Les tests des voitures autonomes d’Uber n’ont plus le droit d’être menés en Arizona après que l’une d’entre elles a provoqué un accident mortel. L’État américain a signalé son inquiétude quant à la capacité d’Uber à garantir la sécurité des usagers.

Les affaires ne s’arrangent pas du côté d’Uber. L’entreprise de VTC a vu l’Arizona « suspendre l’autorisation d’Uber de tester des véhicules autonomes » sur son territoire. Le gouverneur de l’État a en effet envoyé une lettre au PDG de la firme, Dara Khosrowshahi, l’informant de cette interdiction, lit-on dans Le Figaro.

Pour rappel, une voiture autonome d’Uber a récemment renversé une piétonne à Tempe, en Arizona. La victime n’a malheureusement pas survécu à ses blessures. La responsabilité de l’entreprise a été mise en cause par une vidéo publiée par la police. Celle-ci montre en effet les images captées par les caméras placées dans l’habitacle du véhicule et sur le devant. Ce contenu tend à prouver que le système autonome aurait dû pouvoir éviter l’accident.

Nouvelle interdiction pour Uber

Le gouverneur de l’Arizona affirme avoir été « alarmé » par ladite vidéo. Il met en avant ses inquiétudes quant à la capacité d’Uber à assurer la sécurité des autres usagers de la route pendant ses tests. Les voitures autonomes de l’entreprise avaient déjà été interdites de rouler à San Francisco.

Uber s’était donc reporté sur l’Arizona et ses règles plus souples, mais sa technologie n’y est désormais plus la bienvenue. Les autres entreprises de ce secteur ne sont d’ailleurs pas concernées par cette interdiction. Ainsi, Waymo peut continuer d’utiliser les routes de l’État pour ses voitures autonomes alors que son patron a indiqué que ses véhicules auraient pu éviter l’accident.

À lire sur FrAndroid : Waymo pense que ses voitures autonomes auraient évité l’accident mortel d’Uber