Quelques mois après le Meizu 16s d’avril, la marque chinoise frappe encore fort avec un smartphone presque digne d’un flagship pour un prix très intéressant.

Après le Meizu 16th en fin d’année dernière et le Meizu 16s ce printemps, le constructeur chinois revient aujourd’hui avec le Meizu 16s Pro. Il a beau s’insérer financièrement dans le milieu de gamme, ce téléphone a le cœur d’un flagship.

C’est un des quelques premiers smartphones à embarquer un Snapdragon 855+, le meilleur de ce que produit Qualcomm aujourd’hui. Comme son prédécesseur, il bénéficie visuellement d’un écran Super AMOLED de 6,2 pouces en définition Full HD+, sans encoche, avec une caméra frontale intégrée dans une bordure fine. Le lecteur d’empreintes est toujours intégré sous l’écran. Pour compléter le tableau, on pourra noter la batterie de 3600 mAh.

Triple appareil photo

L’appareil photo arrière passe à la vitesse supérieure, avec trois capteurs contre deux pour le Meizu 16s. On retrouve un appareil principal avec un capteur de 48 mégapixels — le Sony IMX586 –, le même élément utilisé par la plupart des smartphones premium du moment. Celui-ci est complété par un téléobjectif de 20 mégapixels et un ultra grand-angle de 16 mégapixels. À l’avant, la caméra de selfie reste à 20 mégapixels.

Un des éléments les plus intéressants de ce smartphone reste son prix. Si l’on n’a que les prix chinois hors-taxe, ceux-ci restent particulièrement attractifs compte tenu de la qualité du téléphone : de 2 699 yuans (340 euros HT) pour 6 Go de RAM et 128 Go de stockage, jusqu’à 3 299 yuans (420 euros HT) pour 8 Go de RAM et 256 Go de stockage.

Le Meizu 16s Pro est disponible à la précommande dès aujourd’hui en Chine et sera officiellement en vente le 31 août. On le retrouvera en quatre couleurs : blanc, noir, vert foncé et irisé. Reste à savoir quand les importateurs français l’achemineront jusqu’à l’Hexagone.

Test du Meizu 16s : il a tout d’un grand, ou presque