Si Hololens 2 marque une avancée technologique très intéressante, le développement du casque suscite également la controverse en raison des partenariats choisis par Microsoft, notamment avec l’armée américaine.

Microsoft a profité du MWC 2019 pour dévoiler Hololens 2, son casque de réalité mixte. Si l’appareil a bluffé nos amis de Numerama, certains employés de la firme sont plutôt inquiets.

En novembre 2018, Microsoft a remporté un contrat avec l’armée américaine d’une valeur de 480 millions de dollars, de quoi financer le développement de la technologie, mais aussi équiper les soldats avec les casques. Un cas d’utilisation qui ne plait pas à des employés. En la matière, Google a dû également faire face à une controverse après la signature d’un partenariat, toujours avec l’armée américaine.

Une pétition interne

Le groupe « Microsoft Workers 4 Good » (littéralement, les employés de Microsoft pour le bien) a envoyé une lettre ouverte à Satya Nadella et Brad Smith, respectivement à la tête de Microsoft et en charge des questions légales, pour demander l’annulation du contrat. Les employés se disent « inquiets de voir Microsoft travailler pour proposer des technologies d’armement à l’armée américaine, aidant ainsi à augmenter sa létalité avec les outils que nous avons créés ». 

Brad Smith avait promis que les personnes travaillant sur ces projets seraient en mesure de changer de division facilement, mais cela ne répond pas au problème d’après le groupe : « ces personnes manquent de visibilités sur l’utilisation de leur travail ». La lettre rappelle qu’après tout, la création du casque Hololens n’impliquait pas forcément son utilisation par le militaire. Le groupe va plus loin en affirmant que « cette application de Hololens transforme le champ de bataille en jeu vidéo ».

Après l’annonce de Hololens 2, MW4G a fait remarqué que la vidéo de présentation diffusée par Microsoft ne met en avant que les autres cas d’utilisation du casque comme aider la médecine ou l’art, exactement ce que la firme devrait pousser d’après le groupe.

Difficile d’imaginer pour le moment que Microsoft passera à côté d’un contrat aussi juteux, peu importe, cette question d’éthique.