Xiaomi : aucune preuve de censure pro-Chine selon une nouvelle enquête

L'affaire n'est pas forcément terminée

 

Selon l’Office fédéral de la sécurité des technologies de l’information en Allemagne, il n'existe pas de preuves pour accuser Xiaomi de faire de la censure pro-Chine sur ses smartphones contrairement à ce qu'indique le gouvernement lituanien.

Xiaomi Mi 11

Le Xiaomi Mi 11 en guise d’image d’illustration // Source : Frandroid

En septembre 2021, les smartphones de Xiaomi ont été accusés de servir la censure pro-Chine. En effet, le gouvernement lituanien reprochait à la marque d’installer sur ses appareils un logiciel repérant des mots ou groupes de mots pouvant aller à l’encontre de la politique menée par le gouvernement à Pékin pour les effacer sur certaines applications ou sur le navigateur web maison.

Vilnius affirmait que 449 termes tels que « Free Tibet » ou « vive l’indépendance de Taïwan » étaient ainsi censurés. Xiaomi n’avait pas tardé à se défendre en niant les accusations et en embauchant « un expert indépendant » pour démêler le vrai du faux.

Pas de preuve contre Xiaomi

Pendant ce temps-là, en Allemagne, l’Office fédéral de la sécurité des technologies de l’information a également mené l’enquête dont il partage aujourd’hui les conclusions avec Reuters.

En conséquence, l’Office n’a pas été en mesure d’identifier des anomalies qui nécessiteraient une enquête plus approfondie ou d’autres mesures.

Autrement dit, il n’y a pas de preuves (ou pas assez) indiquant que Xiaomi fait bel et bien le jeu de la censure pro-régime chinois. Le régulateur allemand ne soutient donc pas les allégations de la Lituanie et ne milite pas pour une sanction à l’égard du constructeur de smartphones.

Une bonne nouvelle pour Xiaomi, mais à l’heure actuelle il est difficile de savoir si cela conclut vraiment cette affaire géopolitique. Nous ne sommes pas l’abri d’un nouveau rebondissement ou de révélations plus poussées de la part du ministère de la Défense lituanien. Par ailleurs, les tensions entre Vilnius et Pékin ne se sont sans doute pas apaisées après cet épisode.

Xiaomi savoure

Quoi qu’il en soit, Xiaomi s’est fendu d’un communiqué pour réagir à l’enquête.

Xiaomi se félicite des résultats de l’enquête menée par le l’Office fédéral de la sécurité des technologies de l’information (BSI), publiés hier. Sans surprise, ces derniers attestent que Xiaomi respecte les plus hauts standards de transparence. Ils confirment également la place centrale que porte Xiaomi à la confidentialité et la sécurité de ses consommateurs. Une fois de plus, il a été prouvé que nous opérons dans le respect de toutes les réglementations européennes et nationales relatives à la sécurité et de protection des données ainsi que les standards européens en vigueur.

La firme précise par ailleurs qu’elle continuera de « travailler avec les utilisateurs, les autorités de régulation et l’ensemble des parties prenantes ».


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles