La nouvelle GoPro Hero 7 Black semble marquer un véritable retour en force de la marque mère des caméras d’action. Que vaut vraiment la nouvelle Hero 7 Black ? Voici notre avis !

Après quelques années difficiles face à la rude concurrence chinoise et à des projets abandonnés, GoPro semble aujourd’hui sortir la tête de l’eau et se concentre plus que jamais sur les action cam. C’est d’ailleurs le 20 septembre dernier que GoPro a lancé avec une simple vidéo de promotion sa nouvelle gamme : les Hero 7 White, Silver et Black. Si les deux premiers modèles restent intéressants pour les petits budgets, toute l’attention est portée sur le produit haut de gamme et désormais porte-étendard de la marque américaine : la GoPro Hero 7 Black.

Pour se démarquer cette année, GoPro a décidé de miser sur des fonctionnalités que tout le monde pourra utiliser sans soucis : stabilisation 2.0, Time Lapse stabilisé et diffusion en direct pour ne citer qu’elles.

Design et interface : la même formule gagnante

Le design de la Hero 7 Black reste totalement inchangé par rapport aux dernières générations : elle reprend exactement le même boîtier, emplacements de boutons et trappes que ses petites sœurs Hero 6, Hero 5 et Hero 2018. On notera cependant deux légères différences : le boîtier devient réellement noir — alors que la Hero 6 Black était étrangement grise — et la tranche droite de la caméra se voit frappée de l’inscription « Black 7 » qui a tout l’air d’un « Hey, regardez je suis la toute dernière GoPro, pas l’ancienne génération ».

En fait, on n’a pas vraiment de quoi se plaindre, ce form factor a fait ses preuves : la caméra est petite, légère et facile à prendre en main. Le boîtier reste waterproof jusqu’à 10 mètres et le cadre en plastique « The Frame » qui permet d’accrocher la GoPro sur les différentes fixations est présent dans la boîte, tout comme une vis, deux fixations 3M, un clip, un câble de recharge USB-C et une batterie. Les possesseurs des derniers modèles seront heureux d’apprendre que leurs batteries sont compatibles avec la Hero 7 : GoPro n’a malheureusement pas augmenté leur capacité. Le port micro HDMI est quant à lui toujours de la partie.

L’interface a pour sa part évolué : la navigation s’effectue plus par gestes et les menus sont moins nombreux donc plus compréhensibles. Un simple swipe à droite ou gauche permet de changer de mode, mais vous pouvez toujours utiliser le bouton placé sur la tranche droite pour basculer entre le mode vidéo, photo ou timelapse. Les autres modes moins utilisés sont accessibles dans les paramètres de leur mode maître : l’option vidéo boucle peut ainsi être activée une fois le mode vidéo sélectionné et la fonctionnalité timelapse de nuit sera par exemple accessible dans le mode timelapse.

La navigation dans l’interface n’est pas désagréable, surtout sur un si petit écran, mais quelques détails viennent très légèrement altérer l’expérience. Notons premièrement l’absence de bouton retour, qui nous oblige à tenter quelques gestes indécis sur l’écran pour revenir en arrière. Aussi, la sélection d’une option dans une liste aurait pu être plus simple : faire glisser mon doigt pour passer d’une option 1 à une option 2 ne suffit pas, il faut aussi que j’appuie sur l’option 2 pour la sélectionner.

Enfin, lorsque la caméra enregistre, seuls le rendu vidéo et la durée sont affichés : impossible de connaître la capacité de stockage disponible et surtout l’état de la batterie. Ces informations sont certes affichées sur le petit écran situé à l’avant de la caméra, mais regarder ce dernier signifie aussi passer sa tête dans le champ de vision, ce qui ne va pas vraiment améliorer la qualité de la vidéo.

L’interface est globalement agréable, mais montre parfois d’énervantes lenteurs, surtout lors d’une utilisation intensive : un peu plus de fluidité n’aurait pas été de trop.

Caractéristiques & qualité vidéo : pas de changements ?

Le design n’est pas le seul élément que la Hero 7 Black a repris de la Hero 6 Black : les caractéristiques purement hardware sont identiques. On retrouve par exemple le même capteur que l’ancienne génération. GoPro a également décidé de garder la même puce GP1 que la Hero 6, mais l’a optimisée et lui a envoyé un Go de RAM en renfort, de quoi supporter de nouvelles fonctionnalités que nous allons décortiquer un peu plus loin.

Certains seront déçus du manque de nouveautés hardware, mais retenez que l’on retrouve le très bon mode 4K à 60 images par secondes et le ralenti Full HD à 240 images par secondes, que nous avons testé pour vous dans cette vidéo.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Comme on pouvait s’y attendre avec la dernière-née des caméras GoPro, la qualité vidéo est au rendez-vous. Les couleurs sont très bien restituées et ne sont pas sur-saturées, ce qui était déjà le cas avec la Hero 6 Black. Au final, seul un œil aguerri trouvera les vidéos de la Hero 7 Back légèrement plus détaillées que l’ancienne génération. Le problème du lens flare reproché par certains à la Hero 6 Black a tout de même été corrigé : les vidéos de la Hero 7 Black ne seront donc pas gâchées par des halos lumineux. Si le grand-angle est très pratique pour capter un maximum de détails, on préféra utiliser le mode normal ou linéaire pour éviter l’effet fish-eye assez caractéristique des action cam et dont le rendu n’est pas forcément très professionnel. La vidéo suivante — constituée de plusieurs rush en 4K et Full HD — permet de se rendre compte de la qualité vidéo de la Hero 7 Black en journée.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Les vidéos sont fluides, agréables à regarder et les fortes dynamiques sont généralement très bien gérées. On remarquera cependant que le ciel est parfois complètement brûlé lorsque le premier plan contient trop d’éléments — les arbres ici — et lorsque la caméra va trop vite pour capter correctement les différentes parties de l’image — ici l’accélération de la voiture. Le reste des vidéos présente un rendu fidèle des couleurs et une fluidité exemplaire : les images sont vraiment belles — surtout le passage du wakesurf.

Les choses se corsent évidemment en basse luminosité, mais je dois m’avouer agréablement surpris : du bruit est inévitablement présent, mais le rendu reste très satisfaisant pour une vidéo prise en pleine nuit. Les lampadaires, qui sont les seules sources de lumière, font vraiment ressortir le guidon de la mobylette et le rendu final est assez agréable à regarder dans la mesure où les différents éléments de l’image sont visibles.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Quant à la qualité audio, elle s’est vraisemblablement améliorée, mais je n’avais pas de quoi la comparer avec celle de la Hero 6 Black. Je retiens que le désagréable bruit de vent est moins présent lorsque la caméra est en mouvement — voir vidéo de la mobylette — et que les voix s’entendent clairement si le sujet est proche de la GoPro.

Notez que d’autres très bonnes fonctionnalités de l’ancienne génération sont toujours de la partie. Il est ainsi possible de contrôler vocalement la GoPro pour l’allumer ou l’éteindre, lancer ou stopper une vidéo, prendre une photo ou encore changer de mode. J’étais assez réticent à utiliser des commandes vocales pour utiliser la Gopro, mais mes injonctions étaient à chaque fois comprises et exécutées dans la seconde, ce qui m’a poussé à laisser activer cette fonctionnalité. Elle est très pratique lorsque l’on ne peut pas facilement accéder à la GoPro — en conduisant par exemple.

La fonctionnalité GPS est elle aussi toujours disponible. Avec elle, la position et la vitesse de la GoPro sont enregistrées en temps réel tout au long de la vidéo. Ces informations sont alors exploitables avec un logiciel de montage professionnel, mais aussi depuis l’application Quick : il est possible d’intégrer dans votre vidéo une petite carte des tracés de votre parcours ainsi que des compteurs de vitesse par exemple. Enfin, les professionnels de la retouche vidéo noteront sans surprise la présence du mode Protune, qui donne plus de contrôle sur la qualité des vidéos.

Quik est une application de montage vidéo automatisé. L'application ne demande aucun prérequis ou de savoir-faire pour avoir un résultat...

3 raisons de télécharger cette application

  • Monter une vidéo en quelques clics
  • Pouvoir sélectionner plusieurs sources comme Google Photos ou Dropbox
  • 23 styles différents, tous personnalisables

Bref, la dernière GoPro propose des options intéressantes et surtout une très bonne qualité vidéo, mais ça, on s’en doutait. Justement, pour se démarquer cette année, GoPro a décidé de miser sur de nouvelles fonctionnalités prometteuses : HyperSmooth, TimeWrap, SuperPhoto… Vous n’avez rien compris ?

HyperSmooth ou comment dire adieu aux plans tremblants

La nouvelle stabilisation HyperSmooth était la fonctionnalité à retenir de l’annonce, et c’est d’ailleurs le principal argument de vente de la nouvelle GoPro. La Hero 6 Black proposait déjà une stabilisation électronique, mais le mode HyperSmooth semble surpasser cette dernière. Après avoir vu la vidéo de promotion sur cette stabilisation électronique 2.0, nous étions même en mesure de nous demander si GoPro n’avait pas tué son propre stabilisateur : le Karma Grip. Le constructeur vend d’ailleurs sa dernière invention comme étant une « Gimbal killer », rien que ça.

La vidéo suivante permet de se rendre compte de la différence entre des vidéos avec et sans HyperSmooth. Le premier plan donne le ton : à gauche une vidéo complètement tremblante, à droite un plan parfaitement stable, donc agréable à regarder.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

La stabilisation HyperSmooth de la GoPro Hero 7 Black est tout simplement bluffante, mais reste légèrement moins efficace que celle du Karam Grip. Avantage à ce dernier donc ? Pas vraiment, puisque les deux ne jouent pas dans la même cour : la stabilisation HyperSmooth de la Hero 7 Black est logicielle et ne demande donc aucun accessoire, ce qui n’est pas le cas du Karma Grip. Ce dernier est encombrant et surtout impossible à fixer sur soi, surtout lors des sessions sportives. C’est là le point fort de la nouvelle stabilisation HyperSmooth : permettre à quiconque de réaliser des plans assez stables pour ne pas avoir le mal de mer sans passer par un stabilisateur ou par un logiciel de montage. Bravo GoPro.

TimeWarp : un effet sympa utilisable par tous

La Hero 7 Black embarque un nouveau mode appelé TimeWarp qui est censé accélérer et stabiliser une vidéo « basique » pour la rendre plus animée et dynamique. Certains diront qu’il s’agit simplement d’un nouveau nom donné à une fonctionnalité déjà existante : le Time Lapse Vidéo. Sauf que non. Là où le Time Lapse Vidéo prend des photos à intervalles réguliers puis accélère et convertit le tout au format vidéo MP4, le Time Warp est le résultat d’une vidéo accélérée et de la stabilisation HyperSmooth.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

La différence se ressent vraiment et je trouve que ce nouveau mode est une réussite. Il ne nécessite aucune compétence particulière : il suffit de choisir la vitesse d’accélération, de lancer la vidéo et de filmer sans faire particulièrement attention aux tremblements lors de l’enregistrement. Il faut comprendre qu’un rendu similaire sans le mode TimeWarp nécessite énormément de temps lors de la prise des photos, mais surtout en post-production pour stabiliser tant bien que mal l’ensemble. Ici, tout se passe directement depuis la caméra, du choix de la vitesse du clip TimeWarp à son visionnage sur l’écran de la GoPro : il est très appréciable de pouvoir regarder le clip automatiquement accéléré et stabilisé sans avoir à passer par un logiciel de montage.

L’interface a bien été pensée puisque chacune des 5 vitesses d’accélération est associée au temps final du clip :

  • 2x → 1 minute devient 30 secondes de TimeWarp
  • 5x → 1 minute devient 30 secondes de TimeWarp
  • 10x → 5 minutes deviennent 30 secondes de TimeWarp
  • 15x → 5 minutes deviennent 20 secondes de TimeWarp
  • 30x → 5 minutes deviennent 10 secondes de TimeWarp

On préférera utiliser le mode Time Lapse pour un plan fixe — pour un coucher de soleil par exemple — et le mode TimeWarp lorsque la GoPro est en mouvement.

SuperPhoto ou comment renommer le HDR

Avec son nouveau mode SuperPhoto, GoPro propose d’embellir chacune de vos photos. Pour ce faire, un algorithme analyse la scène et fait certaines modifications si nécessaire : utilisation du HDR, mappage tonal local ou réduction de bruit. Le logiciel peut également décider de laisser la photo telle quelle. Les résultats ne sont ni flagrants ni mauvais. Dans mes tests, le ciel est souvent plus saturé, sans plus. Bref, il ne s’agit ni plus ni moins d’un mode HDR renommé. Justement, voici trois séries de photos prises sans HDR ni SuperPhoto, avec HDR puis avec SuperPhoto (de gauche à droite).

En fait, en plus d’être peu utile, cette fonctionnalité affecte l’expérience utilisateur : le traitement automatiquement appliqué à chaque prise de photo allonge clairement le temps d’attente. Un mauvais point pour une caméra d’action. La qualité photo « naturelle » reste évidemment très bonne, avec des couleurs fidèles et un très léger effet fish-eye.

On préférera donc laisser le mode SuperPhoto désactivé et modifier les photos manuellement au besoin.

Live et réseaux sociaux : une fausse bonne idée

Avec son dernier modèle, GoPro semble enfin s’intéresser aux réseaux sociaux et propose deux nouveautés qui plairont aux pros des stories. La première fonctionnalité est le mode Live qui, vous l’aurez compris, permet de diffuser en temps réel sa performance sur les réseaux sociaux. Enfin sur le réseau social. Sur le mauvais réseau social. Eh oui, ne comptez pas diffuser vos exploits sur Instagram ou IGTV puisque GoPro propose seulement Facebook. Cette fonctionnalité est très clairement dédiée aux — pardonnez-moi le terme — influenceurs ou autres personnes avec un nombre conséquent d’abonnés, et Instagram m’aurait paru être un meilleur choix. Soulignons tout de même l’effort de GoPro.

Malgré plusieurs tentatives et une relecture de la page d’aide de GoPro, je n’ai pas réussi à faire de Live. Retenez que deux définitions sont proposées pour la diffusion en direct : 720p et 480p. Pour utiliser ce mode, un téléphone avec l’application GoPro et une connexion sont obligatoires, de quoi être sûr de rapidement faire chuter l’autonomie.

N’en déplaise à certains, il est désormais aussi possible de filmer en mode portrait en tournant simplement la caméra sur la droite ou la gauche, l’interface s’adaptera automatiquement. Il n’est plus nécessaire de modifier le fichier en post-production : vous pourrez directement publier vos exploits en story depuis l’application GoPro.

Une autonomie toujours perfectible

Nous y voilà. J’ai nommé la bête noire des GoPro et des action cam en général : l’autonomie. Celle de la Hero 7 Black est malheureusement — mais sans surprise — passable. J’aurais pu utiliser l’adjectif « mauvais », mais il faut souligner qu’en utilisant des modes vidéos peu gourmands en ressource, la Hero 7 Black pourra chatouiller les 2 heures d’autonomie en utilisation réelle. Voici d’ailleurs comment se comporte la batterie en utilisation « théorique » :

  • 4K 60 images par secondes : 56 minutes puis 8 minutes (la GoPro s’est éteinte, car trop chaude)
  • 1080p 30 images par secondes : 1 heure 50 minutes

Notez que lors de ces deux tests, le GPS et la stabilisation étaient activés, mais que les commandes vocales et le Wi-Fi ne l’étaient pas. Aussi, l’écran était éteint la plupart du temps puisqu’il se mettait en veille après une minute d’inactivité.

Après avoir utilisé la Hero 7 Black pendant trois semaines, j’en arrive au même constat qu’avec ses petites sœurs : la batterie se vide à vitesse grand V. Les résultats affichés précédemment ne sont en effet jamais atteints en utilisation réelle, surtout avec l’écran allumé. Au final, j’ai vraiment l’impression que GoPro n’arrive pas à améliorer ce point, et qu’il ne faut donc pas espérer une révolution pour les prochains modèles. Il faut dire qu’à force de rajouter des fonctionnalités et d’améliorer encore et toujours la qualité vidéo, la batterie ne peut pas vraiment se défendre.

C’est en réalité le même problème qu’ont les smartphones aujourd’hui puisque c’est la même technologie de batterie qui est utilisée, mais aussi la même « solution » qui est alors proposée : à défaut d’avoir une batterie qui se décharge vite, il est toujours bon qu’elle se recharge vite. J’ai effectué 3 tests et la charge complète se fait entre 1 h 25 et 1 h 35 :

  • 13 minutes : 25 %
  • 30 minutes : 54 %
  • 40 minutes : 70 %
  • 1 heure : 91 %
  • 1 h 30 : 100 %

Je ne peux que vous conseiller de mettre deux voire trois batteries dans votre sac avant de partir en vacances ou en sortie vélo.

Une GoPro pour vlogger ?

Dans un rapide interview accordé au célèbre vlogger américain Casey Neistat, le CEO et fondateur de GoPro a tenu des propos assez intéressants sur l’utilisation des caméras d’actions. Après avoir sorti l’inévitable « La Hero 7 Black et la meilleure GoPro jamais créée », Nick Woodman a pointé du doigt la caméra du vlogger et lui a demandé pourquoi il utilisait encore un tel appareil encombrant alors que la Hero 7 Black propose un rendu similaire tout en étant plus agréable à utiliser.

Sur le papier, il est difficile de ne pas être d’accord avec Woodman : la GoPro est petite, légère, se contrôle à la voix et propose de très bonnes caractéristiques vidéo pour un rendu très agréable à l’œil. Quelques secondes de réflexion suffisent cependant à comprendre que les pourtant lourds et encombrants reflex ne sont pas prêts d’être remplacés par des action cam.

Commençons par l’audio : la dernière GoPro a beau avoir de bons microphones, la qualité ne sera jamais comparable à un micro externe branché sur un reflex. Aussi, les action cam n’ont aucune profondeur de champ et ne permettent pas de zoom optique : deux éléments primordiaux pour la réalisation d’un vlog. Enfin, la GoPro est en réalité trop petite pour une utilisation quotidienne : il est difficile de cadrer précisément et de visionner les vidéos sur l’écran de 2 pouces.

Au final, la Hero 7 Black est bonne dans tous les domaines, alors que certains appareils excellent sur certains points. Elle fera donc office de très bonne caméra de secours, mais sera la première utilisée lors des sessions sportives.

Prix et disponibilité

La GoPro Hero 7 Black est disponible au prix de 429 euros sur le site constructeur, mais également sur Amazon, la Fnac ou encore Boulanger et Darty. Le prix est élevé, mais n’oublions pas qu’il s’agit du dernier modèle haut de gamme de GoPro. Notez qu’à sa sortie, la Hero 6 Black coûtait 529 euros, soit 100 euros de plus que la Hero 7 Black. GoPro deviendrait-il raisonnable ?

À lire sur FrAndroid : Test de la GoPro Hero 2018 : une très bonne action cam à un prix raisonnable

Note finale du test 9/10
La Hero 7 Black est une évolution logicielle du précédent modèle. Certains auront ainsi le sentiment que GoPro aurait très bien pu mettre à jour la Hero 6 Black via l’application, et je ne leur donne pas totalement tort. La Hero 7 Black n'est ni une simple mise à jour, ni une révolution, mais plutôt une évolution. Les possesseurs de la Hero 5 ou antérieur ne se tromperont pas en achetant le dernier modèle, tout comme ceux qui souhaitent profiter d’une stabilisation performante.

Les nouvelles fonctionnalités nommées à base de “Hyper” et “Super” sont au final vraiment efficaces et surtout facilement utilisables par le grand public. C’est précisément ce qu’il manquait aux anciens modèles, qui proposaient certes de très bonnes fonctionnalités, mais dont seuls les professionnels pouvaient pleinement tirer parti.

On retiendra donc de ce modèle une excellente qualité vidéo et surtout une très bonne stabilisation. Vendue 429 euros, soit un prix relativement raisonnable pour une action cam haut de gamme, la GoPro Hero 7 Black risque de faire des heureux et se retrouvera sans doute au pied de beaucoup de sapins en fin d’année.
Points positifs
  • Qualité vidéo indéniable
  • Stabilisation HyperSmooth
  • Mode TimeWarp
  • Effets accessibles au grand public
  • Nombreux réglages (définitions, fréquence d'images)
  • Étanche à 10 m sans caisson
  • Anciens accessoires et batteries compatibles
Points négatifs
  • Aucune évolution hardware
  • Ralentissements de l'interface
  • Autonomie toujours perfectible
  • Mode Live à revoir
  • Prise de photo trop lente