au moins reconnaître, qu’à défaut de toujours bien communiquer sur son produit, Google ne lésine pas sur les moyens pour lui donner fière allure.

Stadia

Stadia

Les derniers articles