L’arrivée tardive des mises à jour sur les terminaux de Motorola s’expliquerait par la partie matérielle et non logicielle.

Les mises à jour sur Android sont plutôt lentes à arriver et dépendent également de la réactivité des constructeurs. Les couches Motoblur, Sense, TouchWiz… sont souvent mises en cause, mais pour Motorola (Christy Wyatt – vice-président sénior et directeur général de la division Motorola Enterprise Business) le problème ne se trouverait pas ici.

La partie matérielle serait la cause de tous les maux, car porter le code sur d’autres architectures que celle du Galaxy Nexus serait un défi de taille :

« Lorsque Google sort une nouvelle version d’Android… il fait une version pour son dernier téléphone.

Le matériel est de loin l’élément le plus important à prendre en compte, avec les chipsets multiples, les bandes radio différentes d’un pays à l’autre. C’est une grosse machine pour perdre des clients. »

Dans le processus, une fois l’étape du matériel fonctionnel, il resterait la personnalisation logicielle (dont le fonctionnement avec le Webtop) et enfin la certification des opérateurs. Tout cela mettrait donc un temps fou et ne permettrait pas à Motorola de donner de date précise quant au passage vers Ice Cream Sandwich, d’autant plus que les opérateurs veulent parfois gérer le timing.

Sur Windows Phone, ce problème n’existe pas [pour l’instant], dans la mesure où une seule architecture est supportée. Mais Motorola ne veut en aucun cas se lancer sur ce marché, ce qui s’explique parfaitement après le rachat (toujours en cours de validation) de l’entreprise par Google.

Mais vous remarquerez que des concurrents comme Sony (Ericsson) sont beaucoup plus vifs dans la gestion de leur mise à jour. La raison serait simple : l’utilisation de la même architecture de Qualcomm sur l’ensemble de sa gamme Xperia 2011. Sachant que Sony a promis Ice Cream Sandwich pour la fin mars-début avril, nous n’osons même pas imaginer ce qu’il adviendra des smartphones Motorola.

Christy Wyatt parle ici de la division américaine de Motorola et non de Motorola Europe, qui se caractérise par des délais extrêmement longs (mise à jour déployée plusieurs mois après).

Source : PC Mag