Le fondateur de Huawei a fait passer deux messages à ses employés pour les prévenir que les prochaines années allaient être compliquées à vivre pour l’entreprise. Il va jusqu’à parler de terrain miné.

On le répète très régulièrement ces derniers temps : le groupe Huawei se trouve dans une situation bien complexe. Les États-Unis accusent l’entreprise d’être un organe d’espionnage à la botte du gouvernement chinois. Et ça ne s’arrête pas là : la firme est même carrément accusée d’avoir volé des technologies américaines.

Les tensions diplomatiques entre Pékin et Washington n’ont pas cessé de grimper forçant ainsi Ren Zhengfei, le fondateur de Huawei, à sortir de son mutisme — lui qui ne s’était jamais exprimé publiquement — pour tenter de rassurer les États-Unis. Mais ce n’est pas la seule chose susceptible d’inquiéter les personnes travaillant pour le géant chinois.

Des moments difficiles à venir

En effet, Ren Zhengfei a également diffusé deux messages en interne à ses employés pour les prévenir que les temps à venir seront difficiles à vivre pour l’entreprise. Le Financial Times — relayé par Les Échos — révèle que ces mémos ont été rédigés au début de l’hiver — et donc juste avant l’arrestation d’une des plus hautes responsables de Huawei sur la demande des autorités américaines. Cependant, ils sont disponibles sur l’intranet du groupe depuis seulement vendredi dernier.

Dans ces notes, l’homme d’affaires explique que la situation de son entreprise pendant les prochaines années « ne sera pas aussi brillante qu’on l’imaginait » et annonce qu’il faudra se « préparer à affronter des moments plus difficiles ». Il estime que les trente dernières années ont été trop faciles, que « les choses sont allées trop bien ».

Pour se préparer à ce futur moins radieux, il appelle à revoir à la baisse des objectifs « irréalistes » et à licencier les employés jugés « médiocres » afin de réduire les coûts de la main-d’œuvre.

Développement de la 5G

Pour Ren Zhengfei, le développement de la 5G est également un challenge plus compliqué que celui que posait le réseau 4G. Le fondateur parle carrément de « terrain miné » avant de nuancer en disant que « si des mines peuvent exploser ici ou là [… ], il n’y aura pas une explosion générale ».

Le grand patron souhaite aussi s’assurer que chacune des filiales à l’étranger prouve son efficacité. Huawei s’est déjà taillé une réputation assez sévère quant à sa gestion des ressources humaines en Chine. Rappelons notamment que deux employés ont été lourdement sanctionnés après avoir publié un tweet depuis un iPhone.