Ne vous faites pas avoir par ce « vélo électrique » aux performances époustouflantes

 

Le constructeur américain Heybike Hero lance un tout nouveau « vélo électrique » par le biais d’une campagne de financement participatif. Attention cependant : l’engin est en fait considéré comme un speedbike par chez nous, eu égard à sa puissance maximale et sa vitesse de pointe.

speedbike
Source : Heybike Hero

Un « vélo électrique » lancé via une campagne de financement participatif par le fabricant Heybike Hero fait actuellement son petit effet dans la sphère médiatique européenne – via eBike News. Il convient néanmoins de mettre les points sur les « i » le plus rapidement possible, puisqu’il s’agit en fait d’un speedbike, régi par des règles strictes et contraignantes.

En effet, le Hero est décliné dans deux versions dont le moteur atteint une puissance de 750 W et 1000 W, accompagné d’un monstrueux couple de 160 et 100 Nm. En Europe, la puissance maximale d’un moteur ne doit pas dépasser 250 W pour un vélo électrique, lorsque la vitesse est capée à 25 km/h grâce à l’assistance.

Quelle loi pour les speedbikes ?

Au-delà de ces limites, l’engin peut entrer dans la catégorie des speedbikes, à condition de respecter la loi qui les encadre : casque homologué, gant homologué, assurance obligatoire, plaque d’immatriculation, interdiction de rouler sur les pistes cyclables, rétroviseur ou encore feu de freinage. Bref, les normes sont claires.

heybike hero
Source : Heybike Hero

En France, les speedbikes n’ont clairement pas le vent en poupe eu égard à cette réglementation. Ce n’est pas le cas partout : en Suisse, cette catégorie de véhicules jouit d’un succès relatif – c’est 6,7 % du marché global du cycle – car la loi est bien plus souple. Les speedbikes peuvent par exemple rouler sur une piste cyclable, ce qui change déjà tout. En Allemagne, des expérimentations pour les autoriser à circuler sur les pistes sont par ailleurs en cours.

Un prix alléchant

Le deux-roues de Heybike Hero peut donner envie compte tenu de son prix de 2512 euros pour la version dotée du moteur central, contre 2233 euros pour le modèle équipé du moteur arrière – des grosses promotions sont appliquées pour leur lancement sur Indiegogo. Sur le papier, ce tarif est plus qu’alléchant vis-à-vis des performances proposées.

Notre conseil : n’achetez pas ce type de deux roues électrique qui plus est fabriqué par un constructeur américain, qui le conçoit probablement pour son propre marché, sans aucune mise aux normes pour notre pays.


Utilisez-vous Google News (Actualités en France) ? Vous pouvez suivre vos médias favoris. Suivez Frandroid sur Google News (et Numerama).