Pendant 6 mois, j’ai utilisé le OnePlus 5T au quotidien. Voici mon retour d’expérience longue durée sur le dernier smartphone du constructeur, avant que le OnePlus 6 ne soit présenté.

Tester un smartphone, c’est très bien. Le fait est toutefois que rien n’équivaudra jamais de l’utiliser sur une très longue durée, au quotidien, pour en voir aussi bien les plus grandes forces que les faiblesses.

L’un des téléphones ayant le plus marqué la fin d’année 2017 n’était autre que le OnePlus 5T, successeur rapidement sorti du déjà très adoré OnePlus 5. Ce modèle avait la particularité d’intégrer le ratio 18:9, de nouveaux capteurs photo et de déplacer le scanner d’empreinte à l’arrière.

Si celui-ci nous a convaincus lors de notre test, tient-il l’une des épreuves les plus importantes : celle du temps ? Après 6 mois d’utilisation, voici ce que j’ai à dire de mon expérience avec le OnePlus 5T.

Lire notre test complet : Test du OnePlus 5T : il signe son nom du T de Très bon

Un design passe-partout très pratique

Pour vous donner une perspective sur mon utilisation, sachez que je venais d’un OnePlus 5 jusque là. Un téléphone que j’avais acheté pour succéder à mon Honor 8, mais qui n’avait pas particulièrement réussi à me captiver de par son design assez classique et son scanner d’empreintes placé à l’avant. Comme bon nombre d’entre vous, j’avais fait le choix du meilleur rapport qualité/prix.

C’est donc tout naturellement que le design du OnePlus 5T ne m’a pas plus enchanté que cela. Comprenez bien : j’aime le métal. J’aime même beaucoup le métal, mais j’en avais déjà l’habitude et ai été tout simplement heureux de le retrouver.

Le plus grand point qui m’aura donc fait apprécier mon passage au OnePlus 5T n’est autre que le déplacement du scanner d’empreintes de l’avant à l’arrière. Prônant ce placement beaucoup plus naturel dans mon utilisation, cela m’aura permis d’apprécier bien plus la qualité de la finition du dernier smartphone OnePlus.

Le petit détail que j’aurais finalement le plus remarqué sur ce téléphone, en prolongation du 5 que j’ai finalement peu utilisé, est le curseur d’alerte. Celui-ci m’aura permis de redécouvrir le mode sonnerie de mon téléphone, et par extension le petit plaisir de trouver une sonnerie nous correspondant. Sans ce bouton permettant de rapidement switcher, je retrouve mon habitude de toujours tout laisser en vibreur.

Il n’a toutefois jamais fait tourner les têtes, ce qui est un point positif selon moi. Non seulement il est discret, et convient donc à une personne discrète, mais n’est également pas repéré par les pickpockets dans ce cher métro parisien que j’aime si fort. Pas besoin d’avoir peur du vol quand personne ne cherche à vous voler !

Le ratio 18:9 trouve son utilité de niche

La grande nouveauté de ce téléphone devait être son ratio 18:9. Dans les faits… je ne l’ai pas vraiment remarqué, pour être parfaitement honnête.

Si le OnePlus 5T apparaissait bien sûr plus grand à la vue, rien ne changeait véritablement à l’utilisation. Je ne me souviens tout simplement pas d’une seule application me faisant dire que j’appréciais cette nouvelle dimension. Agrandir mes vidéos YouTube pour le couvrir totalement avait bien ce petit quelque chose de fun au début, mais cela m’est très vite passé.

Par contre, il y a bien un cadre d’utilisation dans lequel j’ai, d’un coup, adoré ce ratio d’affichage : le multitâche. Ou plus précisément, la possibilité de regarder mon fil Twitter tout en ayant un petit match pro de Dragon Ball FighterZ en fond.

J’avais déjà cette habitude sur l’écran 16:9 du OnePlus 5 classique, mais l’expérience était souvent frustrante : seuls deux tweets s’affichaient, ou l’affichage du clavier mangeait tellement l’espace que je devais écrire à l’aveugle. Le ratio 18:9 m’a permis d’être le plus confortable du monde sur Twitter avec ma petite vidéo sur le dessus !

En dehors de cela… Nope, je ne vois pas, vraiment. Bien sûr, il est toujours appréciable de profiter d’une bonne dalle OLED comme intègre ce OnePlus 5T.

L’accompagnement de OnePlus est excellent

Aussi idiot que cela puisse paraître, c’est véritablement sur l’aspect logiciel que le OnePlus 5T a su me satisfaire. Le Snapdragon 835 couplé à 8 Go de RAM du téléphone fait naturellement que le moindre titre passe sans aucun problème, mais c’est un trait auquel on s’habitue si vite qu’il devient transparent.

Je parle surtout des fonctionnalités intégrées à OxygenOS et son suivi. La personnalisation poussée de l’interface m’aura permis de vite adapter le téléphone à mon utilisation, tandis que le mode lecture m’aura fait reprendre plaisir à lire sur mon smartphone dans des conditions de basse luminosité. Ce qui paraît être un détail en test peut vite devenir le point central sur lequel on s’appuie sans même y réfléchir au quotidien.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Mais surtout, OnePlus n’a fait qu’offrir mise à jour sur mise à jour au cours de ces 6 derniers mois, parfois même avec de nouvelles fonctionnalités très intéressantes. Je retiendrai surtout l’intégration des gestes « façon iPhone X », qui m’auront vraiment fait adorer utiliser le grand écran de ce téléphone.

Avant de devoir le quitter pour me lancer sur un autre test, mon OnePlus 5T venait d’ailleurs de passer à Android 8.1 Oreo avant bien d’autres, me rassurant quant à sa longévité. Sans compter que flasher une bêta et revenir sur une version stable est d’une simplicité affolante grâce au recovery du téléphone : de quoi faire ses premiers pas dans le bidouillage en toute tranquillité.

Pas de frustration sur la photo

Le double capteur photo du OnePlus 5T, qui combine un capteur 16 mégapixels avec objectif f/1.7 avec un second capteur téléphoto ouvrant en f/2.0, a toujours su répondre à mes besoins. Comparativement au OnePlus 5, j’ai pu constater la différence dans des conditions de basse luminosité.

Le fait est qu’au quotidien, je prends rarement des photos en extérieur dans des conditions parfaites. Je suis plutôt du genre à blinder mon Google Photos de souvenirs de soirée qui me sont rappelés des années plus tard au gré d’une notification. Et dans ce cadre, le OnePlus 5T a su me faire vraiment plaisir avec des photos qui, bien que souvent assez bruitées, représentaient à chaque fois ce que je cherchais à exprimer.

Il m’est par ailleurs arrivé de m’amuser à me prendre pour un artiste de temps à autre. Et si le résultat n’équivalait jamais un véritable appareil photo, je n’ai jamais connu la moindre frustration.

Le même constat n’est pas nécessairement fait sur le capteur photo avant. Je ne suis pas un grand preneur de selfies, mais de temps à autre tout de même… Or, le résultat en intérieur est souvent très bruité, quand on ne voit pas directement les pixels. Ça reste toutefois très correct : c’est simplement un point sur lequel on sent la différence de prix avec le très haut de gamme.

De quoi ? Un chargeur ?

S’il est un point sur lequel le OnePlus 5T aura su me ravir, c’est véritablement son autonomie. C’est bien simple : c’est l’un des rares smartphones où penser à ma batterie n’a jamais été véritablement nécessaire.

En termes d’utilisation, une journée classique (beaucoup de musiques en Bluetooth, du Twitter et un peu de photos) se terminait constamment à 56 % pour moi. Pour les soirées, impossible de tomber en panne au moment d’appeler un Uber très tardif la queue entre les jambes.

Surtout : la Dash Charge. Quelle parfaite alliée à l’autonomie que cette recharge rapide, qui en une dizaine de minutes peut faire passer le OnePlus 5T du statut de « compagnon incertain » à « gars sûr » avant de partir. Et ce sans faire chauffer le téléphone, sans devoir l’éteindre pour en profiter, sans jamais être une nuisance.

C’est dire : la recharge est telle que son aspect le plus frustrant est simplement qu’elle ne soit compatible qu’avec les OnePlus. Sur ces derniers mois, j’aurais tellement aimé que ce petit chargeur s’occupe de tous mes appareils.

Tout n’est pas parfait

Évidemment, tout n’est pas parfait sur ce téléphone. À titre personnel, j’ai vraiment besoin de haut-parleurs stéréo à l’avant du téléphone pour être dans une configuration optimale.

Ici, ce n’est pas le cas. Pire encore, la grille haut-parleur est incroyablement mal située, en bas à gauche du bas du téléphone. De fait, lorsque l’on met le téléphone à l’horizontale, la paume vient automatiquement bloquer l’unique sortie.

De quoi sûrement accommoder la prise jack, qui se trouve du coup à droite, mais comme je n’utilise jamais de casque filaire, et certainement pas pour ma vidéo YouTube du soir… C’est non, quatorze fois non.

Ce petit défaut au quotidien m’aura vraiment agacé. Et… c’est à peu près tout, en vérité. Si l’absence d’un port micro SD peut être dérangeante pour certains, j’ai déjà pris l’habitude de synchroniser la majorité de mes fichiers sur le cloud automatiquement. De plus, je n’ai jamais vraiment réussi à remplir plus de 30 Go des 128 Go disponibles sur cette version.

Toujours aussi recommandé

Évidemment, mon métier me permet de voir passer énormément de téléphones et de pouvoir les prendre en main dans des sessions intensives. Malgré tout cela, j’ai toujours compté les jours jusqu’à pouvoir revenir sur mon fidèle OnePlus 5T.

Aussi, impossible de ne pas continuer à le recommander malgré sa fin de vie. Alors que le OnePlus 6 approche, espérons que le constructeur continue sur cette belle lancée : il aura su en tout cas me ravir sur ces derniers mois.

Aujourd’hui, je suis passé au test sur le long terme du Huawei P20 Pro. Mais si j’ai fait ce changement, c’est moins par considération professionnelle (enfin si, un peu, quand même) que pour le fait que j’ai enfin trouvé un appareil sachant tenir tête aux plus grands points forts du OnePlus 5T ; j’accepte seulement quelques sacrifices sur le logiciel pour gagner ce triple capteur photo qui m’a ravi.

Malgré tout, je ne peux que vous recommander chaudement le OnePlus 5T. Si vous le voyez passer en bon plan, d’occasion, s’il rentre dans votre budget, faites-moi confiance : vous ne le regretterez pas.

https://www.frandroid.com/marques/oneplus/495512_oneplus-6-fiche-technique-details-prix-date-sortie