L’année dernière, le Li-Fi nous avait fait rigoler. Onéreux et pas du tout efficace. Au CES 2019, nous devons l’avouer : ça fonctionne vraiment.

Le LiFi, cela fait plusieurs années qu’on en parle, nous avions publié un dossier à son sujet en 2013. La startup française Oledcomm est l’une des premières à commercialiser des produits Li-Fi auprès du grand public. L’année dernière, nous avions découvert l’onéreuse lampe de bureau qui fournissait des performances impressionnantes : 10 Mbps de débit. Seulement 10 Mbps. Ce produit MyLiFi vous permettait d’accéder à Internet sans fil en utilisant une lampe à 800 euros et un dongle qui se branche sur le port USB de votre ordinateur. Il y avait tellement d’inconvénients qu’il m’était difficile d’imaginer pourquoi j’en voudrai un. Effectivement, l’aventure du LiFi commençait mal.

Effectivement, l’aventure du LiFi commençait mal.

Au CES 2019, Oledcomm était de retour avec un nouveau produit : un plafonnier nommé LiFiMax. Ce dernier a beaucoup moins d’inconvénients que le MyLiFi. En effet, le LiFiMax se pose directement au plafond et il n’émet plus de lumière visible. Ce sont des infrarouges qui transportent les données, le tout est donc invisible à l’œil humain. Notez que le précédent produit fonctionnait de la même manière, sauf qu’il émettait systématiquement une lumière visible également.

L’objet est relativement petit et ressemble à un miroir. Sur le dongle, compatible Mac, PC et Android, ça n’a pas changé : l’objet fait la même taille et il est toujours plug and play. Pas besoin d’installer de pilotes, il fonctionne directement sur votre PC Windows 10 mais aussi sur Android avec un adaptateur USB-C.

Les performances n’ont plus rien à voir avec le MyLiFi. Dans les tests menés sur le stand du CES, un des pires environnements, le débit descendant était de 60 Mbps et le débit montant de 20 Mbps avec seulement 3 ms de latence. Dans ces conditions, le Li-Fi fournit des performances décentes. Cette connexion peut fonctionner avec 16 utilisateurs, ce qui permet d’imaginer un déploiement du Li-Fi en open-space.

Justement, on se demande encore qui peut avoir de ce type de connexion. Les hypersensibiles aux ondes électromagnétiques (mais la lumière est aussi un type d’ondes électromagnétiques dont le vecteur est le photon) ? Les patients dans les chambres d’hôpitaux ? Les PDG qui manipulent des données sensibles ? Il faut donc prendre au sérieux le Li-Fi, même si cela semble toujours être une alternative coûteuse et trop compliquée lorsque le Wi-Fi fonctionne déjà parfaitement.