C’était il y a dix ans. Le constructeur taïwanais HTC présentait, le 23 septembre 2008, le premier smartphone à destination du grand public à être équipé d’Android. Dix ans plus tard, la firme est passée du statut de pionnière à un beau gâchis…

Le HTC U12 Plus

Il y a dix ans, le nom de HTC ne disait certainement pas grand-chose au grand public. Le constructeur taïwanais avait pourtant déjà commencé à se faire remarquer grâce à son Touch sous Windows Phone, le troisième smartphone doté d’un écran tactile capacitif, juste après l’iPhone et le LG Prada. Quelques mois plus tard, c’est ce constructeur méconnu que Google choisira pour lancer les premiers smartphones Android, les HTC Dream et HTC Magic.

Cinq ans d’innovations majeures

En 2010, HTC bénéficiera largement de cette position de précurseur en atteignant la quatrième place du classement des plus grosses ventes de smartphones par constructeur. Le fabricant taïwanais n’était devancé que par Apple, BlackBerry et Samsung. Mieux encore, HTC aura su conserver pendant plusieurs années son statut d’innovateur.

À lire sur FrAndroid : HTC Dream : il y a dix ans, le premier smartphone sous Android était annoncé

C’est HTC qui a conçu le tout premier smartphone développé en partenariat avec Google, le Nexus One. C’est toujours HTC qui a développé la première interface utilisateur pour Android avec HTC Sense sur le HTC Hero. C’est encore HTC qui aura tenté de familiariser le grand public avec l’importance des photosites sur les appareils photo, au détriment du nombre de mégapixels, avec la technologie Ultrapixel sur le HTC One M7. Un an plus tard, c’est HTC qui lancera le premier smartphone équipé d’un module dual camera pour gérer le flou d’arrière-plan avec le HTC One M8.

Une perte de vitesse et un manque de vision

Et puis patatras. Dix ans plus tard, c’est HTC qui tente de réinventer la roue en supprimant les boutons mécaniques de son HTC U12 Plus. Une erreur qui indique aussi bien la perte de vitesse que le manque de vision du constructeur ces dernières années. Depuis cinq ans, les annonces prématurées de faillite du fabricant n’ont eu de cesse de se succéder, ponctuées çà et là par quelques innovations, bien plus anecdotiques que dans son lointain passé, comme le capteur de pression HTC Edge Sense.

Finalement, les analyses les plus catastrophiques n’étaient pas si loin de la vérité et HTC a bel et bien fini vendu, du moins en partie. Il y a un an, on apprenait que Google avait racheté une partie de HTC, celle déjà en charge de la fabrication des smartphones Pixel, contre 1,1 milliard de dollars.

De son côté, le constructeur continue depuis à proposer ses propres smartphones en marque propre avec le U12 Plus et le U12 Life, mais ne se hissait même pas à la dixième position l’an dernier. À titre plus personnel, ayant succombé à rien de moins que cinq smartphones HTC depuis 2010 (Magic, Desire, Desire HD, One X et One M7), je ne peux que regretter l’effondrement de HTC, qui restera connu, au moins dans mon petit cœur, comme le pionnier d’Android et de bien d’autres fonctionnalités.

À lire sur FrAndroid : HTC : premier Android, premier Nexus et premier Pixel