Meitu, l’application censée vous rendre plus beau, récolte vos données, comme nous vous le rapportions la semaine dernière. Selon l’entreprise, la vérité ne serait pas aussi moche qu’on l’imagine.

Nous vous rapportions la semaine dernière que Meitu, la nouvelle application à la mode, renvoyait vos données en Chine. Aujourd’hui, l’entreprise avance ses raisons pour expliquer qu’elle ne vole pas les données.

De la récolte de données, oui, mais pas de la revente

L’application Meitu a le but assez innocent d’ajouter des filtres sur vos photos. Un peu à la manière de Snapchat, l’objectif affiché de l’application est de vous rendre plus photogénique. Mais la semaine dernière, nous apprenions que l’application transmettait un grand nombre d’informations de ses utilisateurs. Ainsi, la version de l’OS utilisée, l’adresse MAC de l’appareil ou encore son numéro IMEI étaient des détails transmis aux serveurs de Meitu. Sur iPhone, l’application vérifie même si le smartphone a été subi un jailbreak.

L’entreprise s’est expliquée auprès du site CNET. Si Meitu confirme l’envoi des données, l’entreprise dément récolter ces données avec pour but une revente à des tiers. La raison de la récolte de ces données serait bien plus pragmatique.

L’absence du Google Play Store en Chine, une raison valable ?

En effet, pour Meitu, l’envoi de ces données serait rendu obligatoire par l’absence du Google Play Store en Chine. Du fait que Meitu est une société chinoise, elle ne peut donc pas s’appuyer sur le Play Store, interdit en Chine. L’entreprise donne l’exemple des notifications push, qui font partie des fonctionnalités de Google Play Store. Puisqu’il est interdit en Chine, l’entreprise a donc dû trouver un autre moyen d’assurer le bon fonctionnement des notifications.

Meitu avance ainsi que les données normalement récoltées par le Play Store doivent donc être récoltées directement par l’application. Ainsi, si l’application demande autant de permissions, comme illustré ci-dessous, ce serait pour disposer du plus d’informations de tracking sur son application.

Enfin, Meitu annonce que l’arrivée d’une version internationale se reposant justement sur Google Play est peu probable. L’entreprise se situant en Chine, elle n’aurait ainsi pas accès aux outils côté développeur pour pouvoir assurer le suivi de l’application.

Les alternatives

Qu’on accorde du crédit ou pas aux explications de Meitu, il existe certains points assez mystérieux. Concernant le tracking effectué par l’entreprise, Meitu explique qu’elle utilise un mélange de code propre à la société, ainsi que des solutions tierces. On espère que ces solutions tierces ne sont pas issues de l’entreprise chinoise Adups, impliquée dans une histoire de backdoor récemment.

Comme toujours, nous vous conseillons de faire attention à ce que vous téléchargez, et si vous cherchez à modifier des photos, vous pouvez toujours consulter notre dossier consacré à ce sujet.

À lire sur FrAndroid : 8 applications de retouche pour éditer vos photographies