Huawei va ouvrir une usine en France, une première hors d’Asie

Plus qu'une usine, un symbole

 

Huawei a annoncé l'ouverture de sa première usine de production hors d'Asie. Le géant chinois a choisi la France et prévoit d'investir 200 millions d'euros dans un premier temps. Un message fort alors qu'il doit relever plusieurs défis.

200 millions d’euros d’investissements et 500 créations d’emplois directs. Voilà la première phase du plan Huawei. Bousculé par l’embargo américain (avec des répercutions en Europe), le géant chinois envoie un message fort en annonçant l’ouverture de sa première usine de production en France, la première hors d’Asie. Pour l’occasion, Liang Hua, président du groupe, a spécialement fait le déplacement.

Un milliard d’euros de production par an

Si le groupe n’a pas encore choisi le lieu d’implantation de son site, Liang Hua assure que ses « experts y travaillent et des pourparlers sont en cours », chassant au passage les rumeurs d’une implantation en Alsace.

Les 200 millions d’euros d’investissement de base serviront à l’achat de terrains, de bâtiments et d’équipements. Le montant total, lui, « dépendra du futur fonctionnement et de l’exploitation du site » a expliqué Liang Hua.

L’usine produira des équipements radio pour les réseaux de téléphonie mobile à destination de ses clients européens. Pas de smartphones donc, mais des équipements pour le déploiement de la 4G et la 5G. Liang Hua estime la valeur de la production à « un milliard d’euros par an ».

Plus qu’une usine, un symbole

En annonçant la création de cette usine, Huawei envoie un message fort. Le géant chinois fait face à de nombreux défis depuis le décret « anti-Huawei » signé par le Président américain.

Interdit de travailler avec des entreprises américaines, le numéro 2 mondial des smartphones est privé de services Google. Contraint à développer son propre magasin d’applications AppGallery, le chinois fait pour le moment bonne figure.

En Europe, certains pays prennent leurs distances. C’est le cas par exemple de la France qui n’a pas encore donné son feu vert pour l’utilisation d’antennes Huawei dans le déploiement du réseau 5G. Bouygues Telecom et SFR ont déjà choisi l’équipementier chinois et restent donc dans le flou à quelques mois de la décision finale de l’Arcep.

Enfin, le coronavirus ralentit les cadences dans les usines chinoises et risque de chambouler les plans de Huawei pour les semaines voire les mois à venir. Liang Hua se veut toutefois rassurant :

Huawei fait face à de nombreux défis. L’exploitation et la production sont normales dans leur ensemble. Nous sommes toujours en mesure de livrer à temps nos clients.

En implantant son usine en Europe, Huawei rassure ses clients européens. En France, l’arrivée d’un tel acteur présente des intérêts économiques non négligeables. « L’usine étant située en France, nous effectuerons logiquement des achats en France » assure Liang Hua. Huawei emploie déjà 1000 personnes dans l’Hexagone, dont 230 dans cinq centres de R&D.

Après les guerres commerciales et politiques opposant Huawei au gouvernement américain, les smartphones de la marque ont perdu l’accès aux Google Play Services. Mais la marque est encore loin d’avoir dit son dernier mot en…
Lire la suite

Les derniers articles