« Bonne année ! ». Voilà un message que l’on envoie et reçoit beaucoup dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier. Mais le SMS n’est plus la plateforme de choix pour l’envoyer et continue son inexorable chute face aux applications.

Vous avez enchaîné les fêtes de fin d’année, et avez sûrement utilisé votre smartphone aussi bien pour capturer l’instant… que pour contacter vos proches au loin pour leur partager vos amitiés.

Qu’avez-vous utilisé pour cela ? Il y a fort à parier que le simple SMS n’était pas dans vos priorités… et cela se voit mondialement, comme le révèle Les Echos.

Les SMS continuent leur inexorable chute

En France, la tendance se remarque. Le journal l’a parfaitement encapsulé dans ce graphique présentant le nombre de SMS envoyés en France en milliards d’unités par an.

185 milliards de SMS ont été envoyés en 2017, soit une chute faisant que le nombre revient au même niveau qu’en 2012. Les opérateurs confirment la tendance : Bouygues Telecom indique une baisse de 10 % par an depuis deux ans du taux de SMS envoyé, tandis que SFR pointe du doigt une baisse de 15 % du nombre de messages envoyés au réveillon en 2017… contre une augmentation de 200 % de la consommation de données internet.

Une tendance qui se confirme mondialement

L’UIT, l’agence de l’ONU se chargeant des télécoms, confirme cette tendance mondialement. En 2016, 3 000 milliards de textos ont été envoyés dans le monde. Un chiffre à mettre en perspective avec l’année 2014, où le double avait été enregistré.

La chute est drastique et impacte directement les opérateurs selon l’IUT, qui indique : « selon les analystes, les revenus générés par les SMS vont réduire de moitié d’ici 2022 ». Sur ce point, 2016 a vu ces revenus baisser de 8,5 % en un an, 11 % en Europe uniquement où l’impact est plus marqué encore.

Un responsable tout trouvé

Il ne faut pas chercher loin pour trouver les responsables de cette chute : les applications de discussion instantanée comme Facebook Messenger ou WhatsApp sont évidemment source de cette chute. L’année dernière en France, l’utilisation de celles-ci est passée à 52 % contre 17 % en 2014.

Pour les opérateurs, la solution la plus évidente semble tout simplement de passer au RCS, le nouveau standard leur permettant de rivaliser avec les fonctionnalités des développeurs privés. Ceci étant, son acceptation et son déploiement prennent beaucoup de temps.

À lire sur FrAndroid : Les meilleures applications SMS/MMS sur Android en 2019